Note : 4 sur 5.

« J’ai voulu m’exprimer lourdement. Mais je n’insinue pas qu’un sursaut de rage ou que l’épreuve de la souffrance assurent seuls aux récits leur pouvoir de révélation. J’en ai parlé ici pour arriver à dire qu’un tourment qui me ravageait est seul à l’origine des monstrueuses anomalies du Bleu du Ciel. Mais je suis si éloigné de penser que ce fondement suffit à la valeur que j’avais renoncé à publier ce livre, écrit en 1935. Aujourd’hui, en 1957, des amis qu’avait émus la lecture du manuscrit m’ont incité à sa publication. Je m’en suis à la fin remis à leur jugement. » Georges Bataille

Je le sais.
Je mourrai dans des conditions déshonorantes.
Je jouis aujourd’hui d’être un objet d’horreur, de dégoût, pour le seul être auquel je suis lié.

Si je trouvais Les Carnets du sous-sol de Dostoïevski assez spécial dans le genre, je ne sais que dire pour ce livre-ci. Car si l’auteur y apporte des références, il va beaucoup plus loin pour ce qui est des fantasmes glauques de son personnage principal. Ce livre conte l’histoire de Jean qui erre entre France et Espagne (lors de la guerre civile) entouré de Dirty, Xénie et Lazare, trois femmes très différentes qui vivent à peu près les mêmes déchéances que le narrateur.

Car cet homme ne sait que faire pour s’élever parmi les siens. Il n’ose s’attacher à quiconque par peur, voire lâcheté, et à ces moments-là du récit, je n’ai pu que détester ce personnage qui n’essaye même pas de se battre, qui se flagelle en n’essayant nullement d’évoluer. En plus de cela, il s’adonne à des fantasmes assez spéciaux, dû en partie à son grand intérêt des cadavres et des travers humains.

Je ne veux plus mourir. Je veux vivre avec toi… Quand tu t’es mise sur le rebord de la fenêtre, j’ai eu peur de la mort. Je songe à la fenêtre vide… j’ai eu terriblement peur… toi… et puis moi… deux morts… et la chambre vide…

Les trois femmes vont lui apporter chacune des choses différentes. Lazare le met hors de lui, il n’arrive pas forcément à la cerner et se sent toujours inférieur face à elle, même s’il essaye toujours de la représenter uniquement par sa laideur pour avoir quelque ascendant. Dirty qui se complaît dans ce style de vie et qui s’adonne à certains penchants communs avec Jean. J’ai eu l’impression qu’elle avait plus le contrôle d’elle-même que notre personnage, qu’elle était maître de sa vie. Et enfin Xénie, la gentille fille qui essaye d’aider Jean. On se demande pourquoi elle se retrouve mêlée à cette histoire sordide, moi qui l’est vu comme l’agneau blanc réuni avec les loups. Mais elle apporte une certaine douceur et un petit espoir pour Jean et toute cette vie dévastatrice.

Donc, malgré toute cette atmosphère poreuse et noire, cette fin sans grand espoir, j’ai réussi à être captivée par ce récit. Les pensées parfois floues, parfois glauques de ce personnages m’ont intéressé, j’ai eu envie de le connaître davantage pour en comprendre toute sa psychologie (ce que j’aurais aimé si ça fait été encore plus approfondi). Ce livre a su se montrer intriguant, et le sera pour ceux qui aiment ce genre (littéraire ou autre). À ne pas laisser cet ouvrage entre toutes les mains. Mais si j’ai apprécié ce livre, je recommande largement Les Carnets du sous-sol, référant du genre !

« … Xénie, le long de moi s’allongea… elle eut alors l’apparence d’une morte… elle était nue… elle avait des seins pâles de prostituée… un nuage de suie noircissait le ciel… il dérobait en moi le ciel et la lumière… un cadavre à côté de moi, j’allais mourir ?… Même cette comédie m’échappait… c’était une comédie… »

Un récit intéressant pour ceux qui aiment les ambiances noires et glauques. Les différentes relations de ces trois femmes avec le personnage donne davantage d’intérêt à celui-ci.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s