Note : 3.5 sur 5.

Paris, hiver 2006. Arthur Doffre, milliardaire énigmatique, est sur le point de réaliser un rêve vieux de vingt-cinq ans : ressusciter un tueur en série, le Bourreau 125, dans un livre. Un thriller que David Miller, embaumeur de profession et auteur d’un premier roman remarqué, a un mois pour écrire contre une forte somme d’argent. Reclus dans un chalet en pleine Forêt- Noire, accompagné de sa femme et de sa fille, de Doffre et de sa jeune compagne, David se met aussitôt au travail. Mais il est des fantômes que l’on ne doit pas rappeler, et la psychose saisit un à un tous les occupants de la ténébreuse demeure cernée par la neige…

La femme fracassa le teste de grossesse contre une poutre du grenier.
Résultat positif. Son monde s’écroulait.

Je peux dire que Franck Thilliez est un de mes auteurs préférés. Son style incisif et souvent porteur d’une atmosphère angoissante m’a pour le moment toujours convaincue. Cette fois-ci, j’ai voulu m’éloigner de ses livres policiers aux côtés de ses personnages Franck Sharko et Lucie Hennebelle et de lire un de ses « one-shots ». Ça fait plusieurs années que je désirais lire La forêt des ombres, et même si j’ai toujours autant apprécié l’écriture de l’auteur, je dois dire que ce livre m’a pas mal déçue.

David, écrivain d’une seul thriller et embaumeur, va faire une rencontre peu singulière. Arthur Doffre, admiratif de ce jeune écrivain, va lui faire une proposition qui peut paraître invraisemblable mais à laquelle David ne va pas pouvoir refuser : partir pendant un mois dans un chalet au milieu de nulle part pour écrire un livre sur un tueur en série qui a sévit vingt-cinq ans plus tôt.

Si David va d’abord hésiter à accepter, il va rapidement partir avec sa femme et sa fille retrouver Doffre et sa compagne de voyage Adeline vers cette escapade déconcertante. Et dès leur arrivée, le couple va découvrir que Doffre a tout préparer pour apporter une atmosphère pleine de mystères et de noirceur afin de mettre David pleinement en condition pour son roman. Mais ce voyage ne va pas seulement faire ressortir le talent de cet écrivain, mais également des secrets que certains auraient voulu garder secrets.

La forêt était si profonde, si hostile. Un paysage de conte, terrifiant et magnifique. Rien n’avait jamais été aussi beau, si angoissant, si loin des frontières du monde.

On va rapidement se retrouver dans un huis-clos où chacun réussit à se montrer inquiétant. On sait parfaitement qu’il va se passer quelque de monstrueux à nos personnages et l’auteur réussit à rendre tous ces personnages douteux. Malheureusement, au bout des cinquante premières pages, j’ai compris ce qui allait se passer. J’ai néanmoins continué pour voir et surtout espérer m’être trompée. Et si j’ai été un peu surprise par la toute dernière révélation, tout le reste était pour moi claire comme de l’eau de roche. Tout est trop inquiétant depuis le début.

Dès que David accepte la demande de Doffre, on sait que lui, Cathye et leur fille vont passer un mauvais quart d’heure. Là où Franck Thilliez arrive toujours à m’étonner, ici je n’ai eu aucune surprise. Les personnages sont presque tous détestables, ce qui, je pense, est vraiment voulu. Si j’avais commencé à apprécier David, je me suis rapidement rendue compte que tous cachaient une folie ou une part sombre qui a fait que je n’ai pas été réellement touchée par ce qu’ils leur arrivaient, à part peut-être Adeline qui a été pour moi la bonne surprise de ce thriller. Doffre se montre beaucoup trop pénible pour être charismatique pour moi. C’est bien, avec Cathye, celui qui m’a le plus agacé.

Néanmoins, même si j’ai été déçue par la prévisibilité des événements selon moi, j’ai réussi à apprécier ma lecture par cette histoire de Bourreau 125 et le boulot que fait Franck Thilliez en amont de son livre qui se ressent toujours et que j’apprécie à chaque fois. Ce livre aura été en-dessous de ceux que j’ai lu du même auteur, mais ça ne m’empêchera évidemment pas à en lire d’autres, comme Deuils de miel qui m’attend dans ma bibliothèque.

Il souriait.
La peur ne se fuit pas. Elle se vit…
Et il adorait ça.

Un thriller que j’ai trouvé trop prévisible, je n’ai réellement eu aucune surprise. Mais l’écriture travaillée et captivante de l’auteur m’a aidé à passer un bon moment.

Du même auteur

Rêver (2016)

Sharko et Hennebelle
La Chambre des morts (2005)
Deuils de miel (2006)
La Mémoire fantôme (2007)
Le Syndrome [E] (2010)
[GATACA] (2011)
Atom[ka] (2012)
[Angor] (2014)
Pandemia (2015)
Sharko (2017)

10 commentaires sur « La Forêt des ombres, Franck Thilliez »

  1. Je te le conseille fortement avec La mémoire fantôme, et si tu n'as pas peur d'être un peu bousculée (ça peut être parfois gore), il y a Train d'enfer pour Ange rouge que j'ai adoré.

    J'aime

  2. Je n'ai jamais tenté cet auteur, mais j'aimerais beaucoup le lire, j'en entends beaucoup de bien. Par contre, vu ton avis, je ne pense pas commencer avec ce roman-ci. ^^

    J'aime

  3. C’est un de mes auteurs préférés donc je ne peux que le recommander, surtout pour ceux qui aiment le frisson et le suspense. Mais oui, je recommanderais plutôt La mémoire fantôme ou La chambre des morts que celui-ci.

    J'aime

  4. Il a écrit beaucoup de bons livres comme ceux de sa « saga » (ils peuvent se lire indépendamment) Franck Sharko et Lucie Hennebelle (Le syndrome E, Gataca, Atomka,etc…) ou des one-shots comme Vertige.

    J'aime

  5. Je n'ai jamais rien lu de cet auteur, même si j'en entends souvent parler, et presque toujours en bien. Mais du coup, je ne pense pas commencer par celui-ci vu ton avis.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s