Note : 3 sur 5.

Si ce n’étaient ses cicatrices et les photos étranges qui tapissent les murs de son bureau, on pourrait dire qu’Abigaël est une femme comme les autres. Elle a beau être cette psychologue qu’on s’arrache sur les affaires criminelles difficiles, sa maladie survient toujours comme une invitée non désirée qui la coupe du monde et l’emmène dans une dimension où le rêve empiète sur la réalité. Pour les distinguer l’un de l’autre, elle n’a pas trouvé mieux que la douleur. Elle qui a perdu son père et sa fille lors d’un accident, Abigaël va devoir mener l’enquête la plus cruciale de sa vie. Dans cette enquête, il y a une proie et un prédateur : elle-même.

D’une main tremblante, Abigaël Durnan sortit une Malboro de son paquet et la planta entre ses lèvres. Le déclic provoqué par le briquet Zippo monopolisa son attention. Elle ne fumait pas, mais elle avait appris à voir, écouter, sentir comme nul autre, et cette fois encore, chaque détail de son environnement revêtait son importance.

Nouveau roman de Franck Thilliez aussitôt publié, aussitôt acheté ! D’habitude, je m’intéresse très peu à ses dernière parutions, privilégiant au contraire ses tous premiers romans. Mais celui-ci me plaisait particulièrement, touchant à la mémoire et à la distinction parfois fine entre la réalité et le rêve. Malheureusement, je n’ai pas réussi à m’immerger entièrement. Je n‘ai pas reconnu la plume de Thilliez et n’ai pas été happée par l’intrigue. J’ai été donc incroyablement déçue.

L’histoire ne suit pas le modèle classique temporel. Le lecteur va découvrir l’histoire d’Abigaël, psychologue et consultante pour la gendarmerie, mais aussi narcoleptique, qui va s’alterner entre deux moments cruciaux, entre décembre 2014 et juin 2015. Les chapitres ne se suivent pas, on est emportés dans différents moments de l’intrigue que l’auteur nous offre dans un ordre bien particulier qui apporte pas mal de suspense et une envie de continuer cette lecture afin de découvrir les secrets d’Abigaël et des personnes qui l’entourent.

Car la psychologue va devoir faire face à la mort de proches mais aussi à cette enquête interminable sur la disparition de quatre enfants, enlevés par Freddy, kidnappeur en série, qui semble s’intéresser de trop près à Abigaël. Tout en essayant d’aller de l’avant, elle va devoir aider les gendarmes à retrouver Alice, Victor, Arthur et Cendrillon. Mais son instabilité mentale va de plus en plus la faire chavirer entre rêve et réalité, ne réussissant pas toujours à se raccrocher au monde réel.

Pour la plupart des gens, le rêve s’arrête au réveil. 

Ce qui m’a gêné dès le début de ma lecture, c’est l’appréhension d’avoir déjà découvert le fin mot de l’histoire, ou en tout cas de l’une des deux intrigues. Ça m’énervait un peu de continuer tout en étant presque sûre de savoir ce qui allait se passer et de ne pas être surprise. Au final, je l’ai été à moitié, ne me manquant au final que la cause qui a tout déclenché. Et pour ce qui est de l’identité de Cendrillon, je n’ai eu aucune surprise non plus. L’intrigue regorge, comme à la bonne habitude de l’auteur, de beaucoup d’imagination, particulièrement pour ce qui est du mode opératoire de Freddy, les épouvantails et la façon dont il séquestre les enfants.

Mais ça n’aura pas suffi à me faire adorer ce thriller. Contrairement à la plupart de ses autres livres auxquels j’accrochais immédiatement grâce à une amorce imposante et bien travaillée, ici j’ai trouvé le début poussif, lent et un peu trop explicatif à certains moments. Le fait de n’avoir eu aucune empathie pour les personnages, que ce soit Abigaël ou les enfants disparus, n’a évidemment pas aidé.

Mais, comme je l’ai dit plus haut, je n’ai pas retrouvé l’écriture de Franck Thilliez. Où est ce début qui envoie et qui nous oblige à rester accrocher au livre jusqu’à la fin ? Où est le grand travail de documentation que j’ai toujours apprécié et mis dans les points forts dans ses autres romans ? Je n’ai trouvé rien de tout ça, ce qui a fait que j’ai été très déçue. On ressent évidemment le travail de recherche sur le sommeil, la mémoire, la narcolepsie, mais il n’est pas aussi poussé que pour ses autres livres à mon goût.

Je n’ai pas été non plus happé par le récit. Je m’attendais à du suspense sans relâche, à des frissons, mais ça n’a pas été le cas pour moi. Je commence peut-être à trop m’habituer à cet auteur, ou alors ce livre-ci est vraiment beaucoup moins bon que ses premiers comme Train d’enfer pour ange rouge ou La Mémoire fantôme. Par contre, une interrogation restera apparemment sans réponse : est-ce que cette chanson a une réelle importance dans l’intrigue ? Si vous voulez comprendre de quoi je parle, malgré cet avis défavorable, tentez votre chance et découvrez ce roman.

Que sommes-nous, sans mémoire, sans souvenirs, sans le rappel de ces visages, de ces voix qui ont accompagné nos existences ? Juste un point sur la courbe du temps ? Une fleur qui a éclos, mais sans parfum ni couleur.

Petite déception pour ce nouveau roman qui ne m’aura pas tenu en haleine ni fait frissonné. Malgré un grand intérêt face à la maladie d’Abigaël et la façon dont elle réagi face aux événements, je n’ai pas réussi à m’immerger complètement dans cette intrigue.

Du même auteur

La Forêt des ombres (2006)

Sharko et Hennebelle
La Chambre des morts (2005)
Deuils de miel (2006)
La Mémoire fantôme (2007)
Le Syndrome [E] (2010)
[GATACA] (2011)
Atom[ka] (2012)
[Angor] (2014)
Pandemia (2015)
Sharko (2017)

10 commentaires sur « Rêver, Franck Thilliez »

  1. Ce n'est pas un auteur que je connais bien, et ton avis me chagrine une peu parce que le résumé de ce roman le faisait bien envie… Du coup, je pense continuer avec un des autres livres que tu as cités à la place.

    J'aime

  2. C'est vraiment dommage que tu aies été déçue. :/ J'aimerais quand même beaucoup lire cet auteur, mais je ne sais pas du tout par lequel de ses romans commencer, tellement il y en a ! Tu en aurais un à me conseiller pour une première lecture ?

    J'aime

  3. Le résumé me faisait également très envie, mais je n'ai finalement pas accroché. Après, c’est sûr que je te recommanderai d'autres livres de cet auteur, mais pas mal d'autres personnes ont adoré celui-ci donc c’est vraiment personnel ^^

    J'aime

  4. Je pense que j'ai été déçue parce que j'aime tellement cet auteur et que j'ai été habitué à mieux avec lui. Après, pour une première lecture de Thilliez, Rêver peut être pas mal même si je te recommanderais davantage La mémoire fantôme, Le syndrome E, ou un de ses « one-shots », Vertige.

    J'aime

  5. Je n'ai pas encore lu Puzzle qui me fait très envie (en même temps, tous ses livres me font envie ^^). Je remarque que je préfère les livres qui font partis de la « saga » Franck Sharko et Lucie Hennebelle. Je les trouve beaucoup plus poignants et stressants.

    J'aime

  6. Je suis d'accord, on peut facilement deviner les identités et/ou les intentions de certains personnages, mais je ne suis pas sûre que toute l'intrigue repose là-dessus… Mais plutôt sur le côté rêve/réalité !

    J'ai adoré !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s