Note : 3.5 sur 5.

Toutes les histoires ont un côté obscur…
Toutes les légendes renferment une vérité cachée…
Et si le conte le plus innocent dissimulait l’histoire d’amour la plus terrifiante ?

À tout moment , le sifflement des boulets me rappelait que la mort était prête à me cueillir. Je ne percevais rien autour de moi, et pourtant, pour la première fois, je regardais la guerre en face.

Après avoir longtemps hésité et lu la chronique de ce prélude et du premier tome du blog Les lectures de Marinette qui m’a décidé, j’ai voulu découvrir la réécriture de conte de Victor Dixen, conte qu’en plus je ne connais pas réellement. Ce prélude d’une soixantaine pages ne nous donne pas beaucoup d’informations sur cette nouvelle Boucle d’or mais il réussit à être intéressant par son cadre et son époque.

Pierre Valandrin fait partie de l’armée française de Napoléon qui va envahir la Russie. Sur cette terre inhospitalière, le soldat va découvrir les horreurs de la guerre et de la nature humaine. Recherchant des combattants ennemis après la fin d’un combat, il va également se laisser amadouer par une jeune fille blonde inconnue et seulement accompagnée de sa vachette près d’une grange, et ne va donc pas la dénoncer. Il repart alors sans avoir le moindre espoir de retrouver cette inconnue qui peuple depuis lors chacune de ses pensées.

Pierre accompagné de son camarade Paulin retourne donc vers les champs de bataille mais avec une toute autre conscience de la guerre dont il prend part. Il n’espère jamais pouvoir retourner chez lui et ne comprend alors plus vraiment le but de servir aveuglement les troupes napoléoniennes. Et c’est alors qu’il va se poser de plus en plus de questions sur ces mystérieux joueurs de tambour.

Victor Dixen réussit dès le début à immerger le lecteur dans cet été russe de 1812, en décrivant l’hostilité des russes face à l’envahisseur, le silence de ces habitants face à la cacophonie des canons et des batailles françaises. Pierre, tout juste âgé de dix huit ans, arrive rapidement à nous émouvoir face à ses premiers combats. Sa rencontre avec Ioula se révèle presque mystique et on espère des retrouvailles à la hauteur de ce premier contact. Donc même si j’ai l’impression que cette nouvelle ne m’a pas beaucoup renseignée sur la saga Animale, j’espère que celle-ci se passera à la même époque et dans le même cadre géographique que j’ai apprécié découvrir ici.

Lorsqu’un homme s’éteint, c’est l’humanité entière qui s’appauvrit – c’était maintenant seulement que je le comprenais.

Un prélude qui j’ai l’impression n’apporte pas beaucoup de choses à la saga originale mais qui reste intéressant par la découverte d’une Russie fragile face aux français du XIXème siècle.

De la même saga

  • La Malédiction de Boucle d’or tome 1 (2013)
  • La Prophétie de la reine des neiges tome 2 (2015)

Du même auteur

  • Extincta (2019)
  • La Créature (2014)
  • Cogito (2019)

Le Cas Jack Spark

  • Été mutant tome 1 (2009)
  • Automne traqué tome 2 (2010)
  • Hiver nucléaire tome 3 (2011)
  • Printemps humain tome 4 (2012)

Phobos

11 commentaires sur « Animale – Tambours dans la nuit tome 0, Victor Dixen »

  1. Moi aussi, j'aime beaucoup les réécritures de contes, et comme je ne connais pas vraiment ce conte-là, je trouve ça intéressant de le découvrir réellement dans un style contemporain. Ça me donnera peut-être envie de relire le conte original.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s