Note : 4.5 sur 5.

« Et si Rome se retrouvait plongée dans les ténèbres pour toujours… »
Cinq siècles auparavant, le pape Léon X lança cet avertissement : Rome ne devra jamais être plongée dans l’obscurité. Pourtant, lorsqu’aujourd’hui la foudre s’abat sur une centrale électrique au cours d’une terrible tempête, les autorités romaines sont forcées d’imposer un black-out total de vingt-quatre heures sur la ville le temps de réparer les dégâts. Dès le crépuscule, les ombres reviennent envahir Rome.

Donato Carrisi signe une fois encore un thriller haletant, un réel page-turner où Rome peut devenir l’ennemi de ses habitants. Ayant découvert l’auteur italien avec Le Chuchoteur et L’Écorchée, je dois dire que la barre était très haute avant ma lecture de ce nouveau roman. Et même si je l’ai trouvé un peu en dessous, il plaira aux amoureux du genre et même aux autres. Point important : certains personnages principaux sont déjà présents dans deux autres thrillers de Donato Carrisi, Le Tribunal des âmes et Malefico.

N’ayant pas lu ces derniers, j’ai été quelque peu larguée pendant pas mal de temps au commencement de l’intrigue. Ne connaissant absolument pas Sandra et Marcus, j’ai eu un peu de mal à les assimiler alors que la présentation de ces protagonistes était déjà faire ailleurs, et surtout, de faire face à cette multitude de personnages dès le début du livre. J’ai alors été noyée dans un certain méli-mélo dont j’ai réussi ensuite à me dépêtrer.

Car en dehors des personnages, l’intrigue est totalement inédite des deux autres romans. Suite à un problème électrique produit par la foudre, le gouvernement décide d’instaurer un black-out total dans la capitale romaine, la dénuant de toute lumière. Cet événement pourrait sembler anodin s’il ne coïncidait pas avec l’avertissement du pape Léon X au XVIème siècle : ne jamais plonger Rome dans l’obscurité sous risque de voir apparaître l’inimaginable.

Sandra Vega, ancienne membre de l’équipe des enquêteurs de la police scientifique, aidée par Marcus, un prêtre, va devoir démêler le vrai du faux face à une nouvelle enquête de meurtre où le tueur semble vouloir jouer avec elle. Après les événements quelque peu traumatisants racontés dans Le Tribunal des âmes et dans Malefico, Sandra aspire à une vie professionnelle plus calme. Cependant, lorsqu’elle est choisie dans l’équipe de Vitali, un agent à qui elle ne fait pas confiance, Sandra n’a pas le choix et doit aider à résoudre cette enquête.

Marcus, particulièrement doué pour comprendre les scènes de crime, sera un allié de choix, étant lui aussi étrangement lié à l’assassin. Alors qu’on le découvre nu et attaché dans l’obscurité, il comprend que son kidnappeur lui souhaite une morte lente et douloureuse. Souffrant d’epistaxis qui lui cause de nombreuses pertes de mémoire, il redoublera d’efforts afin de comprendre son rôle dans ce jeu malsain que le tueur instaure avant même que le noir se fasse sur Rome. Les deux protagonistes savent effectivement qu’ils sont loin d’avoir vécu le pire. Car la capitale éteinte va réveiller les plaisirs sadiques d’esprits tourmentés.  

Au départ, j’ai eu également un peu de mal avec cette très forte connotation chrétienne qui s’explique parfaitement par la localisation de l’intrigue. J’avais peur que l’histoire ne se concentre principalement que sur des questions d’ordre religieuse qui m’aurait personnellement dérangé. Cependant, l’auteur réussit à aborder plusieurs sujets, plusieurs points de vue qui apportent une homogénéité intéressante. J’en ai alors rapidement oublié ce désagrément, n’arrivant pas à m’arrêter à chaque chapitre, désirant découvrir au plus vite le fin mot de l’histoire.

C’est donc encore selon moi un très bon thriller que nous propose Donato Carrisi, où Rome est un lieu de choix pour présenter les vices et obsessions de divers personnages. Je remercie donc la maison d’édition Calmann-Lévy et NetGalley pour cette lecture qui, j’espère, vous plaira autant qu’à moi. Alors n’hésitez pas dès le 18 octobre à découvrir Tenebra roma !

Un nouveau thriller de choix pour cet auteur italien qui réussit à nous emmener dans une enquête haletante et dotée de pas mal de tension. Par contre, je pense qu’il vaut mieux avoir lu Le Tribunal des âmes et Malefico avant celui-ci pour pleinement l’apprécier et le comprendre.

De la même saga

  • Le Tribunal des âmes (2011)
  • Malefico (2015)

Du même auteur

  • Le Chuchoteur (2009)

Le meilleur thriller que j’avais lu cette année-là avec une construction narrative impressionnante et une enquête haletante.

  • L’Écorchée (2013)
  • La Femme aux fleurs de papier (2014)
  • La Fille dans le brouillard (2015)
  • L’Égarée (2017)
  • Le Retour du Chuchoteur (2018)

5 commentaires sur « Tenebra roma, Donato Carrisi »

    1. Oui, mais je l’avais déjà demandé sur NetGalley, ça m’apprendra de ne pas me renseigner avant 😅 Bon, même si j’ai eu un peu de mal au début à cause de ça, c’est très bon ! J’espère qu’il te plaira 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s