Note : 4.5 sur 5.

Pluie diluvienne, famine, terreur et haines à la cour de France. Bienvenue en 1316.
Au début du XIVe siècle, le climat change. En 1316, la pluie détruit les récoltes et provoque l’une des plus grandes famines du Moyen Âge. À l’aube de la guerre de Cent Ans, le royaume de France est plus que jamais divisé. Louis X, fils de Philippe le Bel, est un roi faible. Son oncle, Charles de Valois, gouverne le pays à sa place dans le dessein de monter sur le trône. Il se met en quête du trésor des Templiers, que l’on dit caché au château de Conflans. Seuls Isabeau et Louis, les petits-neveux du grand maître Jacques de Molay, mort sur le bûcher, ont échappé au massacre de leur famille et sont secrètement placés sous la protection d’Eude de Breiville. Cet humble seigneur à la carrure de géant voit sa tâche se compliquer avec les premiers émois d’Isabeau, qui se portent sur son fils Geoffroy, et ne tarde pas à se retrouver au cœur d’un redoutable jeu de pouvoir et de manipulations… Avec lui, on vit à la cour de France où le poison est le meilleur argument pour asseoir l’autorité d’une multitude d’intrigants.

S’il y a bien un genre où je suis une totale débutante, c’est bien dans le roman historique. Je me suis rarement essayée à ce genre, ne m’intéressant à l’Histoire que depuis mon cursus universitaire en littérature. Privilégiant habituellement le Moyen-Âge du XIIème ou XIIIème siècle, j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir le nouveau roman de Gilbert Bordes, plongeant le lecteur dans les années 1310-20 au temps des Rois maudits. Depuis la mort au bûcher des hauts dignitaires de l’ordre des Templiers, une malédictions semble planer sur les rois de France depuis Philippe Le Bel.

Et pour cause, ces dirigeants meurent jeunes sans laisser derrière eux de descendance solide. Afin d’inverser le sort, Louis X, roi chétif et quelque peu impressionnable, fait appeler Eude de Breiville, seigneur sans sou près de Paris, pour une demande toute particulière. Le grand maître des Templiers, Jacques de Molay, a laissé derrière lui Isabeau et Louis, ses petits neveu et nièce, traqués par les hommes de Charles de Valois, l’oncle du roi envieux de la couronne de France.

Eude de Breiville va accepter sous le secret de recueillir les deux enfants dans son domaine au côté de sa femme et de son fils Geoffroy. Dès leur première rencontre, Isabeau et Geoffroy semblent être appelés à se lier profondément l’un à l’autre. Cependant, le danger reste permanent autour de la jeune fille et de son petit-frère aveugle que beaucoup souhaiteraient voir morts.

Les grands de ce pays ne se refusent à rien pour pouvoir parvenir à leurs fins, que ce soit par la force d’une lame ou de manigances politiques. Devenant un membre privilégié de la garde du roi, l’honnête homme qu’a toujours été Eude de Breiville va soudainement être plongé dans toute cette spirale de faux-semblants et de coups bas à la cour, à l’instar de sa femme qui devient peu à peu une intime de la reine Clémentine.

Les différents protagonistes seront obligés parfois de dissimuler leurs véritables intentions pour ne pas perdre la vie et celle de ceux qu’ils aiment. Passant du jeu des grands aux péripéties des petits, Gilbert Bordes nous propose une véritable aventure où tous trouvent leur importance. Chacun des personnages connait ses moments de doute, de souffrance mais aussi de foi, religieuse ou spirituelle, et d’optimisme. Rien ne nous est épargné et il est intéressant de découvrir en particulier le quotidien parfois rude dans le domaine de Breiville qui a perdu sa superbe d’antan.

Presque rien ne nous est épargné et je garderai entre autres en mémoire un passage très douloureux autant pour le personnage que pour le lecteur qui s’approprie la scène. Il est savoureux de se plonger dans ce récit qui instruit et captive, arrivant à nous donner envie de commencer continuellement un nouveau chapitre grâce également à l’écriture travaillée de l’auteur. Je remercie grandement la maisons d’édition Belfond et Netgalley pour ce roman qui se montre captivant et enrichissant.

Une formidable aventure auprès des grandes et petites gens du royaume de France au XIVème où le désir de régner de certains peut chambouler l’existence des autres. Une très bonne immersion sous le règne de Louis X dotée d’une écriture stimulante.

Du même auteur

  • La Nuit des hulottes (1990)
  • Un cheval sous la lune (1994)
  • Le Chant du papillon (2011)
  • Le Cri du goéland (2011)
  • Un violon sur la mer (2013)
  • La Mémoire au coeur (2014)
  • Les Vents de la liberté (2015)
  • La DIsparue de Saint-Sauveur (2015)
  • L’Enfant de Loire (2016)
  • La Mort attendra (2016)
  • Chante Rossignol (2017)

3 commentaires sur « L’Année de la pluie, Gilbert Bordes »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s