Note : 4 sur 5.

Je ne vois pas les morts. Je vous vois, vous. Je vois toutes vos incarnations. Je vois l’histoire de votre âme.
Je peux voir votre aura trempée dans le sang de vos vies antérieures. La plupart des gens sont intrinsèquement bons ou mauvais. Certains flottent entre l’obscurité et la lumière. Peu de gens peuvent changer le tissu de leur essence ; c’est un combat que la plupart sont trop faibles pour gagner.
Il était autrefois l’obscurité. Un mal si pur que son âme est noire et pourtant je suis attirée par lui comme un papillon vers une flamme. Quelques fois, j’ai l’impression de me noyer, les vagues de mes sentiments me volant l’air de mes poumons. D’autres fois, je ne ressens rien du tout. Je suis incertaine, ce qui est pire ; haletante pour trouver l’air ou mourir de cette soif.

Les humains croient intrinsèquement que tout ce qui plaît aux yeux doit être bon. Notre instinct nous dit que le mal ne se tapit pas sous un masque séduisant, c’est impossible.
N’importe qui doué de bons sens sait que c’est un mensonge, un piège pour vous capturer.

Je me dois de vous avertir dès le début, renseignez-vous bien avant d’acheter ce roman. Placé au sein de la catégorie dark romance, je ne m’attendais tout de même pas un récit aussi noir. Adeptes du genre, vous devriez aimer ce premier tome. Pour les autres comme moi, il pourrait être une sacrée découverte et une lecture vraiment à part face à d’autres romances. Ici, pas de romantisme, de pétales de fleurs, de mots doux. Les personnages interagissent dans une atmosphère âpre, couverte de sang et de pratiques de tortures infâmes.

En Grande-Bretagne, il existe l’Ordre rouge, une organisation secrète qui dirige en secret le pays depuis des centaines d’années. Cause de guerres, d’attaques terroristes, etc…, cette société a une portée mondiale. Toujours dirigée par les familles Craven et Hunter, c’est aujourd’hui Alen Craven qui la dirige depuis des années. Pour consolider ses relations avec Cole Hunter, son futur successeur, il décide de lui offrir un cadeau de choix : Faye, sa fille.

Ayant toujours vécu dans cet univers masculin et dominateur, la voilà passer de l’autorité de son père à celle de son nouveau mari sans espoir de liberté. Elle sait que Cole ne sera pas son sauveur, celui-ci comptant bien la briser jusqu’à ce qu’elle en devienne folle. Mais ce que ne sait pas l’impitoyable et brutal Cole Hunter, c’est que Faye est loin d’être une débutante dans le rôle de victime. Avec l’enfance que lui a refusée son père, baigné dans le crime et entouré d’adultes lubriques et pervers, elle ne compte pas se laisser détruire aussi facilement.

Surtout que depuis un accident qui a coûté la vie à sa mère, elle peut ressentir les êtres humains autour d’elle. Elle voit la couleur de leur aura, de leurs émotions les plus secrètes, du mal qui régit les hommes les plus vils qu’elle connaît. Cependant, Faye va rapidement ressentir un désir irrépressible pour son nouveau bourreau. Malgré sa brutalité, son besoin de domination et sa froideur, Faye ne peut cacher ses tremblements d’excitation lorsque son mari la touche alors que celui-ci ne cherche qu’à lui faire du mal au début de leur histoire.

Vite aspiré dans une histoire plongée en plein syndrome de Stockholm, le lecteur ne peut être que sur ses gardes face aux interactions de ces deux personnages. Le but de l’auteure n’est pas de rendre toute cette histoire plaisante à découvrir. Leur relation n’a rien d’anodin et l’auteure ne tente pas de la normaliser ou de la banaliser. C’est dérangeant et inquiétant, l’horreur est presque constant. Mais bientôt, grâce à leur désir de vengeance commun, un lien porté par le respect et l’envie de liberté va peu à peu naître entre eux.

Par la vengeance froide et destructrice, ils arrivent à se rapprocher. Avec cette enfance similaire effroyable, ils commencent à se comprendre et, relativement vite, à s’attacher l’un à l’autre. Vite selon moi, parce que je ne pensais pas découvrir un revirement aussi rapide de la part de Cole. Lui qui souhaitait détruire sa nouvelle épouse qu’il perçoit comme sa nouvelle possession change rapidement d’avis. Et cette vitesse m’a paru présente également dans la construction de l’intrigue.

Tout se met trop rapidement en place, Cole qui démarre l’attaque pour sa vengeance, le plan qui s’ensuit, sa relation empoisonnée avec Faye. Malgré cela, il est aisé mais sûrement dérangeant de se lancer dans ce récit noir avec un langage vulgaire et des représentations visuelles fortement connotées sexuellement auquel le lecteur va avoir le droit tout au long de premier tome. Pour moi, ce livre se suffit à lui-même avec des personnages intéressants à découvrir comme également Luke et Grim plus secondaires et un univers noir que l’auteure exploite à souhait. Je remercie Juno Publishing et Netgalley pour m’avoir permis de lire ce livre.

Si je dois souffrir, qu’il en soit ainsi.
Je serai à la fois vengeresse et bourreau, même si je dois creuser ma propre tombe.

Une bonne introduction à la dark romance même si ça ne plaira pas à tout le monde vu le langage et les scènes violentes proposés. La relation particulière entre les deux personnages est intéressante même si selon moi, l’auteure aurait pu aller encore plus loin, ça s’améliore trop rapidement à mon goût.

De la même saga

  • Vision tome 2 (2017)
  • Sans foi tome 3 (2018)

De la même auteure

  • The Bachelors (2017) (VO)
  • The Proof is the way it hurts (2017) (VO)
  • The Definition of Fflur (2018) (VO)

Love by numbers (VO)

  • Nineteen tome 1 (2015)
  • Twenty one tome 2 (2015)
  • Thirteen tome 3 (2016)
  • One tome 4 (2016)
  • Eight tome 5 (2017)
  • Two tome 6 (2019)

4 commentaires sur « L’Ordre rouge – Extra lucide tome 1, E.S. Carter »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s