L’Écarlate de Venise, Maria Luisa Minarelli

Venise, 1752. Par une glaciale nuit de décembre, un homme est retrouvé étranglé dans une ruelle. Il est la première victime d’une série de meurtres auxquels Marco Pisani, haut magistrat de la République de Venise, se trouve mêlé. Idéaliste et passionné, Pisani est un précurseur des Lumières qui a compris depuis longtemps que ce qui est légal n’est pas toujours juste. Amoureux de sa ville, il la voit avec tristesse sombrer dans la décadence. Ses enquêtes ne font que renforcer ce sentiment en levant définitivement le voile sur la part d’ombre d’une société en proie aux conflits familiaux, aux rumeurs destructrices et au vice. Aidé de son ami avocat Zen, de Nani le gondolier sans scrupule et de la belle et indépendante Chiara, Pisani mène l’enquête sans relâche, des chantiers de l’Arsenal aux prisons du palais des Doges, en passant par les maisons de jeux et les palais de la noblesse… Jusqu’à découvrir la vérité, aussi amère que surprenante.

 

AVIS

 

En pleine immersion à l’intérieur de Venise au XVIIIème, Maria Luisa Minarelli nous entraîne dans une enquête policière intrigante où les victimes d’aujourd’hui étaient loin d’être des hommes irréprochables de leur vivant. Alors que Tommaso Grassino retrouve dans la rue le corps étranglé de Marino Barbaro, un aristocrate sans le sou, il est rapidement vu comme le suspect principal de ce meurtre. Rapidement arrêté, son affaire va tomber entre les mains de l’advocateur Marco Pisani qui semble croire en son innocence, surtout après la découverte d’un nouveau corps, celui de Piero Corner, connaissance de la première victime et prenant part à de louches affaires. Marco Pisani va alors mettre un point d’honneur à résoudre cette enquête qui touche bientôt à l’intégrité d’hommes hauts placés de la ville, quitte à en oublier quelques fois les règles de sa fonction et de la police vénitienne. Passionné par son métier, il compte tout faire, tout entreprendre, afin de découvrir la vérité. Aidé par des alliés aux talents très distincts, Marco Pisani est prêt à dévoiler les secrets les plus importants de sa ville, celle-ci en proie à des batailles tortueuses et familiales et aux vices les plus ordinaires.

Maria Luisa Minarelli construit son récit avec un désir de fidélité pour coller au maximum au XVIIIème siècle italien, entre conflits moraux, expansion toujours plus forte des arts et de la philosophie,etc… Le décor, l’atmosphère, le vocabulaire italien, tout est présent pour que le lecteur y croit et se sente réellement transporté en 1752. Et pour ce qui est des mots italiens, il va falloir lire ce roman policier avec beaucoup d’attention pour rester accroché. Tous comme les personnages, il y en a un grand nombre et il est vrai que je me suis sentie quelques fois perdue (même si un glossaire est présent à la fin de l’oeuvre). Il n’y a que dans les dialogues que j’ai parfois ressenti un décalage. Au début de ma lecture, j’ai été quelque peu perplexe. Tout me faisait penser à une époque plus antérieure jusqu’à la première fois où Marco Pisani parle à un quelconque interlocuteur. Le tutoiement à tout-va (ce qui est peut-être normal, mais ça m’a personnellement frappé), la manière de s’exprimer ne m’a pas paru refléter exactement les paroles d’un haut magistrat du XVIIIème siècle.

En dehors de ça, l’enquête progresse d’une manière intéressante et dynamique, nous proposant l’évolution des investigations de l’advocateur et de ses amis mais également des épisodes de sa vie en dehors de sa fonction. Ses pensées et réflexions sur le monde qui l’entourent et sur cette ville qui, selon lui, se tire elle-même vers le bas sont d’autant plus intéressants à découvrir grâce au travail de l’auteure autour particulièrement de ce personnage très bien construit et sympathique. Prônant sa différence, il mène l’enquête d’une manière tout à fait particulière pour un advocateur de son temps. Je lirai avec plaisir un autre roman de cette écrivaine douée pour reconstituer des faits et une époque passionnante à observer. Merci à AmazonCrossing et à NetGalley pour l’envoi de ce livre. Sortie le 6 février !

 

CONCLUSION

Un roman policier historique très intéressant par le travail de contextualisation très bien mené par l’auteure et par son personnage principal qui sort du lot et qui essaye de changer les choses à son niveau autour de toute cette enquête de meurtres en série.
16/20

 

DE LA MÊME AUTEURE

  • L’Or de Venise (2016)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s