Note : 2 sur 5.

Un an après le décès accidentel de Lydia, l’une de leurs filles jumelles, Angus et Sarah Moorcroft quittent Londres pour oublier le drame. Ils s’installent sur une petite île écossaise, qu’ils ont hérité de la grand-mère d’Angus, au large de Skye. Mais l’emménagement ne se passe pas aussi bien que prévu. Le comportement de Kirstie, leur fille survivante, devient étrange : elle se met à affirmer qu’elle est en réalité Lydia. Alors qu’un brouillard glacial enveloppe l’île, l’angoisse va grandissant… Que s’est-il vraiment passé en ce jour fatidique où l’une des deux sœurs a trouvé la mort ?

Nos chaises sont à exactement deux mètres l’une de l’autre. Et elles font toutes les deux face au grand bureau, comme si nous étions un couple en plein séance de thérapie conjugale – une expérience que je ne connais que trop bien.

Le sujet de la gémellité intrigue par son caractère tout à fait particulier. Est-ce que des jumeaux peuvent réellement se sentir comme une seule et même personne ? Ressentent-ils les émotions et sensations de leur moitié ? Je ne suis pas tellement habituée à ce thème mais je dois dire que lorsque j’ai un livre de ce genre dans les mains, je n’hésite pas longtemps avant de l’ouvrir.

Malheureusement, dès le début, j’ai compris que ce livre n’était pas fait pour moi. Extrêmement lent avec des protagonistes antipathiques qui pensent que garder le silence va arranger leur vie de famille alors qu’il n’y a rien de plus solide que la communication… Le Doute a été une sorte de douche froide où je n’ai, la plupart du temps, pas compris les choix illogiques des personnages. Pourtant, le début me faisait penser à Shining de Stephen King avec cette famille quelque peu brisée, le père dévoré par l’alcoolisme, l’enfant étrange et ce départ vers un huit-clos en marge de la population extérieure. Finalement, j’ai rapidement déchanté.

Un an après la perte de leur fille Lydia, Sarah et Angus décident de quitter Londres avec leur deuxième fille, Kirstie, soeur jumelle de la défunte, pour se rendre sur une île coupée du monde extérieur. Héritage de la grand-mère d’Angus, lui et sa femme ont décidé de retaper la maison sur l’île galloise afin de prendre un nouveau départ. Et si Sarah est optimiste quant aux chances de renouer de réels liens avec son mari, on comprend rapidement que de son côté à lui, il va être extrêmement difficile de recoller les morceaux.

Changement radical de vie pour cette famille qui va vivre en ostracisme sur cette île peu sécurisée, devant naviguer plusieurs fois dans la journée afin de rejoindre le pays ou les îles alentour pour le travail d’Angus ou l’école de Kirstie. Un nouveau départ peut déjà se monter difficile à appréhender, mais quand Kirstie dit à sa mère qu’en réalité elle est Lydia et que c’est Kirstie qui est morte, Sarah commence à être en proie à un doute continuel.

Le lecteur partage ses nombreux doutes autour de cette famille où chacun de ses membres a quelque chose à cacher. Et c’est normal puisqu’ils ne savent pas se parler ! Oui, les circonstances de la mort de Lydia/Kirstie sont sensibles, et alors que l’un se sent coupable et que l’autre nourrit une haine de plus en plus grande, aucun des deux parents ne peut être d’un réel réconfort pour leur fille survivante.

Peut-être qu’entre un homme et une femme qui ont eu un enfant ensemble il reste toujours, quoi qu’il arrive par la suite, un soupçon d’amour résiduel : même englouti, il est toujours là, comme une épave au fond de la mer.

Et le problème, c’est que la petite fille de sept ans est au milieu de tout ça. Entre ses crises de colère, son dédoublement de personnalité et sa mélancolie frisant la dépression, Sarah ne sait pas quoi faire. Et l’emmener voir un spécialiste, ça ne serait pas une bonne idée ? Je n’ai pas arrêté d’halluciner à propos des agissements de cette mère qui préfère minimiser les problèmes en pensant qu’ils vont se régler d’eux-mêmes.

Mais qu’attendent Sarah et Angus pour trouver une réelle solution au lieu de pousser leur fille dans l’incertitude juste pour ne pas avoir à révéler leurs secrets ? Oui, c’est un thriller, il faut bien qu’il se passe quelque chose mais est-il vraiment nécessaire de rendre les parents aussi incompétents alors qu’ils veulent évidemment bien faire ? Kirstie est complètement perdue et on comprend rapidement pourquoi vu le cadre familial et émotionnel. Sarah est un personnage avec des idées parfois bien arrêtées au niveau de la famille et du couple qui peuvent déranger, ce qui a été mon cas.

Entre le favoritisme prononcé entre ses filles, la manière de voir son couple et sa manie de rester dans ses retranchements pour ne pas dire réellement ce qu’elle pense, Sarah est un personnage que j’ai trouvé antipathique. Et Angus ne se révélera pas beaucoup mieux par ses cachoteries grotesques et ses mensonges qui brisent l’équilibre mental de sa fille. Le style de S.K Tremayne n’aura pas rattrapé ma lecture, trouvant que le rythme est beaucoup trop monotone même si tout n’est pas à jeter dans ce roman.

Le sujet de la gémellité est très bien traité et la psychologie de Kirstie est intéressante même si son entourage n’est pas capable de lui donner les bons outils pour qu’elle puisse s’épanouir pleinement et cicatriser de ses blessures intérieures. La fin ne m’aura pas davantage convaincu étant pour le moins rapide voire bâclée. Finalement, Le Doute est une grosse déception qui ne me donne pas envie de découvrir davantage cet auteur.

J’ai transformé en mensonges acceptables une réalité trop intolérable.

Avec un rythme lent et un style d’écriture qui ne m’a pas convenu, ce thriller est intéressant au niveau du thème sur la gémellité. A part ça, les personnages sont exaspérants au possible et le manque d’aide psychologique pour la fille survivante m’a abasourdi. Selon moi, les agissements des parents sont souvent illogiques alors qu’ils veulent aider leur enfant.

2 commentaires sur « Le Doute, S.K. Tremayne »

  1. Les ressentis autour d’un livre sont extrêmement subjectifs. Ce livre m’a plu lorsque je l’ai lu mais je comprends ton point de vue que tu défends très bien d’ailleurs. J’imagine déjà l’adaptation cinéma de ce livre 😉 Excellent weekend à toi 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai que j’ai lu des très bonnes critiques comme des mauvaises de ce livre, en tout cas, il est dur d’y rester indifférent. Une adaptation ciné serait bien, peut-être que ça me ferait apprécier davantage l’histoire, donc pourquoi pas !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s