coup de

Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speeddating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

« Léonor, que ressentez-vous au moment de quitter la Terre pour toujours ? »
« Léonor, est-ce que vous avez hâte ? »
« Léonor, est-ce que vous avez peur ? »
« Léonor ! »
« Léonor !! »
« Léonor !!! »

Est-il vraiment nécessaire de raconter l’histoire de Phobos ? Avec tous les avis sur les blogs, sur Youtube, dans les librairies, etc… qui n’aura pas entendu parler de la saga phare de Victor Dixen ? Adulé par la majorité de ses lecteurs, ce premier tome promettait une intrigue captivante dans l’espace avec des personnages qui ont chacun leur particularité.

Et même si je l’ai commencé avec beaucoup de retenue, de peur d’être déçue par les attentes nées d’avis très positifs, je dois dire que je rejoins la majorité des lecteurs, ce premier tome a été un coup de cœur ! Victor Dixen nous embarque dans le Cupido avec une telle facilité et une telle tension dès le début de l’histoire qu’on ne peut que souhaiter comprendre tout l’engouement autour de cette idée de télé-réalité. J’ai tout de suite accroché à l’atmosphère où l’auteur maîtrise son sujet, entre schémas des navettes et descriptions des conditions de vie de ces jeunes adultes en direction de la planète Mars.

Au rachat de la NASA, l’entreprise américaine Atlas fait naître un projet fou du nom de programme Genesis : une émission de speed-dating avec douze participants qui seront chargés d’être les pionniers d’une nouvelle civilisation sur la planète rouge. Chaque jour pendant cinq mois en direction de Mars, deux prétendants pourront se rencontrer pendant six minutes. Chaque échange lors de ces rendez-vous seront filmés et retransmis sur Terre où cette télé-réalité prend au fil des jours de plus en plus d’importance.

Les curseurs du voyeurisme et de l’absence d’intimité sont poussés au maximum dans ce jeu de séduction qui est finalement plus qu’un jeu et ça depuis le début. Avec une portée mondiale, l’émission prend une importance économique puis politique et rassemble des millions de personnes à travers la planète. Et si le programme Genesis inspire tellement, c’est bien grâce à ses participants venant des quatre coins du monde. Phobos propose une diversité ethnique et psychologique qui est un gros plus dans ce premier tome. On apprend à découvrir les prétendants et surtout les prétendantes par le regard de Léonor, la flamboyante, solitaire et rebelle du programme.

Rêve comme si tu vivais pour toujours, vis comme si tu allais mourir aujourd’hui.

Mettant particulièrement en avant certains personnages, notamment dans le groupe des filles, l’auteur compte néanmoins offrir une palette d’émotion et de traits de caractères à ses douze protagonistes qui se dévoilent peu à peu au fil de l’aventure. Les garçons restent néanmoins une énigme au vu de leur rare présence. Vu qu’on ne les rencontre que lors de leur rendez-vous avec les six autres prétendantes, on ne peut les découvrir qu’à travers le prisme de la télé-réalité alors qu’ils tentent au maximum de se montrer sous leur meilleur jour, entre drague et à sourires à tomber. Et alors que ces douze jeunes gens semblent receler les meilleurs attributs, avec tous un caractère différent, chacun tente de cacher un secret qui les rend vulnérable.

Tous doté d’un lourd passé, il n’est pas difficile de s’attacher à ces âmes à qui la vie n’a pas fait de cadeau. Au-delà de cette épreuve de séduction se déroule tout une machination où le mensonge est le maître mot. Des dangers inimaginables touchent ces douze personnes et les organisateurs du programme Genesis comptent bien étouffer toute rumeur. À la tête de ce groupe se retrouve Serena McAbee, psychologue reconnue grâce à ses émissions de télé, une femme à plusieurs visages qui est une experte en manipulation. Peinant parfois à garder le total contrôle des événements, elle ne manque malgré tout pas de ressources afin d’arriver à ses fins. Mais c’est sans compter sur un mystérieux jeune homme qui est bien décidé à découvrir les secrets autour de ce programme à la portée mondiale.

L’auteur nous propose alors différents points de vue entre la Terre et l’espace, offrant de la complexité à son récit. Il n’y a pas une minute où on s’ennuie tellement on est pris, comme le public, dans les histoires de cœur de ces jeunes hommes et femmes, mais aussi par les péripéties autour des organisateurs qui sont prêts à tout pour garder leur secret. Ce premier tome a été très addictif, il est difficile de le lâcher avant la fin qui est également bien réussi. La seule chose qui aurait pu me déranger est la manière avec laquelle l’auteur guide parfois trop son lecteur à travers les dialogues, notamment ceux avec Serena, pour lui faire comprendre les véritables enjeux.

J’ai eu l’impression que certains dialogues étaient alors parfois seulement adressés au lecteur, donnant lieu à des faits inutilement expliqués dans leur globalité alors tous les protagonistes connaissent déjà ces informations. Mais à part ce petit défaut, je n’ai rien à redire sur ce premier tome que je vous recommande, si ce n’est pas déjà fait, de lire. Généralement très peu intéressée par les histoires dans l’espace, j’ai tout simplement adoré !

Aimer, ça ne veut pas dire tout accepter de l’autre sans question ni remise en cause. […] Aimer c’est se battre pour ce que l’on croit être le meilleur pour l’autre même si l’autre ne le sait pas. L’amour que je t’offre est une bataille. Celui de Mozart, c’est une capitulation.

Un coup de cœur pour ce premier tome riche en rebondissements. Les personnages en direction de Mars sont très attachants et intéressants et leur aventure passionne. Le fait d’avoir également le point de vue de ceux sur Terre est un gros plus pour complexifier l’intrigue.

De la même saga

tome 2 (2015)
tome 3 (2016)
tome 4 (2017)
Origines tome 0 (2016)

Du même auteur

Animale
Tambours dans la nuit tome 0 (2013)
La Malédiction de Boucle d’or tome 1 (2013)
La Prophétie de la reine des neiges tome 2 (2015)

Vampyria
La Cour des ténèbres tome 1 (2020)
La Cour des miracles tome 2 (2021)

12 commentaires sur « Phobos tome 1, Victor Dixen »

    1. Je n’ai lu que le prologue d’Animale qui n’a apparemment pas trop de liens avec la saga donc je ne peux te parler que de Phobos que j’ai adoré. Je suis vraiment surprise parce qu’avec tous les bons avis que j’ai pu lire, je m’attendais à avoir mis la barre trop haute et finalement, l’histoire a répondu à mes attentes.

      Aimé par 1 personne

  1. J’avais beaucoup aimé le premier tome mais alors le tome 2 a été un énorme coup de cœur. J’espère que tu l’apprécieras autant que moi ❤

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s