Walking dead tomes 6 et 7 : Entre torture et calme avant la tempête

 

 

Vengeance tome 6

Attention, SPOILERS si vous n’avez pas lu les tomes précédents.
Rick, Michonne et Glenn sont désormais captifs du Gouverneur, leader charismatique de la petite communauté de Woodbury. Et chaque heure qui passe les éloigne un peu plus de la certitude de revoir leurs proches, restés à l’abri, derrière les grilles du pénitencier. Mutilés et terrorisés, les prisonniers découvrent la personnalité déséquilibrée de leur tortionnaire, adepte de jeux du cirque d’un genre nouveau…

 

Je ne vais pas mourir… scientifiquement parlant… je vais, évoluer en une forme de vie… différente… pire… mais je serai… toujours là.

 

Après être partis à la recherche de survivants suite au crash d’un avion, Rick, Glenn et Michonne sont emmenés à Woodbury sous la coupe du Gouverneur. Ville qui reflète parfaitement le retour à la sauvagerie humaine depuis la naissance des rôdeurs avec notamment des jeux d’arène, il sera difficile pour eux de s’enfuir sans égratignures. Implacables, nos trois compagnons ne comptent cependant pas se laisser briser facilement alors que le Gouverneur recherche des informations sur leur groupe à la prison. Et le dirigeant de Woodbury est prêt à tout pour collecter des indices quitte à torturer ses prisonniers. Mais le retour de bâton pourrait se révéler d’autant plus féroce. Ce sixième tome laisse pleinement la place à la violence, à la vengeance dans ce qu’elle a de plus affreuse. Parfois insoutenables, certaines scènes resteront dans la mémoire des lecteurs de cette saga. Une scène en particulier est, à mon avis, mythique de Walking dead.

Quand certains disent que la série télévisée adaptée est violente et sensiblement dérangeante, ce ne sont pas les mêmes qui lisent les comics. Robert Kirkman pousse les curseurs de la violence au maximum quitte peut-être à en faire trop ? Ça sera selon votre sensibilité. Rick, Michonne et Glenn sont donc fortement égratignés, les zombies semblent être moins une menace que leurs semblables humains, mais ils ne comptent pas baisser les bras facilement. Par leurs ressources et leur force, ils comptent bien réussir à s’enfuir de Woodbury pour retrouver leur famille à la prison. D’autant plus dans la profusion de sang et de tortures insoutenables, ce sixième tome marque par sa brutalité physique et psychologique. Le reste est dans la lignée des tomes précédents sans rien apporter pour le moment de nouveau à la prison ce qui sera, je l’espère, rapidement modifié dans la suite.

 

– Ce n’est plus la raison qui gouverne le monde, n’est-ce pas ?
– Est-ce que ça l’a jamais été ?
– Non. On se leurrait jusqu’à ce qu’il arrive quelque chose de si énorme que ça nous a fait réaliser la folie de notre monde.

 

Dans l’œil du cyclone tome 7

Rick et ses compagnons ont pu échapper aux griffes du Gouverneur, le leader psychopathe de la communauté de Woodbury, située aux environs du pénitencier. Un calme relatif semble être retombé sur la petite communauté et, comme un signe d’apaisement, Rick et Lori se préparent à accueillir un heureux événement. Les liens se renforcent, les tensions s’apaisent, la vigilance baisse… C’est le moment que choisit l’horreur pour frapper à nouveau !

 

– D’après le calendrier d’Andréa, pour peu que tout ça ait encore un sens, on est début juillet.
– Pour moi, on est en aout.
– Pour moi, on est en enfer…

 

Un tome complètement différent du précédent ! Au lieu de s’épancher sur la vengeance et la violence dont est capable l’être humain, ce tome 7 s’attache à approfondir la psychologie des personnages et les relations humaines au sein de la prison. Le groupe de Rick passe par des épreuves toujours aussi complexes, n’étant jamais vraiment en sécurité, mais finalement le calme semble pouvoir se prolonger au sein de ce décor carcéral. Evidemment tout ne va pas dans le meilleur des mondes et malgré quelques événements compliqués, les personnages réussissent à souffler un instant après tout ce qu’ils ont du vivre. Alors que certains perdent la tête, la plupart essaye de revenir à un quotidien normal tout en récupérant des munitions et des vivres.

Car Rick, Michonne et Glenn sont revenus mais la menace du Gouverneur est toujours présente. Ces trois personnages sont mis en avant dans ce tome ; Rick choisit de rester davantage au côté de sa famille, Michonne tente de se remettre des tortures à Woodbury et Glenn voit profiler un avenir plus radieux avec Maggie. Andrea prend également une place plus importante et laisse place à son envie d’aider les siens et son autorité naturelle. Les tensions entre Rick et Tyreese sont moins ressenties dans ce tome, les deux réussissant à trouver un moment de repos dans toute cette épreuve. Plus tourné vers la psychologie des personnages, ce tome se définit totalement comme le calme avant la tempête. Après les sévices perpétrés sur le Gouverneur par Michonne, les habitants de la prison savent qu’il va tout faire pour les retrouver et les anéantir. Et la fin de tome laisse profiler une suite qui monte encore d’un cran et qui donne très envie !

 

Dés l’instant où vous cessez de les prendre pour une menace… Vous êtes morts !

 

 

 

Publicités

3 réflexions au sujet de “Walking dead tomes 6 et 7 : Entre torture et calme avant la tempête”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s