Ode à la fatigue : La comprendre pour mieux vivre avec elle

odealafatigue.jpg

Résumé

Phénomène universel et pourtant peu traité par les grands écrivains et philosophes, la fatigue est le démon mesquin de la quotidienneté. Comment vivre avec elle, qui rend parfois si difficile la vie ?
Est-il possible de pratiquer les vertus d’Aristote (le courage, la tempérance, l’altruisme) quand nous sommes épuisés ? La fatigue n’élargit-elle pas l’écart qui toujours existe entre ce que nous sommes et ce que nous devrions, ou voudrions être, nous qui ne sommes ni des héros ni des saints ?

Avis

 

 

N’est-il pas fort légitime de faire l’éloge de la fatigue ? La fatigue ne fait-elle pas partie de la condition humaine comme telle ? N’est-elle pas la noble attestation de l’émouvant effort que fait tout homme pour essayer de << bien faire l’homme, et dûment >> ( tâche infinie, que son inachèvement ne laisse pas d’être belle) ? le dit témoignage de cet effort là ? N’est-il pas voué à la fatigue, celui qui fait le dur métier d’exister ?

 

Étudiante en lettres modernes, il m’arrive de plus en plus souvent de lire des essais littéraires sur les différentes époques, mouvements, genres, etc… Mais instinctivement, je ne m’intéresse généralement pas aux essais actuels et, surtout, à ceux qui n’ont pas un lien propre avec la littérature. Et j’ai bien souvent tort si je me réfère à ce nouvel essai d’Éric Fiat, Ode à la fatigue. Je voudrais remercier Babelio et les éditions de l’Observatoire grâce à qui j’ai pu découvrir cet essai que je n’aurais sûrement jamais lu sans la Masse Critique Babelio. Pourtant, on est tous un jour ou l’autre touché par cet état, tantôt un fardeau, parfois la preuve d’un effort salvateur, la fatigue. Comme il est écrit sur la quatrième de couverture, ce thème est universel et pourtant, peu d’ouvrages s’attachent à l’expliquer en profondeur. Il y a bien Jean-Louis Chrétien (De la fatigue), Alain Ehrenberg (La Fatigue d’être soi. Dépression et société), Paul Lafargue ( Le Droit à la paresse) et différents autres auteurs et essayistes qui se seront emparés de ce sujet apportant leur vision exposée parallèlement à celle du monde, de multiples visions qu’Éric Fiat ne va cesser de présenter pour argumenter toujours davantage son propos.

Car, qu’est-ce que la fatigue ? De quoi résulte-t-elle ? Qu’est-ce qu’elle peut apporter et comment la vaincre ? Et même, peut-on véritablement la vaincre ? Jouant avec les mots, créant un mélange de ton entre humour et essai augmentatif, Éric Fiat propose une manière de comprendre toutes sortes de fatigues, de les différencier pour ensuite réussir à composer avec elles. Car le but de cet essai n’est pas de vous offrir en dix leçons la manière de garder la pêche du matin au soir sans aucun coup de mou. Les instants de fatigue sont inépuisables notamment au XXIème siècle où tout doit aller toujours plus vite. Courir, courir toujours plus vite. Comment alors ne pas s’essouffler, se questionner, parfois se démoraliser ? Physique ou mentale, positive ou négative, la fatigue nous accompagne souvent sans y être invitée. Par ses mots, ses références et inspirations, sa vision de notre société, Éric Fiat offre avec l’Ode à la fatigue une manière de mettre cartes sur table, de faire face à cet état de fatigue, mauvais ou bon. Il s’agit alors de présenter les mauvaises fatigues en différenciant la fatigue avec la paresse puis les bonnes fatigues qui se dévoilent lors d’un travail bien accompli où l’on a tout donné, d’une victoire sportive ou encore d’une réussite amoureuse pour l’amant exalté.

 

Voici ce que Heidegger nous apprend : qu’indépendamment de notre capacité psychologique d’être soucieux ou incures, prévenants ou indifférents, nous sommes en nos profondeurs même soucieux, préoccupés et prévenants, nous efforçant d’être, de comprendre le sens de l’être et d’assister autrui. Et pourquoi sommes-nous ainsi ? Parce que quel que soit notre métier, notre métier est d’exister.

 

Il s’agit également de montrer que la fatigue résulte de plusieurs aspects de la vie, de la capacité de l’homme à se sentir éprouvé par le temps, à se souvenir du passé et à appréhender l’avenir, à ne pas finalement rester bloqué dans un présent infini où le temps serait comme figé et où la fatigue ne serait pas perceptible. La conscience de l’être humain l’amène à comprendre ses maux, ses dons. Les animaux, les végétaux, peuvent-ils ressentir réellement de la fatigue ? Sentent-ils le poids de la vie sur leurs épaules ? Comprennent-ils la valeur éphémère de l’existence ? En explorant divers sujets, diverses théories qui amènent à toujours se questionner sur le thème principal de cet essai, Éric Fiat passionne par sa manière de mener le lecteur au plus près de la nature humaine et de lui montrer les champs des possibles. Jouant souvent avec les mots, il nous permet de comprendre mais aussi de conserver notre intérêt intact lors de cette lecture vivifiante et inspirante. J’ai été réellement captivée par la majorité des sujets explorés dans cet essai, particulièrement lors des questions autour du rapport entre l’homme et le temps, entre l’intelligence humaine et l’instinct animal et par la dernière partie de l’oeuvre qui peut aider à composer avec les difficultés que chacun peut rencontrer face à cette fatigue qui peut prendre diverses formes et peut rester présente pendant un temps indéterminé.

 

Puisque à la fatigue nous n’échapperons pas, au moins tentons d’en choisir les raisons. De même que toute douleur n’engendre pas une souffrance, de même tout fatigue n’engendre pas une lassitude.

Conclusion

Un essai passionnant sur la fatigue, sur ses différentes causes et ses manières de bouleverser notre quotidien. Pouvoir composer avec et mieux la comprendre, voici un des buts de cette œuvre.

Publicités

2 réflexions au sujet de “Ode à la fatigue : La comprendre pour mieux vivre avec elle”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s