Bilan du mois de Juillet 2018

Mes lectures

Mon TOP 3

Aliss (2000) de Patrick Sénécal : C’est souvent cru, parfois violent et c’est incroyablement immersif. On plonge comme Alice dans la vie de ce quartier étrange où aucun interdit n’est prohibé. Alors que la jeune femme tente de comprendre qui elle est réellement, elle découvre un monde où tout est possible mais dangereux. Les personnages sont farfelus, presque fantasmagoriques et reflètent bien les traits distinctifs des protagonistes d’Alice au pays des merveilles. 9,5/10 –> Ma chronique

Phobos tome 2 (2015) de Victor Dixen : Alors que les pionniers s’installent enfin sur Mars, les tensions commencent à grandir à l’intérieur du groupe alors que la menace Serena McBee est toujours aussi dangereuse. L’auteur promet de bons rebondissements avec une fin insoutenable qui donne envie de lire le prochain tome et particulièrement le tome compagnon, les Origines. 9/10

Ode à la fatigue (2018) d’Éric Fiat : Cet essai nous apprend beaucoup sur l’état de fatigue et ce qu’il implique dans notre quotidien et dans notre condition d’être humain. Diverses théories et réflexions passionnantes sont décortiquées et intelligemment exposées. 9/10 –> Ma chronique

Mes autres lectures

Walking dead : Une vie de souffrance tome 8 (2008) de Robert Kirkman & Charlie Adlard : Très mouvementé, l’auteur a tout donné dans ce tome violent et haletant. Personne n’est épargné et les conséquences pour la suite vont être lourdes. 9/10

Walking dead : Ceux qui restent tome 9 (2009) de Robert Kirkman & Charlie Adlard : Après l’hécatombe dans le tome précédent, les personnages survivants tentent d’avancer malgré leur peine et le désarroi. Plus psychologique, ce tome traverse un nouveau tournant pour l’intrigue avec une nouvelle quête qui s’amorce. 8,5/10

 

Un mariage anglais (2018) de Claire Fuller : J’ai particulièrement apprécié le style de l’auteure dans ce roman entre correspondance à sens unique et drame familial après la disparition d’un proche.  8,5/10 –> Ma chronique

Vents mauvais (2018) de Claire Riviecccio : Violent et parfois malsain, il faut s’accrocher pour apprécier au maximum ce thriller bien ficelé et fort psychologiquement. 8,5/10 –> Ma chronique

 

Scorpi : Ceux qui tombent les masques tome 3 (2016) de Roxanne Dambre : Une très bonne conclusion pour cette trilogie sympathique, peut-être un peu trop gentille pour moi mais qui m’a fait passer de bons moments. On en apprend davantage sur les créatures du manoir d’Upsilon Scorpi et sur les personnages secondaires ce qui me donnerait envie de lire une suite sur eux ! 8,5/10

La Malédiction du bonheur (2018) de Chris Red : Plus qu’une romance contemporaine, l’auteur réussit à intriguer par les différentes connexions qui se créent entre les personnages au sein de cette croisière propice aux nouvelles rencontres et expériences. 8/10 –> Ma chronique

 

Andromaque d’Euripide : Après avoir lu la pièce de Racine, j’ai voulu découvrir la pièce originale et je n’ai pas été déçue. Andromaque est réellement la victime de cette tragédie face à la jalousie et la rage d’Hermione. Une très bonne tragédie grecque. 8/10

Andromaque (1668) de Jean Racine : Je n’arrive pas réellement à m’imprégner d’une pièce écrite en vers mais l’intrigue reste bonne. Andromaque n’est pas perçue comme la seule victime de cette tragédie, chaque personnage étant malheureux par leur amour contrarié. 7,5/10

 

Insula tresoya (2018) de Sébastien Lencroz : Un virée sur l’île d’Yeu avec un mélange de thriller, de roman d’aventure et de romance qui fonctionne plutôt bien. J’aurais apprécié davantage de rythme mais j’ai globalement passé un sympathique moment de lecture. 7,5/10 –> Ma chronique

L’Île des absents (2018) de Caroline Eriksson : Porté par la psychologie de son personnage principal entre son passé et son présent, ce thriller peut être dur à appréhender pour certains qui s’attendaient à plus de bouleversements. Le rythme en est parfois malheureusement ralenti mais il est intéressant d’entrer dans la tête de Greta pour découvrir sa santé mentale. 7/10 –> Ma chronique

Regarde-moi (2018) d’Aga Lesiewitz : L’univers technique de la photographie est bien représenté et offre une ambiance et un style particulier à ce thriller qui malheureusement souffre des décisions et des erreurs illogiques du personnage principal. À se fier à n’importe qui, elle en vient à augmenter sa liste de suspects. 7/10 –> Ma chronique

Mes acquisitions

Les Allumées du 27 (2018) de Belzaï
Da Vinci code
(2003) de Dan Brown
La Tresse (2017) de Laeticia Colombani
Les Prières de sang (2018) de Jean-Marc Dhainaut
Lundi mélancolie : Le Jour où les enfants disparaissent (2011) de Nicci French
City on fire (2016) de Garth Risk Hallberg
Walking dead : Ceux qui restent tome 9 (2009) de Robert Kirkman & Charlie Adlard
Walking dead : Vers quel avenir ? tome 10 (2009) de Robert Kirkman & Charlie Adlard

Walking dead : Les Chasseurs tome 11 (2010) de Robert Kirkman & Charlie Adlard
Insula Tresoya (2018) de Sébastien Lencroz
Dans les eaux du grand nord (2017) de Ian McGuire
A la vie, à la mer (2018) d’Evelyne Néron Morgat
L’Éternel recommencement : Le Grand Architecte tome 1 (2018) de Stéphane Nançoz
Blondie et la mort (2010) de Roger Smith
Le Maître des illusions (1993) de Donna Tartt
Pandemia (2015) de Franck Thilliez
Les Bienheureuses (2018) de Louise Voss & Mark Edwards

Mes visionnages (films)

En salles

15sansunbruit

Sans un bruit (2018) de John Krasinki : Ressemblant davantage à un film post-apocalyptique dans sa première partie, le film en vient ensuite au film d’horreur avec cette tension qui s’installe par le silence des personnages et par le contexte de leur vie à cinq loin de tout autre individu. Les acteurs sont très bien choisis, nous attachant rapidement à cette famille qui tente de survivre. Mais les événements s’enchaînent bien trop rapidement comme un hasard un peu trop fortuit et certaines invraisemblances peuvent rapidement nous sortir du film. J’ai particulièrement aimé John Krasinski endossant la casquette d’acteur, de réalisateur et de scénariste. 7,5/10

Les retardataires

Win it all (2017) de Joe Swanberg : Le résumé pourrait faire penser à une simple comédie, genre auquel Jake Johnson est un habitué. Et pourtant, l’histoire se révèle beaucoup plus profonde avec Eddy qui décide de changer de vie. Marre de rechercher l’échec pour ne pas avoir à souffrir, il décide de reprendre sa vie en main face à son addiction au jeu. Avec l’aide de son frère, de son parrain et de sa nouvelle petite amie, Eddy compte bien s’en sortir malgré la grosse somme d’argent qu’il doit à une connaissance. 8/10

127 heures (2010) de Danny Boyle : Je m’attendais à un film plutôt long à force de ne suivre qu’un seul personnage coincé dans un canyon et finalement, Danny Boyle a réussi à rendre tout ça prenant. James Franco n’a plus grand chose à prouver, il est très bon dans son rôle d’insouciant qui doit faire face à la fatalité de sa situation. Manquant bientôt d’eau et de nourriture, la folie le gagne jusqu’à ce qu’il arrive à faire ce qu’il pensait impossible à affronter. 8/10

 

Les Insoumis (2016) de James Franco : Film cette fois-ci réalisé et joué par James Franco, je trouve ce film finalement assez anecdotique. Le contexte historique et l’histoire de cette grève des travailleurs est plutôt intéressante, reprenant la trame du roman du même titre de John Steinbeck. Mais les acteurs ne m’ont pas forcément convaincu et la réalisation reste sans réel parti pris, l’image généralement sombre. Le déroulé de l’histoire est assez lent jusqu’à la fin du film. 7/10

Anon (2017) d’Andrew Niccol : Un peu lent, l’univers futuriste est bien utilisé et immersif. Amanda Seyfried et Clive Owen incarnent bien leur rôle dans ce thriller. 7/10

 

When we first met (2018) d’Ari Sandel : Avec Adam Devine comme acteur principal, je m’attenais à un film sympathique sans plus mais j’ai été plutôt surprise par la tournure des événements. Oui, on se doute de la fin dès les vingt premières minutes mais les voyages temporels sont bien utilisés et pas répétitifs.  7/10

Song to song (2017) de Terrence Malick : Je n’ai pas tenu longtemps devant ce film de Terrance Malick, réalisateur qui est apparemment très apprécié par son style esthétique. Effectivement, je ne dirais rien de ce côté pour le peu que j’en ai vu mais le fond est vraiment creux et sans réel intérêt. Malgré ce casting incroyable, le film n’arrive mas à être prenant. Les personnages sont bizarres, je n’ai pas eu envie de savoir ce qui se cachait dans leur tête, particulièrement dans celle de Faye (Rooney Mara) et de Cook (Michael Fassbender) Cook qui ont l’air bien dérangés. 2/10

You get me (2017) de Brent Bonacorso : Surjoué (surtout de la part de Bella Thorne), du vu et revu et la plupart du temps mal fait, on se doute de la fin dès le début de l’histoire. Je suis plus que déçue par ce film. 1,5/10

 

Mes visionnages (séries télé)

La série du mois : Suits

dfjwi4dxkaaq78m

Suits saison 5 (2015/2016) 16 épisodes : La première partie de saison mise sur la psychologie d’Harvey, personnage qui se dévoile davantage et montre ses failles suite au départ de Donna pour travailler avec Louis. À côté, les chamailleries entre les deux avocats continuent, les affaires restent toujours intéressantes et Mike fait toujours aussi bien son travail même si son secret va avoir cette fois-ci d’énormes répercussions sur sa vie et sur l’ensemble du cabinet. 8,5/10

Suits saison 6 (2016/2017) 16 épisodes : La série a pris le risque en donnant l’occasion à Mike d’assumer ses erreurs même si ça n’aura duré que pendant la première partie de la saison. Les affaires sont reléguées au second plan alors que tous tentent de sauver le cabinet qui connaît des jours très difficiles. 8,5/10

Suits saison 7 (2017/2018) 16 épisodes : La saison la moins bonne avec des épisodes qui se répètent, tournent en rond alors que les personnages tentent d’avancer face aux risques de naufrage du cabinet. Harvey et Louis prennent davantage leurs responsabilités et Mike veut toujours jouer au Robin des bois des temps modernes. Le final est assez décevant, mettant en avant Jessica pour le spin-off qui va lui être consacré. 8/10

Suits saison 8 (2018) épisode 1 : Suits relève le défi de continuer malgré le départ de deux acteurs importants de la série et ces deux premiers épisodes sont plutôt prometteurs. Harvey (Gabriel Macht) reprend du poil de la bête en retournant sur le terrain, Louis (Rick Hoffman) tente de contenir ses émotions au travail, Robert Zane (Wendell Pierce) devient le nouveau maître à bord et Donna (Sarah Rafferty) continue de donner des conseils à tour de bras. Samantha (Katherine Heigl) ressemble peut-être trop à Harvey pour le moment mais elle a une saison pour faire ses preuves, ne la jugeons pas trop vite. 7,5/10

 

Je suis à jour !

12 monkeys saison 4 (2018) épisodes 2 à 11 : La série n’a cessé de s’améliorer au fil des années jusqu’à offrir une ultime saison qui conclut parfaitement cette histoire aux multiples boucles temporelles bien ficelées et aux personnages très attachants. James Cole (Aaron Stanford) aura réussi à aller jusqu’au bout de l’aventure, lui qui souhaitait sauver le monde jusqu’à donner sa propre vie. Tout se relie en offrant des retournements de situations surprenants et très bien trouvés. Une certaine folie grâce principalement au personnage de Jennifer (Emily Hampshire) mais aussi grâce au parti pris de cette saison qui se fait plaisir apporte un côté décalé à cette série de science-fiction qui permet de s’éclater encore davantage à chaque épisode. Je ressors de cette dernière saison comblée moi qui avait été moyennement convaincue par la première saison. 9/10 –> fin de série

Good girls saison 1 (2018) 10 épisodes : Une très bonne surprise à laquelle je ne pensais pas autant accrocher. Le début de saison démarre très fort, certains épisodes sont parfois moins intéressants par la suite mais dans l’ensemble, c’est une bonne première saison. Le trio féminin (Christina Hendricks, Retta et Mae Whitman) fonctionne très bien par leur complicité, leur folie et leurs gaffes toujours drôles à suivre. Je retiens également Rio (Manny Montana) qui a une réelle présence malgré son rôle secondaire, l’attractivité qu’il y a entre lui et Beth est électrique ! Le final ne peut que donner envie de savoir ce que la saison 2 nous réserve.  8,5/10 –> à jour

Dix pour cent saison 2 (2017) 6 épisodes : Le choix des guest stars est toujours aussi judicieux même si cette saison est moins bonne que la première. La vie sentimentale des différents est trop mise en avant alors que certaines relations et querelles sont inintéressantes. Mais le nouveau arrivé à la boîte, même si on ne comprend pas toujours ses desseins, est une bonne idée afin de bouleverser la dynamique de groupe de ces agents. 7,5/10 –> à jour

 

À continuer…

Killing Eve saison 1 (2018) épisodes 1 et 2 : Un thriller qui met en scène deux figures féminines obsédées l’une de l’autre. Eve (Sandra Oh) veut retrouver cette tueuse en série et la mettre sous les barreaux et Villanelle (Jodie Comer) devient vite très intéressée par cette flic anglaise qui se rapproche bien trop près d’elle. Les deux actrices tiennent cette série à l’ambiance particulière en poussant la psychologue des personnages et l’esthétisme des couleurs et de l’image. 8/10

The 100 saison 5 (2018) épisode 9 et 10 : Je continue à regarder activement cette nouvelle saison avec intérêt même si finalement, elle aura bien tourné en rond. À force d’être opposée à tous les autres personnages, Octavia (Marie Avgeropoulos) en devient exaspérante voire invraisemblable. Alors qu’elle aurait pu devenir un réel antagoniste, ici on a l’impression qu’elle fait un caca nerveux juste pour garder le pouvoir. La guerre entre Wonkru et les anciens prisonniers met du temps à arriver alors que les deux camps se déchirent de l’intérieur. Clarke (Eliza Taylor) en tient aussi une couche à vouloir surprotéger Madi (Lola Flanery) et Bellamy (Bob Morley) ne sait vraiment plus quoi faire pour faire revenir sa soeur à la raison. 7,5/10

Reverie saison 1 (2018) épisodes 1 à 3 : Malgré une très bonne idée et des acteurs que je prends plaisir à retrouver, le schéma narratif est très répétitif. Mara résout ses affaires de la même manière dans chaque épisode que j’ai vu et la série pousse un peu trop vers le sentimentalisme voire la mièvrerie à mon goût. 6,5/10 –> en pause/arrêt

 

Je vous souhaite un bons mois d’août et de bonnes vacances !

2 réflexions au sujet de “Bilan du mois de Juillet 2018”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s