Walking dead tomes 8 et 9, Robert Kirkman

 

 

Une vie de souffrance tome 8

Attention, SPOILERS si vous n’avez pas lu les tomes précédents.
Après une brève accalmie, l’horreur frappe à nouveau. Retranchés derrière les grilles de leur pénitencier, Rick et ses compagnons assistent incrédules au retour du Gouverneur, laissé pour mort lors de leur évasion de Woodbury. Rares sont ceux qui réchapperont de la lutte qui s’engage. Rick, Michonne, Tyreese, Andrea… Si vous aviez un personnage préféré, préparez-vous au pire car après cet affrontement, plus rien ne sera jamais comme avant !

 

Il essaie de faire ce qu’il pense être juste … même s’il doit en souffrir.

 

Whaou… On peut dire que Robert Kirkman sait faire le ménage ! Après la fin du tome 7, on se doutait bien que la guerre entre le Gouverneur et le groupe de Rick allait faire des dégâts mais Une vie de souffrance offre une véritable hécatombe. En montant d’un cran, ce tome ne nous permet pas de nous ennuyer un seul instant alors que nous suivons parallèlement les deux groupes de survivants qui se battent, certains pour le pouvoir, d’autres pour la paix. Face à la verve du Gouverneur, le lecteur peut se rendre davantage compte de sa facilité à enrôler n’importe qui dans cette quête de vengeance qu’il transforme à sa guise en mission de protection. Qui sont véritablement les sauvages dans toute cette histoire ?

Et alors que Woodbury est prêt à tirer sur tout ennemi en vue, le groupe à la prison passe de déconvenue en déconvenue. Les opinions divergent, la panique s’intensifie amenant certains personnages à faire des choix cruciaux qui ne plaisent pas à tout le monde. Mais pas le temps de disserter dans ce monde où la violence est quotidienne et où la justice n’a plus vraiment de sens. Rick et ses amis se retrouvent en difficulté, l’auteur de Walking dead n’ayant aucun remord à leur rendre la vie encore plus difficile. Certaines scènes sont assez déchirantes et vont aider à produire par la suite un renouveau dès le prochain tome. Une nouvelle étape, de nouvelles rencontres vont certainement se faire apportant toujours plus de complexité à cette histoire captivante où le plus grand ennemi de l’homme est lui-même.

 

Les forces du mal sont présentes sur Terre… et pas seulement sous la forme des morts-vivants qui grouillent derrière les barricades…

18/20

 

Ceux qui restent tome 9

Seuls Rick et Carl, son fils, ont réchappé du massacre orchestré par le Gouverneur. Il leur faut désormais réapprendre à vivre avec la peur au ventre, chaque nouvelle rencontre pouvant être la dernière. La relative sécurité qu’ils avaient retrouvée au sein des murs du pénitencier n’est plus qu’un souvenir, et il revient désormais à Carl de soutenir son père, victime d’hallucinations de plus en préoccupantes. L’apocalypse a bien eu lieu… une deuxième fois !

 

Ce ne sont plus les morts qui me font peur.

 

Après avoir quitté les corps semés dans la prison, Rick et Carl se retrouvent seuls à devoir survivre au jour le jour cherchant un nouvel endroit afin de s’installer durablement. Mais, les rôdeurs et le Gouverneur ne sont pas les seuls ennemis dont ils doivent avoir peur. S’il y a bien une personne qui peut leur faire perdre tout espoir pour l’avenir, c’est eux-mêmes. Après autant de lourdes pertes, Rick et Carl doivent parvenir à avancer en laissant les morts derrière eux. Mais comment ne pas se sentir fautif ou incapable de protéger ses proches dans le futur face à tout ce qui leur est déjà arrivé ? Retour vers un tome plus calme où la psychologie des personnages est mise en avant après un huitième tome fort en émotions et en hémoglobines. Triste, il nous laisse face à toutes ces morts depuis le début de la saga et au désespoir des survivants.

Avec Rick inconscient et malade, Carl peut enfin faire entendre sa voix et trouver un exutoire. Lui qui a toujours été un enfant particulièrement facile et qui a réussi à s’adapter à ce monde complètement fou ouvre cette fois-ci les vannes. Impuissant comme son père et comme tous les autres face à tous ces événements, il laisse sortir tout son désespoir et sa colère. Rick, lui, plonge plus profondément dans déni le poussant jusqu’à des instants de folie. On nous présente alors différentes manières de faire face au deuil avec des personnages qui montrent leurs faiblesses. À côté de ça, la saga prend encore une fois une nouvelle direction avec une nouvelle quête qui va amener son lot de complications. Les problèmes s’enchaînent les uns après les autres mais s’il y avait un moyen de découvrir la cause de tous ces maux et la manière de l’endiguer ? Après être resté un moment à la prison, l’environnement du groupe change donc relativement vite avec cette nouvelle intrigue. Ils sont repartis pour voyager et trouver un but à toute cette survie en milieu hostile. Mais dans quoi s’embarquent-ils réellement ?

 

Tu ne peux pas savoir si ceux qui sont morts l’ont été par ta faute… mais crois-moi : ceux qui sont encore en vie le sont grâce à toi.

17/20

 

DE LA MÊME SAGA

ADAPTATION

 

 

2 réflexions au sujet de “Walking dead tomes 8 et 9, Robert Kirkman”

    1. C’est vrai que c’est bien joué de la part de Kirkman. Comme ça, on a pas non plus l’impression de lire tout le temps la même chose. Pour les personnages, vu ce qui leur arrive, on peut pas leur en vouloir ^^

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s