Note : 5 sur 5.

Elle devrait le fuir, mais pour rester près de lui, elle est prête à tout… même à tuer ! Sarai n’a que quatorze ans quand sa mère l’abandonne au Mexique entre les mains d’un trafiquant de drogue. Neuf ans plus tard, elle attend toujours une occasion inespérée de s’enfuir. Persuadée de trouver un allié en Victor, un tueur à gages engagé par l’homme qui la séquestre, elle profite d’une visite de celui-ci pour monter dans sa voiture. Même si la jeune femme n’a peur de rien, elle ne tarde pas à découvrir que Victor est aussi dangereux que le criminel qu’elle vient de quitter. Pourtant, quelque chose en lui l’attire et la rassure. Et au lieu de le fuir, elle se découvre prête à tout même l’irréparable pour ne plus le quitter.

Édité pour la première fois en 2013 aux États-Unis, Company of killers se fait enfin connaître cette année dans notre pays chez Milady. Reconnue particulièrement grâce à ses deux romances Loin de tout et Près de toi, nous retrouvons ici J.A Redmerski dans le genre du thriller où elle excelle également. Pas le temps de s’ennuyer aux côtés de Sarai et de Victor ! Et même si ce premier tome ne regorge pas du début à la fin d’actions, il est tout à fait convaincant et prenant.

À l’âge de quatorze ans, Sarai quitte sa vie difficile à Tucson pour découvrir un tout autre cauchemar au Mexique sous l’emprise de Javier, un important trafiquant de drogue. Pendant neuf ans, elle endosse le rôle d’esclave sexuelle tout en attendant le moment opportun pour s’enfuir de cette prison. Lorsqu’elle aperçoit chez Javier un tueur à gages américain, Sarai croit avoir trouvé sa porte de sortie sans savoir que leur rencontre va aboutir à une fuite dangereuse pour leur survie.

D’abord réticent à l’idée de la secourir, Victor, ce tueur froid et professionnel, se laisse malgré lui lentement amadouer par la jeune femme. Au contact l’un de l’autre, ils vont apprendre à se découvrir et à se retrouver eux-mêmes face à des émotions contraires, à des sentiments que l’une n’a jamais ressenti et que l’autre ne veut en aucun cas laisser vivre en lui.

Tout au long de cette cavale, pourchassée par Javier qui désire récupérer son jouet, Sarai va pouvoir se retrouver, certes dans des conditions délicates et au côté d’un homme très dangereux, mais elle est enfin libre et elle sait bien qu’elle ne pourra jamais être normale après tout ce qu’elle a traversé lors de son adolescence en captivité. Quel choix lui reste-il ? Reprendre une vie normale aux États-Unis ou fuir dans un autre pays ? S’accrocher à Victor quitte à risquer encore davantage leur vie à eux deux ?

Totalement perdue, il est difficile pour elle de faire face à l’avenir. Sarai est une survivante, une femme forte qui fait ce qui doit être fait pour ne pas mourir mais elle se révèle rapidement instable et impulsive face à ses émotions. Telle une bombe à retardement, elle pourrait créer de nombreux dégâts dans sa vie et dans celle des personnes dont elle approche de trop près.

Victor, lui, est méthodique et ne se laisse nullement submerger par ses émotions. Étant le meilleur dans l’agence dans laquelle il travaille depuis son enfance, il profite de ses talents pour parfois dévier des règles établies. Mais Sarai est bien plus qu’une simple entorse au règlement, il le sait bien. Pourquoi tente-t-il avec autant de force de la sauver de Javier ? Est-il finalement plus sensible qu’il ne le laisse paraître ? Au-delà de ses missions, ce premier tome permet d’en découvrir également sur son passé familial et ce qui l’a mené à être enrôlé au sein de l’agence.

À la recherche de Sarai a répondu à toutes mes attentes, le résumé étant le parfait reflet du récit. Entre cette cavale et les missions de tueur à gages, les deux personnages se révèlent et prennent tout au long du roman davantage d’épaisseur et d’authenticité. M’étant renseignée sur le nombre de tomes, je suis contente de savoir que Milady a le temps de publier l’entièreté de cette saga qui compte pour le moment sept tomes. Un grand merci à NetGalley et à Milady pour m’avoir fait découvrir ce premier tome dont j’attends la suite avec impatience à la mi-septembre.

Il y a une grosse différence entre la peur et l’incertitude, Sarai. Tu n’as peur de rien, mais ton avenir est fait d’incertitudes.

Un premier tome réussi avec un duo dont l’alchimie est palpable. Difficile de lâcher ce livre avant la toute fin entre cavale du Mexique aux États-Unis, missions de tueur à gages, et romance.

De la même saga

De la même auteure

  • La Ballade des lucioles (2014)
  • The Moment of letting go (2015) (VO)

Loin de tout

  • Loin de tout tome 1 (2012)
  • Près de toi tome 2 (2013)

2 commentaires sur « Company of killers – À la recherche de Sarai tome 1, J.A. Redmerski »

  1. Si ça ne faisait pas 7 tomes (parce que j’essaye de réduire mon nombre de sagas en cours et que 7 tomes, ça fait beaucoup), je me serai jetée dessus. Mais je le note pour plus tard, sait-on jamais ^^

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s