Note : 4.5 sur 5.

Voilà déjà quatre ans que Mélina Prades est revenue à Oléron pour y lancer son entreprise ostréicole artisanale. Elle est désormais reconnue et acceptée par tous. Seule ombre au tableau, l’indifférence de Nathanaël, son meilleur ami et ex-amant. Ce dernier n’a plus en tête qu’Evaëlle, sa petite fille de deux ans dont la mère est morte en couches. Le port vit sous le dictat de Rodolphe, président auto-proclamé, aussi vénal que dangereux. Une situation que ne supporte plus Mélina, prête à tout pour sauver la pêche traditionnelle oléronaise. Même à risquer sa vie ? Animé des mêmes convictions, Nathanaël surmontera-t-il son drame pour devenir un allié… et plus encore ?

Lecture de choix pour mes vacances d’été, À la vie, à la mer m’a transporté avec une certaine facilité jusqu’à l’île d’Oléron auprès de Mélina au sein de ce roman régional réussi. Merci aux éditions Incartades pour cette proposition de lecture car ce roman a été une agréable surprise. Suivant Femme de coquilles, le précédent roman d’Evelyne Néron Morgat, À la vie, à la mer offre à nouveau la présence centrale de Mélina au sein de son histoire, celle qui a décidé de revenir vers ses origines à l’île d’Oléron près des siens pour s’implanter confortablement dans son entreprise ostréicole.

Il n’est pas indispensable d’avoir lu au préalable Femme de coquilles pour appréhender au mieux la suite des aventures de cette femme et de ses voisins et collègues, mais il est vrai que j’ai eu au début un peu de mal à comprendre la relation que Mélina entretient avec Nathanaël, un ami d’enfance et son premier amour.

Celui-ci est constamment occupé par son travail au milieu de la mer depuis la mort de sa femme en couche et de la naissance de sa fille. Ces deux personnages ne se sont pas parlés depuis quelques années mais ils sont apparemment finalement prêts à se côtoyer à nouveau. Il est vrai qu’au départ, je n’ai pas toujours compris les réactions de Mélina envers Nathanaël puisque je ne connaissais pas leur histoire commune racontée dans le premier roman de l’auteure.

Malgré cela, je me suis laissée ensuite aller à la contemplation de cette île française et du savoir-faire de ces artisans et marins amoureux de leur métier qui n’est pas toujours aisé. Pour Mélina, c’est d’autant plus compliqué de faire fructifier une entreprise artisanale dans un secteur où les femmes sont rares et ont du mal à se faire réellement entendre. Cependant, cette femme n’est pas prête à lâcher prise et heureusement qu’elle peut compter sur la bienveillance de la majorité des gens qui l’entourent. Je dis bien la majorité car évidemment, la vie n’est pas toute rose à Oléron qui laisse alors place à la violence, à la trahison et également à la vengeance.

Et si les êtres humains ne sont pas faciles entre eux, ils doivent également réussir à combattre leurs propres démons intérieurs et leur passé parfois difficile à laisser derrière eux. Le mystère plane autour de l’île tel que dans un thriller au milieu de cette romance mais également autour de l’histoire globale de l’île. Car l’univers marin est très bien représenté dans ce roman, laissant la part belle à des réflexions sur le métier de pêcheurs, sur leur avenir, sur la pêche intensive, les dégâts écologiques, le décalage entre la réalité et les lois européennes, etc…

L’auteure réussit brillamment à nous immerger au milieu de son récit, sur cette île intéressante à découvrir composée de divers caractères et métiers. Certains termes m’étaient inconnus et j’ai pu apprendre certaines choses grâce à ce roman qui a été une bonne surprise estivale.

Un roman régional immersif qui aborde des sujets importants et essentiels tout en apportant des thèmes accrocheurs tels que la romance autour de l’héroïne et un fond de thriller avec une part de mystère.

De la même auteure

  • Femme de coquilles (2016)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s