Note : 4 sur 5.

Dans le 18e arrondissement de Paris, Erik est le seul habitant masculin d’un immeuble de dix appartements, au numéro 27 de la rue. Entre tendresse et agacement, il s’amuse des histoires de ses voisines qu’il appelle « les allumées du 27 ». Quand Erik apprend que l’une des allumées déménage et laisse son appartement à un nouveau locataire, un homme cette fois, il est fou de joie. Enfin, quelqu’un d’autre va pouvoir partager son calvaire quotidien dans cet immeuble ! Comment Frank va-t-il s’intégrer dans cet univers légèrement survolté du 27 ? D’autant que les catastrophes se multiplient depuis son arrivée, et parmi elles, une double tentative de meurtre ! Pierre, en charge de l’enquête, devra faire preuve d’autant de patience que de perspicacité pour résoudre cette affaire.

Il n’est que quatre heures de l’après-midi mais je suis anéanti ! Cela fait maintenant plus de trente heures que je suis debout, sans même quelques minutes de sommeil et je n’en peux plus. J’ai l’impression de valser et de parcourir deux fois plus de chemin que nécessaire. Quelle fatigue !

Franck ne se doutait pas que son arrivée au sein de cet immeuble allait mener à de si lourdes conséquences. Les Allumées du 27 est moins un roman rocambolesque qu’une véritable enquête policière. Très intriguée par ce roman depuis que Librinova que je remercie me l’a gentiment proposé, j’étais impatiente de pouvoir découvrir ce que Benzaï nous préparait. Et je n’ai pas été déçue. Avec un style dynamique et entraînant, l’auteure nous embarque dans ce lieu majoritairement féminin où les catastrophes vont rapidement s’enchaîner.

Erik vit avec Nadine et il est le seul habitant masculin de l’immeuble. Il se demande alors comment le nouveau locataire, Franck, va réussir à s’intégrer à la vie collective de l’immeuble. Mais rapidement, cette question est mêlée à des interrogations beaucoup plus lourdes de conséquences et d’intérêt. Alors qu’une tentative de meurtre a lieu, à qui peut-on faire confiance ? Va-t-il falloir surveiller ses moindres faits et gestes, même dans son propre appartement, au sein des couloirs de l’immeuble ? Bientôt, une enquête naît où les voisins se révèlent être des victimes, témoins ou présumés coupables.

Et ce qui est sûre, c’est que l’auteure parvient parfaitement à distiller le doute en nous. Les soupçons se multiplient, personne n’est laissé de côté et Pierre, policier en charge de l’enquête, est bien décidé à découvrir qui est le coupable de cette double tentative de meurtre. Ces résidentes ne sont pas toujours faciles à cerner mais le doute reste entier autour d’elles à mesure que l’on s’introduit dans leur quotidien et dans la découverte du passé. Moins farfelu que je ne le pensais au vu du titre, je n’ai malgré tout pas été déçue de cette lecture qui a réussi à se montrer convaincante du début jusqu’à la fin proposant une histoire policière très intéressante.

Un roman policier convaincant avec pour lieu un immeuble presque composé uniquement de femmes. Des situations amusantes ou plus dramatiques sont au rendez-vous alors que le doute s’insinue au milieu de tous ces habitants.

3 commentaires sur « Les Allumées du 27, Belzaï »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s