Note : 3.5 sur 5.

Depuis des temps immémoriaux, la lignée des Soleri exerce une domination cruelle et impitoyable sur son empire : des dieux vivants dont personne n’a vu le visage depuis des siècles, et dont le contrôle sur les quatre royaumes inférieurs demeure à ce jour sans partage.
Pourtant, à la date symbolique de l’éclipse annuelle, le roi d’Harkana se rebelle contre l’autorité en organisant en secret une chasse à l’homme. Celle de son fils et héritier, Ren, prisonnier depuis dix ans des entrailles de la capitale, comme le sont par tradition les fils de nobles des quatre royaumes. Pendant ce temps, l’intrépide sœur de Ren, Merit, mène son propre combat en défiant la loi impériale et en épousant l’homme qu’elle a choisi.
Mais toute rébellion a un prix… et dans un monde de magie ancestrale, de rites sanguinaires et de secrets destructeurs, ceux qui osent tenir tête aux Soleri devront en affronter les conséquences.

Une histoire fantasy prenant ses marques à partir de décors et de références propre à l’Égypte antique, on ne voit pas cela souvent, n’est-ce pas ? Ici, très peu de magie mais beaucoup de soleil, de lieux dépaysants et violence. La particularité de l’univers m’a immédiatement donné envie de découvrir ce premier tome de Michael Johnston. Au final, je suis assez mitigée.

L’histoire débute avec Ren, le fils du roi d’Harkana, enfermé depuis dix ans au sein de la capitale du royaume avec tous les autres héritiers comme le veut la tradition. Mais suite à une punition qui le mène vers son possible sacrifice, Ren n’hésite pas à changer son destin quand l’occasion se présente. À côté de ça, nous allons également rencontrer les membres de sa famille, comme Ren son aînée prête à tout pour gagner davantage de pouvoir, Merit, son autre soeur, qui elle tente de tracer son propre chemin jusqu’à se parjurer face à sa patrie, son père et roi en pleine rébellion en instaurant une chasse à l’homme dangereuse et enfin sa mère fuyant cette famille dont le système est perturbé pour asseoir sa domination sur un culte.

Cette famille a bien des choses à raconter et l’auteur n’hésite pas à enchaîner les scènes d’action et des événements propices à des bouleversements et révélations. Et justement, l’action prend parfois trop le pas sur le développement de l’univers et des personnages. Grâce à de courts chapitres, le récit fait d’autant plus preuve d’une grande vitesse alors que certains approfondissements n’auraient pas été de trop, notamment au niveau des personnages afin de plus facilement s’y attacher.

Merit est une des seules qui aura réussi à attiser ma curiosité au milieu de tous ces protagonistes. Le fait est que je n’ai pas accroché au style de l’auteur pourtant souvent fluide mais manquant de consistance. L’univers n’en reste pas moins intéressant à découvrir marqué par l’Égypte antique et par les thèmes qui en découle comme la religion. Malheureusement, ce premier tome n’a pas fonctionné avec moi. Je remercie tout de même NetGalley et Bragelonne pour cette lecture.

L’arrogance des dieux […] Parfois, ils aiment cacher leurs secrets en pleine vue.

Un univers inspiré de l’Égypte antique intéressant à découvrir même si l’action prend trop le pas sur le contexte politique et les personnages. Les événements s’enchaînent trop rapidement alors que des approfondissements seraient appréciés.

Du même auteur

Frozen

  • Frozen tome 1 (2013)
  • La Cité rouge tome 2 (2014)
  • La Tour grise tome 3 (2016)

4 commentaires sur « L’Empire des Soleri – Soleri tome 1, Michael Johnston »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s