Note : 4 sur 5.

Une vague de drogués se jetant du haut d’immeubles, croyant pouvoir voler.
La disparition d’une jeune femme, Wendy Gauthier, et de ses deux frères délinquants, évadés de leur pénitencier pour mineurs.
Une île perdue dans la forêt boréale, habitée par une communauté déjantée et leur leader sans âge.
Une baronne du crime nymphomane et amoureuse des bijoux en forme de clochettes.
Un enquêteur médisant dépourvu de sa main droite, dévorée par un cannibale qui hante encore ses nuits.

Ça y est, je me suis enfin décidée à commencer Les Contes interdits. Il était vraiment temps que je m’y mette vu mon enthousiasme à découvrir tous ces contes revisités dans une ambiance sombre pleine de sang et de criminalité. Pour ma première expérience, j’ai porté mon dévolu sur Peter Pan de Simon Rousseau qui modernise l’histoire de James Barrie et la rend encore plus affreuse. Car assez loin du Disney, le Peter Pan dans l’histoire originale est déjà un enfant détestable et inquiétant avec sa manie d’inviter des enfants à le suivre et de les tuer lorsqu’ils grandissent.

Ici, Pan est encore plus déviant, traumatisé par la cruauté des adultes avec laquelle il a vécu depuis toujours. Ayant réussi à combattre ses tortionnaires, il vit maintenant en maître sur l’île de Neverland où il accueille de nombreux enfants et adolescents. Il ne retourne en ville que pour inviter d’autres enfants à  le rejoindre. Et c’est en faisant sortir ses frères Jean-Philippe et Michael de leur pénitencier pour mineurs que Wendy va rencontrer Pan et va accepter de leur rejoindre pour le week-end sur son île.

Ce qui ne devait être qu’une courte escapade hors du centre ville de Québec se transforme dès son arrivée à Neverland en emprisonnement entourée d’enfants assujettis à une nouvelle drogue, la Poussière. N’ayant prévenu personne de son voyage avec ses deux frères et Pan, là  voilà prisonnière du jeune homme pour lequel elle ressent de la peur mais également une attraction singulière.

À côté de ça, en ville, l’ex sergent-detective accepte à la demande de la mère adoptive des trois enfants disparus de tenter de les retrouver. Ayant quitté prématurément la police après sa dernière grosse affaire, un tueur en série cannibale surnommé le Crocodile, pour laquelle il a reçu en récompense un crochet à la place d’une de ses mains, Hook n’est cependant pas prêt à tirer entièrement sa révérence. Grâce à son informateur, le voilà parti à la recherche des Gauthier qui va le mener dans les bas fonds de la ville où les travers humains sont constamment utilisés afin d’assouvir les pulsions les plus vils de ces individus de l’ombre.

Ce n’est sûrement pas nécessaire de le souligner au vu de la quatrième de couverture,  mais ces contes ne sont pas appropriés à tous les lecteurs. Le récit montre rapidement ce que l’homme peut offrir de plus malsain et de plus ignoble contre ses semblables. La torture physique et psychologique sont omniprésentes et ne souffrent pas de heurter le lecteur en allant très loin dans le glauque. Simon Rousseau arrive à créer une atmosphère poisseuse, transpirant le vice avec beaucoup d’hémoglobine, de sexe, de violence et de maltraitance. Malgré ce point positif, je n’ai pas toujours réussi à rester attentive face aux péripéties des personnages malgré les quelques deux cent pages.

Si j’ai aimé en découvrir davantage sur Pan et son passé, explorer sa relation ambiguë avec Wendy portée par l’attirance malsaine des deux jeunes adultes,  je me suis totalement désintéressée du sort de Hook. Dès le début, j’ai trouvé ce personnage antipathique, hautain et misanthrope. Je n’ai même pas eu envie de savoir ce qu’il lui était arrivé face au Crocodile tellement je me fichais du personnage. Certains passages mettant en scène Clochette m’ont parfois semblé de trop, comme si l’auteur voulait toujours aller plus loin dans la surenchère d’horreurs rendant son personnage et celui de son acolyte Néo assez caricaturaux.

En conclusion, cette lecture était loin d’être parfaite mais elle m’a donné envie de découvrir les autres maintenant que je sais jusqu’où ces contes peuvent aller. J’ai réussi à être touchée par la fragilité de Pan avant de me rappeler la folie qui l’habite mais les émotions de Wendy auraient pu être encore plus approfondies pour que l’on comprenne mieux ce qui l’anime au côté de Pan. Pareil pour cette nouvelle drogue qui arrive en ville dont il est question en début d’histoire et qui n’est pas du tout exploitée par la suite.

Salut, Wendy. Tu veux jouer avec nous, maintenant ? Je peux t’apprendre à voler.

On rentre facilement dans l’horreur avec ce Peter Pan modernisé et beaucoup plus violent avec des personnages bien névrosés, certains plus intéressants que d’autres. Certains points auraient eu le droit à davantage d’approfondissement.

De la même saga

  • Blanche Neige de Louis-Pier Sicard (2017)
  • Hansel et Gretel d’Yvan Godbout (2017)
  • Les 3 p’tits cochons de Christian Boivin (2017)
  • Le Joueur de flûte de Hamelin de Sylvain Johnson (2018)
  • Pinocchio de Maude Royer (2018)
  • Le Petit Chaperon rouge de Sonia Alain (2018)
  • Le Vilain Petit Canard de Christian Boivin (2018)
  • La Petite Sirène de Sylvain Johnson (2018)
  • Raiponce de Louis-Pier Sicard (2018)
  • La Reine des neiges de Simon Rousseau (2018)
  • Boucle d’or d’Yvan Godbout (2019)
  • La Belle au bois dormant de Louis-Pier Sicard (2019)
  • Peau d’âne de Steve Laflamme (2019)

Du même auteur

  • La Bête originelle (2018)

Une enquête d’Oswald Taylor

  • Les Pages perdues de Kells tome 1 (2016)
  • Les Sacrifiés inconnus tome 2 (2016)

4 commentaires sur « Les Contes Interdits – Peter Pan, Simon Rousseau »

Répondre à Yuyine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s