Note : 5 sur 5.

VOUS SAVEZ, CES MAUVAISES CHOSES QUI ARRIVENT AUX GENS BIEN ? C’EST MOI.
D’habitude, ma journée typique comprend des maris infidèles, des personnes disparues, des hommes d’affaires véreux… et des démons, des dieux maléfiques et des gens qui sont morts. Beaucoup, beaucoup de gens morts. Désormais, je dois également apprendre à vivre avec ma nouvelle condition de déesse toute-puissante et mère de la sauveuse de l’univers. Les forces de l’enfer sont prêtes à tout pour me détruire, mais quand on est mariée au fils de Satan, difficile de ne pas tenter le diable…

Même après onze tomes, la Faucheuse est toujours aussi drôle et rafraîchissante. Et heureusement que ses acolytes sont tous aussi sympathiques, pas moyen de s’ennuyer lors de leurs folles aventures. Après un dixième tome qui m’avait remise plus ou moins facilement dans le bain suite à une longue pause de ma part dans la saga, j’ai beaucoup plus apprécié ce tome-ci où on explore encore davantage l’histoire du côté céleste. Maintenant que Charley connaît son identité divine, elle est bien décidée à reprendre le monde des mains de Jehovah. Mais, comme toujours, elle est beaucoup plus douée pour foncer dans le tas que pour élaborer des plans tout en finesse.

Gouverner le monde, on n’apprend pas ça à la fac, Charley pourra vous le confirmer. Heureusement que Reyes et ses amis sont toujours aussi présents pour l’aider dans ses diverses manoeuvres et tentatives. En parlant de Reyes, mon ressenti entre deux tomes à complètement évolué.  Si je trouvais que dans le tome précédant les deux conjoints ne communiquaient pas assez et qu’ils montraient difficilement ce qu’ils avaient en commun, je les ai trouvé ici davantage en phase. Malgré leurs nombreuses confrontations et les silences de Reyes, on comprend bien qu’ils seront toujours l’un derrière l’autre pour se rattraper au bord du précipice. Reyes est beaucoup plus apaisé même s’il pense toujours être le mal incarné. Et pendant que lui refuse de s’ouvrir davantage, Charley prend les devants en enquêtant sur son passé avec l’aide d’un ancien proche qui pourrait bien être le moyen de déterrer une importante histoire surnaturelle.

Ce onzième tome se focalise donc entièrement sur le duo, sur leur vie terrestre comme sur leur identité céleste. Les autres protagonistes sont mis alors plus en retrait même si ils ont toujours droit à leurs propres intrigues comme oncle Bob et Amber. Je pense ne pas attendre trop longtemps avant de lire le tome suivant afin de découvrir plus en détail les manœuvres de Charley pour conquérir le monde avec toujours quelques ratés. Car oui, Charley est toujours aussi cinglante, drôle et maladroite, ce qui la rend irrésistible !

À ta place, je me ferais du souci, monsieur Gros-Dur. La vengeance est une chienne sauvage, et elle s’appelle Charley Davidson.

Entièrement tourné vers Charley et Reyes, ce tome réussit à révéler des moments de leur passé tout en les rendant dans leur présent davantage en phase par rapport au tome précédant. Charley est toujours aussi drôle et rafraîchissante.

De la même saga

2 commentaires sur « Charley Davidson – Onze tomes au clair de lune tome 11, Darynda Jones »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s