Note : 4.5 sur 5.

Elle a passé la moitié de sa vie à attendre ce moment. À s’y préparer. Aujourd’hui, elle est certaine que l’homme assis côté passager est l’assassin de sa sœur.
Depuis des années, elle ne pense qu’à ça. Elle avait douze ans lorsque sa grande sœur a disparu. Pour elle, ça ne fait pas de doute : Rachel a été enlevée, puis assassinée. Grâce à une photo retrouvée sous l’escalier du grenier familial, elle connaît même le coupable : Carl Feldman, un photographe aussi célèbre pour ses clichés que pour les accusations de meurtre dont il est ressorti blanchi. Aujourd’hui sénile, Carl Feldman vit dans un établissement adapté. Mais l’heure de la vengeance a bientôt sonné : la jeune femme est prête à tout pour le forcer à recouvrer la mémoire et faire éclater la vérité. Même à prendre l’identité de sa fille illégitime et à entraîner l’homme qui l’a privée de sa sœur dans un road trip texan sur les traces d’affaires de disparition non résolues. Mais de la jeune femme sans nom au plan millimétré et du vieil homme à la mémoire peut-être pas si morcelée, qui est le plus dangereux ?

MON JOURNAL DE SURVIE – 12 ANS
Astuces pour retrouver celui qui a tué ma soeur :
1. Avoir un plan
2. Être prête à mourir

Merci à NetGalley et aux éditions Presses de la cité pour m’avoir fait découvrir la plume de Julia Heaberlin que je compte bien retrouver dans un autre de ses romans après ce premier essai très fructueux. Fantômes de papier est un thriller se démarque par son originalité dès le départ avec en son centre deux personnages bien étranges. D’abord, il y a Grace qui s’efforce de contrôler toutes ses peurs depuis l’enfance, dont la grande sœur a disparu à l’âge de dix-neuf ans ; Grace qui enquête depuis ses douze ans sans relâche afin de découvrir ce qu’il s’est passé et qui se retrouve aujourd’hui dans une maison de repos pour délinquants seniors face à Carl. Carl, le photographe énigmatique qui a capté avec son appareil photo le visage de plusieurs femmes disparues, l ‘homme qui a été acquitté pour l’un de ses mystères.

Mais Grace a de bonnes raisons pour accuser ce vieil homme à moitié sénile et elle compte bien obtenir toutes les réponses à ses questions en partant avec lui en road trip au milieu du Texas pour raviver ses souvenirs. Carl la suit un peu trop facilement ? Peut-être bien, mais ce que Grace va vite comprendre, c’est qu’ils sont deux à jouer et que si son adversaire n’a pas encore toutes les cartes en main, il pourrait déjà avoir plusieurs coups d’avance. Nous voilà alors embarqués dans ce périple de dix jours à la recherche de la vérité où les deux compagnons de route se jaugent, l’une tentant de garder le contrôle, l’autre s’amusant comme un diable. Carl est-il vraiment sénile ou joue-t-il la comédie à la vue de tous ?

– Vous êtes un drôle de petit oiseau, vous. Drôle, surtout. Et petit. Je me demande pourquoi vous n’avez pas peur que je vous tue, vous aussi.

L’auteure réussit très bien à jouer avec notre curiosité et nos nerfs nous laissant dans le flou pour davantage s’approcher de la vérité. Carl est-il véritablement un tueur en série ? Ou ses rencontres avec toutes ces jeunes femmes étaient-elles seulement fortuites ? Joue-t-il seulement à faire peur à Grace ? Au fil du séjour, la tension monte à mesure où les points sur la carte amènent à des réponses inquiétantes et dangereuses. Grace s’est préparée toute sa vie pour ce moment mais peut-être est-elle encore loin de pouvoir accepter la réalité. La relation entre elle et Carl reste trouble, ambigüe. Comme elle, on ne sait pas sur quel pied danser mais ce qui est sûr, pour elle comme pour nous, c’est qu’il faut toujours garder l’esprit clair et ne pas relâcher sa garde face à ce vieil homme extrêmement astucieux. J’ai été étonnée que dès le début, Carl connaisse plus ou moins le plan de sa nouvelle « amie » mais ça n’a rendu le récit que plus distrayant et intrigant.

La fin manque cependant de surprise, je m’attendais à une fin comme celle-là même si je la trouve encore pas assez aboutie. Dans l’ensemble, j’ai adoré suivre ces deux personnages étranges pendant ces dix jours de tension et d’interrogations où le plan de Grace est de plus en plus mis à mal par les aléas du voyage pour le plus grand plaisir de son compagnon de route dont il ne faut pas accepter toutes les conditions.

Il paraît qu’on arrive sur terre avec deux phobies innées : les bruits violents et le vide. […] Personnellement, je crois qu’on naît avec la peur de tout. Ensuite, on fait juste semblant d’être courageux jusqu’à ce que le monstre se réveille.

Un thriller original avec deux personnages principaux étranges et qui se complètent étonnamment bien, l’un à la recherche de la vérité, l’autre avec un dessein plus trouble. La dynamique fonctionne au fil du récit même si la fin manque d’imprévisibilité.

De la même auteure

  • Qui es-tu ? (2012)
  • Ainsi fleurit le mal (2015)

6 commentaires sur « Fantômes de papier, Julia Heaberlin »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s