Note : 4.5 sur 5.

« Pois qui roule amasse de la mousse » et des histoires, en glissant de la main d’une petite fille pour atterrir, après bien des virages, dans celle crochue d’une multinationale avant de rebondir…
Des hommes se battront pour lui, des femmes succomberont à ses qualités, des mondes s’ouvriront pour élargir le champ des possibles car rien ne résiste à ce petit grain qui pourrait bien en changer la face…
Gourmandise, pois sauveur, filon vert, graine de fleur musicale, perle de l’océan indien… Pour qui le rencontre, il aura le 1er rôle.

Si on m’avait dit que je lirai un jour une histoire qui conte l’aventure d’un pois, je n’y aurais évidemment pas cru. Oui oui, je parle bien d’un petit pois, comme celui placé sous une vingtaine de matelas afin d’authentifier la véritable noblesse d’une princesse demandant l’hospitalité pour la nuit. Passée cette surprise au début du récit où on peut se demander vers où l’auteure veut aller, apprêtez-vous à suivre notre héros singulier dans une aventure passionnante où les émotions et les surprises se succèdent.

À mesure où ce pois voyage, on découvre diverses cultures, on rencontre tout autant de personnages, certains très touchants d’autres beaucoup plus détestables. Nathalie Malbec nous embarque dans une histoire riche en émotions et en sensations et qui offre des réflexions et des valeurs très intéressantes sur lesquelles on peut s’interroger tout au long de cette curieuse époipée. On peut s’y attendre mais L’Époipée est un roman original où un simple pois tombé de la poche d’une jeune fille va pouvoir venir indirectement en aide à d’autres personnes aux quatre coins de la planète.

On passe de sociétés occidentales à des tribus sauvages avec toujours une bienveillance dans l’écriture qui nous pousse à nous ouvrir davantage au monde et à tourner d’autant plus rapidement les pages pour découvrir jusqu’où cette escapade va mener notre pois. Et en parlant des hommes, des femmes, on en vient à parler de l’évolution de nos sociétés, sur les bienfaits, les limites et les dommages de celle-ci, sur les valeurs de l’être humain et sur l’état de notre planète.

L’Époipée nous met alors aussi face à notre responsabilité personnelle et commune face à la dégradation de notre environnement. Est-ce que la nature a encore des choses à nous révéler, à nous offrir ? Bien évidemment et grâce à des personnages qui comprennent la valeur de cette Nature qui perd peu à peu du terrain, cette dernière réussit à se perpétuer par le biais par exemple de ce peuple indigène que l’on découvre dans ce livre et qui possède de nombreux savoirs qui sont pour la culture occidentale encore inconnus.

Avec un style fluide et qui réussit à aller au bout de ses représentations et interprétations, on se laisse complètement porter au travers de ce récit tourné vers la découverte des beautés de notre monde, sur des valeurs universelles et des réflexions actuelles préoccupantes sur nos sociétés et sur ce qu’elles peuvent engendrer. Merci à Nathalie Malbec pour m’avoir permis de découvrir son roman. Je sais que je prendrai beaucoup de plaisir à lire les prochains.

Un récit sur la découverte du monde, sur le partage, le mélange de cultures, la tolérance, les dangers causés par l’homme sur la nature. Toute cette aventure autour d’un petit pois voyageant aux quatre coins du monde est toute aussi étonnante que passionnante.

De la même auteure

  • Isa (2018)

2 commentaires sur « L’Époipée : Il était un pois…, Nathalie Malbec »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s