Note : 4 sur 5.

Policiers et suspects jouent au chat et à la souris dans une salle d’interrogatoire surtendue où seule compte l’obtention de la vérité, quel qu’en soit son prix.

Casting
Emma Suárez : María de Los Angeles Toranzo Puig
Álvaro Cervantes : Rai Messeguer Ortiz
José Ángel Egido : Joaquín Manero Alted
Jorge Bosch : Carlos Cerdeño Varona
María Morales : Luisa
Carmen Machi : Isabel
Inma Cuesta : Carmen
Eduard Fernàndez : Carmelo Al Huzaini

3 épisodes
2019
-> série terminée

Dans la vengeance et en amour, la femme est plus barbare que l’homme.

Ça y est, après avoir vu la version française de Criminal, je me décide enfin à visionner les trois autres. Moi qui voulait faire un comparatif entre les quatre parties, je vous propose plutôt de faire comme d’habitude, une critique pour chaque série avec dans cet article celle de la version espagnole. Je n’ai évidemment pas pu m’empêcher de la comparer à celle de notre beau pays et malheureusement pour nous, j’ai trouvé Criminal : Espagne meilleure.

Image associée

Un casting convaincant

Dès les dix premières minutes, j’ai été davantage convaincue, c’est dire. Pourtant, les décors sont les mêmes, la construction narrative idem, la brigade que l’on suit ressemble à la française mais premièrement, j’ai hautement préféré le jeu des acteurs espagnols. Ayant regardé les trois épisodes en version originale, j’ai pu réellement apprécier leur style et leur manière de transmettre des émotions. Les femmes sont clairement à l’honneur avec les deux suspectes dans les épisodes 1 et 2. Mention spéciale à Inma Cuesta qui est extrêmement juste, et l’inspectrice qui, malgré ses méthodes douteuses, est bonne. Avec un casting habitué du petit écran avec notamment une bonne partie de ses membres jouant dans la série espagnole La Zona, il n’y a pas grand chose à redire de ce côté-là.

Jouer sur les sentiments

Ensuite, les affaires, moins portées par des faits d’actualité, vont davantage convaincre par leur force émotionnelle que ce soit par le cas en lui-même ou les moyens employés afin de le résoudre. Les techniques d’interrogatoires sont encore au centre de cette série avec pour principal décor la pièce à la vitre sans teint où s’affrontent les suspects et les policiers. Et le match est rude car même si c’est, pour certains, la première fois qu’ils se retrouvent dans une salle d’interrogatoire, les trois suspects savent comment cacher la vérité. Seulement, avec des méthodes très éloignées de la déontologie, l’inspectrice María de Los Angeles Toranzo Puig dévoile son art pour dénicher la vérité.

Des méthodes douteuses mais payantes

Par ses agissements, elle va souvent très loin, à voir si, pour vous, la fin justifie les moyens. Experte dans son domaine, elle n’en reste pas moins, avec le commissaire et le reste de son équipe, désenchantée par ce travail où le crime et la misère humaine forment son quodien et l’ont usé jusqu’à ce que manipuler et faire souffrir psychologiquement ses suspects afin qu’ils avouent devienne normal pour elle. Rai, le plus jeune de la brigade, sera le seul à conserver son intégrité et à vouloir faire les choses correctement même si sa relation avec sa cheffe l’influence considérablement lors de ces trois épisodes. Moins rentre-dedans que les flics français, les collègues espagnols tentent de sympathiser avec les interrogés pour les piéger d’autant plus brutalement dans leurs filets à base de coups bas et de manipulation.

Convaincue par le premier épisode et conquise par le deuxième, j’ai néanmoins trouvé le troisième très en-dessous avec cette histoire de trafic de drogues et de terrorisme. Jouant de leur influence, les policiers pensent pouvoir jouer aussi le rôle de juge lorsque l’affaire les touchent de trop près. Heureusement qu’un personnage est présent pour contrebalancer ses agissements non professionnels.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s