Note : 4.5 sur 5.

À vivre au-dessus des nuages, dans un monde déliquescent, Sam Hartley a fini par se croire à l’abri de la colère divine. Le destin, sous la forme d’un message qui ne lui était pas destiné, bouleversera sa vie préservée de « lécheur de ciel ». Une femme et son enfant l’entraîneront vers des contrées insoupçonnées où l’amour se mérite. Le courage de Sam sera mis à rude épreuve : l’existence même de son monde est en jeu.

Il y a presque trois ans jour pour jour que je découvrais pour la première fois la plume de Brice Milan avec La Belle Assise et par la même occasion le monde vaste de l’autoédition. Du chemin a depuis été fait, chemin qui m’a permis de découvrir l’auteur avec différents genres entre thriller, fantasy et science-fiction. Aujourd’hui, on se tourne vers ce dernier genre avec la nouveauté de l’auteur, Le Monde déviant.

Plongez dans le futur, en 2130 à New-Rop où les strates sociales sont les plus inégales. Sam Hartley a tout pour être heureux si l’on ne compte pas les événements tragiques qui l’ont fait devenir orphelin bien jeune : une épouse influente, une place de choix dans l’entreprise de son beau-père, aux plus hauts étages de son building et un statut de privilégié. Et Sam est bien du genre à en profiter, délaissant après le travail ses devoirs conjugaux pour batifoler avec une unième femme pour une relation des plus éphémères.

Sa nouvelle cible, sa secrétaire, n’a elle pas le temps de connaître les joies des plaisirs avec son patron qu’elle se fait tuer dans son appartement. Le problème pour Sam est que la jeune et jolie Angie lui a envoyé la veille de sa mort un mail qui ne lui était pas adressé. N’ayant pas le temps de s’en soucier, il garde tout de même la pièce jointe du mail enregistrée dans sa montre connectée. Ce simple geste va étonnamment bouleverser sa vie, brusquement pourchassé par un inconnu prêt à tout pour effacer le contenu du mail et à faire disparaître Sam.

Au bout de sa fuite et de multiples circonstances, il atterrit dans un lieu auquel il ne pensait jamais se confronter : celui des déclassés, celui où se regroupent ceux qui ont été rejetés par les hautes sphères de cette société futuriste tournée exclusivement vers la réussite et la réputation. Le voilà alors démuni face à cette population qui, dès le départ, ne le porte pas dans son cœur. Obligé de suivre les règles, Sam n’en finit pas de devoir faire ses preuves au côté de ses nouveaux camarades qui compte une ancienne conquête dont la chute sociale lui ait exclusivement imputable.

Arraché à sa vie confortable, Sam va pouvoir montrer ses capacités et celui qu’il est réellement alors que le groupe va connaître un périple bien éprouvant et mortel à la recherche d’un nouvel asile. Avec une mission qui concerne personnellement Sam et Maria, son ancienne amante, le clan de déclassés marche avec l’espoir de trouver au bout du chemin un lieu pacifique, un havre de paix dans lequel ils pourraient vivre, tout simplement.

Leur voyage fastidieux s’accompagne d’une chasse à l’homme dont Sam reste la proie, des gens importants n’ayant pas lâcher l’espoir de retrouver l’ancien cadre et de lui dérober l’information qu’il garde secrète et dont il ne connaît toujours pas la teneur. Haletant et intense, ce périple à la recherche d’un ailleurs compte plus d’un danger et chacun devra mettre la main à la patte afin d’aider le groupe entier. Au premier abord antipathique avec son aura d’égoïste et de tombeur éternel, Sam n’en est pas moins intéressant à suivre. Évoluant au fur et à mesure de cette longue marche, notre héros apprend de ses erreurs et à s’intéresser à quelqu’un d’autre que lui-même.

Le récit prenant rapidement un tour plus mystique, Brice Milan introduit intelligemment les enjeux de son histoire et les attentes et forces de ses protagonistes. Sam toujours au premier plan, les autres personnages réussissent néanmoins à gagner en importance et évoluent doucement mais sûrement. Présenté telle une dystopie, Le Monde déviant se complexifie rapidement grâce à sa part de surnaturel et par ses codes sociaux particuliers, variant selon les classes sociales, le roman s’intéressant particulièrement aux deux extrêmes.

Le style de l’auteur est toujours aussi travaillé, s’intéressant à créer une véritable atmosphère autour de cet univers futuriste et pessimiste, sombre, qui peut tout de même révéler de belles surprises pour son avenir par les actions et idéologies de certains individus se battant pour leurs droits arrachés et leur vie conspuée. Merci à Brice Milan pour cette nouvelle lecture pleine de surprises.

Encore une bonne surprise de la part de l’auteur avec son univers sombre qui amène ses personnages à se surpasser pour leur survie. Ambigu et énervant de premier abord, le héros reste des plus intéressants au fil de son initiation dans sa nouvelle vie faite de dangers et de surprises, bonnes ou mauvaises.

Du même auteur

Les Fragments perdus

Le Cycle des Tempêtes

  • La Terre des ombres tome 1 (2016)

5 commentaires sur « Le Monde déviant, Brice Milan »

  1. Merci, Océane, pour cette belle chronique rédigée avec élégance. Tu as le don de raconter sans révéler, de mettre en avant les points importants de l’histoire sans d’évoiler. Ainsi, je suis très content qu’au-delà de la dystopie, tu aies parfaitement cerné l’autre aspect plus mystique (initiatique) de ce récit. On pourrait y voir métaphoriquement une conversion du « héros » à la cause de la Nature. Brice

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s