Note : 4 sur 5.

Série anthologique, Dirty John explore les relations amoureuses dysfonctionnelles à travers des histoires réelles et bien connues. Pour sa première saison, place à Connie Britton et Eric Bana avec cette rencontre amoureuse entre mensonges et manipulation destructrice.

CASTING
Connie Britton : Debra Newell
Eric Bana : John Meehan
Juno Temple : Veronica Newell
Julia Garner : Terra Newell

8 épisodes
2 saisons de 16 épisodes
2018-
-> en attente de renouvellement pour une saison 3

TFSA] Mes découvertes pour cette année 2019 - Celle qui bloggait

Une histoire d’amour pour elle, le jackpot pour lui

Décoratrice d’intérieur bien installée, Debra Newell a peu de temps pour penser trouver l’homme idéal. Finalement, sa rencontre avec John Meehan, un beau médecin charmeur, va rapidement bouleverser ses convictions sur sa vie bien établie. Tombant rapidement sous le charme de cet homme à deux faces, Debra se laisse totalement piégée dans la toile de ce manipulateur hors pair.

Car malgré ses belles paroles, John est loin d’être médecin et d’être aussi irréprochable qui ne le dit. Et même après ses mensonges de plus en plus nombreux, difficile pour Debra de se détacher de son conjoint à qui elle trouve toujours une bonne excuse. Concrétisant rapidement leur amour, le piège se referme insidieusement sur cette femme qui espérait trouver sa moitié. Fourbe, manipulateur, sociopathe, à mesure où John dévoile son véritable visage, il devient de plus en plus glaçant. Malgré l’aveuglement de Debra, le doute est peu permis sur le but de John, dès même le début de leur relation.

La manière avec laquelle cet homme prend de plus en plus de place dans la vie de cette femme d’apparence forte et indépendante est vraiment effrayante. La tension s’installe, et on se demande jusqu’où cette histoire va bien aller. Et peut-être que, connaissant déjà cette histoire tirée de faits réels – un documentaire étant même disponible sur Netflix -, vous savez jusqu’à quelles extrémités les personnages vont arriver. Dans le cas contraire, vous serez sans aucun doute soufflés par la force du dernier épisode et par sa violence autant psychologique que physique.

Conniebritton Dirtyjohn GIF by Bravo TV

Un jeu des apparences qu’il fait tout pour rendre crédible

Mais avant d’arriver à ce dernier épisode, la série met un point d’honneur à installer une ambiance pesante. Quitte à oublier le rythme, l’histoire veut aller au plus près de la psychologie humaine et devenir de plus en plus sombre et insidieuse dans la vie des personnages et dans nos peurs personnelles. Car, finalement, après avoir vu cette série, comment pourrions-nous dire que ça ne peut pas nous arriver à nous aussi ? Les manipulateurs/trices sont tellement doués pour changer de visages qu’il ne suffit pas que leur victimes soient des proies en manque d’affection.

Parfois, comme Debra, ces dernières sont bien entourées et non prédisposées à se faire avoir d’une manière aussi brutale. Connie Britton et Eric Bana forme un duo électrisant et puissant. Entre la force de caractère et la naïveté de Debra et le masque que John place sur son visage pour cacher tant bien que mal sa psychopathie, les deux personnages se complètent bizarrement dans cette intrigue psychologiquement angoissante.

conniebritton dirtyjohn GIF by Bravo TV

Une famille unie jusque dans l’horreur

Mas finalement, autre que Connie Britton qui est finalement de plus en plus en retrait par son déni face à cette relation très loin du conte de fée, ce sont les actrices qui jouent ses filles qui vont avoir une place de choix face à Eric Bana. La fille plus solaire et intransigeante, incarnée par Juno Temple s’impose immédiatement comme la voie de l’opposition au milieu de cette relation amoureuse qui ne lui dit rien qui vaille. Mettant constamment sa mère en garde, Veronica peine à garder son sang-froid face à cette magouille sentimentale.

Terra, plus calme et réfléchie, est pour sa part moins mise en lumière mais elle ne manque absolument pas d’intérêt, très bien interprétée par Julia Garner. Ça sera finalement le personnage qui pourrait le plus nous étonner par son évolution au fil de ces six épisodes.

Sans être une série incontournable, Dirty John exploite excellemment son sujet. Cette relation abusive nous prend rapidement aux tripes même si la série manque clairement de rythme. La psychologie des personnages est au centre de l’histoire et la série a bien choisi son casting avec des acteurs et actrices ayant auparavant déjà fait leurs preuves.

Mon avis sur les autres saisons

Bravo's Dirty John may frighten you, and it should - That's Normal

4 commentaires sur « Dirty John – Saison 1 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s