Note : 4 sur 5.

Envie de vous plonger dans la traque d’un tueur en série dans une petite ville d’Angleterre ? Optez pour la nouvelle sortie de Mark Edwards, Un bon jour pour mourir au titre bien évocateur et disponible dès le début du mois de septembre. Aux côtés de l’inspectrice londonienne Imogen Evans débarquant dans le Shipshire, découvrez les méthodes peu communes de ce serial killer qui a à cœur d’offrir une fin paisible à ses victimes.

En revenant dans sa ville natale, Ben espère que la chance va lui sourire à nouveau. Malheureusement, son vœu pourrait prendre une tournure fatale pour lui. En phase de divorce depuis la surprise brutale de l’adultère de sa femme, Ben retourne dans la petite ville de Shipshire avec Ollie, son fils de onze ans. Avec un problème de poids de plus en plus préoccupant et une apathie à la maison, Ollie ne cache pas à sa déception de devoir vivre dans cette ville bien rurale et ennuyeuse pour un pré-adolescent. Mais Ben compte bien faire en sorte que lui et son fils se sentent à nouveau heureux dans leur vie.

Seulement, les obstacles semblent nombreux. Ben peine à trouver un emploi, Ollie semble se faire harceler à l’école, leurs voisins sont constamment en train de se crier dessus et leur chien ne manque pas de voix lui non plus. Et si, en quelques mois, tous vos problèmes se réglaient naturellement et de nouvelles opportunités venaient frapper à votre porte ? Le rêve, non ? Ce que Ben ne sait pas c’est qu’un inconnu le guette dans l’ombre, faisant tout pour le rendre le plus heureux possible. Avant de le tuer. La Vipère du Shipshire a déjà frappé trois fois, à chaque fois dans un lieu différent qui pourrait être étroitement lié à ses victimes. Avec le sourire au lèvres, les corps retrouvés par la police font froid dans le dos.

Fraîchement mutée de Londres, l’inspectrice Imogen Evans, qui connaît un pourcentage impressionnant d’affaires résolues, commence ici à désespérer de ne trouver de aucun nouvel indice. Heureusement pour elle, le meurtrier n’est pas infaillible et laisse bientôt de plus en plus de traces derrière lui. Et contrairement à son supérieur et à son équipe, Imogen va tenter de comprendre les raisons de ces meurtres et de ce mode opératoire. Le tueur en série essayerait-il de se lier avec ses victimes en leur offrant une mort apaisante ? Qu’est-ce que ce besoin de laisser les corps avec le sourire dit de lui ?

Avec Un bon jour pour mourir, titre totalement en phase avec son histoire, Mark Edwards offre un nouveau roman policier abouti dans lequel l’on se passionne de plus en plus pour cette affaire. Avec trois points de vue distincts, entre Imogen, Ben et le tueur, et deux intrigues parallèles, la tension s’installe doucement pour nous laisser le plus longtemps dans le flou tout en nous offrant quelques indices par-ci par-là. Dès la rencontre entre Imogen et Ben, l’enquête va prendre une nouvelle ampleur. On se lance bientôt dans une course contre la montre dans laquelle on sait qu’il ne sera pas simple pour nos protagonistes de rester en vie.

L’affinité qui se crée immédiatement entre les deux personnages principaux est attendue mais pas moins plaisante pour autant. Les personnages ont le temps de se dévoiler et d’apprendre sur eux-mêmes à travers cette enquête dans laquelle on rencontre plus d’un habitant de cette petite ville. L’auteur réussit à nous surprendre et à créer une intrigue plus complexe que ce à quoi l’on pourrait s’attendre au départ.

Plus sombre que L’Oeuvre du diable, Un bon jour pour mourir reste tout de même accessible à un large public en n’étant pas du tout gore ou violent. Un nouveau roman policier qui, sans être époustouflant, intéressera un bon nombre de lecteurs entre reconstruction identitaire et enquête mystérieuse autour d’un serial killer bien dérangé. Je remercie NetGalley et Amazon Publishing France pour cette lecture qui sera disponible en librairie dès le 8 septembre.

J’ai été une nouvelle fois convaincue par la manière avec laquelle l’auteur construit son récit avec deux intrigues distinctes qui se rejoignent naturellement. Les personnages sont sympathiques et l’enquête offre quelques retournements très intéressants.

Du même auteur

2 commentaires sur « Un bon jour pour mourir, Mark Edwards »

Répondre à Entournantlespages Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s