Note : 5 sur 5.

Dans Entre chiens et loups, Sephy et Callum ont peiné à combattre les préjugés et les lois qui refusent d’admettre leur amour passionnel l’un pour l’autre. Dans La Couleur de la haine, Malorie Blackman monte encore d’un cran sur l’échelle de la haine dont l’homme peut être coupable par peur de l’autre et de la différence. Ce deuxième tome est, comme le premier, loin d’épargner ses personnages et ses lecteurs.

En quoi notre peau claire fait-elle de nous des êtres si effrayants pour les Primas ?

Dans le premier tome d’Entre chiens et loups, nous avions quitté Sephy et Callum, amants séparés par les luttes raciales de leur société, dans un final éprouvant et inhumain. Malorie Blackman a réussi à nous montrer la cruauté dont est capable l’homme en proie à ses peurs et à l’idiotie de son ignorance. Mais l’auteure ne s’arrête pas là, cette fin émouvante n’étant qu’un des premiers actes révoltants de la saga qui présente bien la couleur aux lecteurs. Car, dans ce deuxième tome, la tension n’a pas l’intention de redescendre, surtout au côté d’un nouveau personnage principal que l’on avait déjà suivi dans le premier tome.

Aux commandes de La Couleur de la haine, il y a tout d’abord Sephy qui va encore davantage se battre pour ses idéaux sans prendre le chemin de la haine, et Jude, le grand frère de Callum, qui lui, se laisse totalement dévorer par celle-ci. Mettre en lumière ce personnage assoiffé de vengeance et de justice a été un pari plus que gagnant pour Malorie Blackman. C’est même la raison pour laquelle ce deuxième tome est mon préféré de la saga. Avec Sephy et Jude, La Couleur de la haine emprunte deux chemins en totale opposition.

Si la jeune fille impétueuse est devenue ici plus réfléchie et mûre par les épreuves qu’elle a endurées et par la conséquence de ses choix, Sephy n’a pas fini de se battre. Mais, contrairement à son beau-frère, elle ne pense pas que la guerre soit la solution pour apaiser les deux communautés continuellement en conflit. Espérant rallier ses parents à sa cause, Sephy compte bien vivre dans un pays où la tolérance et le respect vont trouver enfin leurs voix. Mais la violence n’est-elle pas nécessaire pour recommencer sur de nouvelles bases ?

Callie Rose n’est ni Nihil, ni Prima. Et dans ce monde où chacun doit appartenir à une catégorie, à une caste, elle se sentira peut-être obligée de choisir son camp. Alors qu’elle appartient aux deux. Alors qu’elle n’appartient à aucun.

Jude le croit et veut tout faire pour changer les choses. Pas avec l’idée de rendre la société meilleure ou plus pacifique. Non, seulement pour piétiner la race noire qui depuis des décennies a assujetti la population blanche. Il ne désire qu’un retour de bâton qu’il estime légitime. Le terrorisme sera sa voix de ralliement, lui qui peut tout de même faiblir ou hésiter devant sa tâche révoltante. Et c’est bien les contradictions du personnages ou plus sûrement ses doutes qui vont le rendre aussi intéressant. On espère tout au long du roman qu’il n’ira pas jusqu’au bout, qu’il trouvera une raison de ne pas détruire sa vie et celle de ceux qu’il hait, et qu’il réussira à être heureux dans la sérénité. Mais le passé est peut-être déjà trop entaché d’épreuves indélébiles et atroces pour oublier et pardonner.

La Couleur de la haine émeut et prend aux tripes, bien plus qu’Entre chiens et loups avec d’un côté un jeune homme torturé et perdu dans cette violence meurtrière et cette jeune femme à la recherche d’une solution plus pacifique pour elle et l’ensemble de la société.

Sauf qu’il n’arrête pas de pleuvoir.
Surtout la nuit quand je suis seul et qu’il n’y a aucun nuage dans le ciel.

Un deuxième tome encore plus engagé et poignant avec deux personnages aux méthodes radicalement différentes. La sagesse de l’une répond à la violence de l’autre avec une force palpable, révoltante et passionnante.

De la même saga

De la même auteure

  • Thief (1996) (VO)
  • La Couleur de la peur (2007)
  • Noughts & Crosses (2007) (VO)
  • Boys don’t cry (2011)
  • Jon (2013)
  • Les Insurgés (2013)
  • Heart breakgirl (2014) (VO)
  • Contact (2015)
  • Love hurts (2015) (VO)
  • Nought ans crosses : Graphic novel (2015) (VO)
  • Sombres étoiles (2016)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s