Note : 4 sur 5.

L’inspecteur Terrien et le robot Spacien semblent connaître une certaine popularité. Suite à leur première enquête en duo, ils sont demandés sur Solaria pour un nouveau meurtre. La plus robotisée, Solaria n’est pas sans failles et Elijah Bailey va devoir, dans ce quatrième tome du Cycle des robots, réussir à repérer les indices.

Du bleu, du vert, de l’air, du bruit, du vent, et par-dessus tout cela, écrasant, furieux, implacable, épouvantable, l’éclat incandescent du globe de feu dans le ciel.
Pendant un instant très court, il rejeta la tête en arrière et fixa en plein soleil de Solaria ; il le regarda sans être cette fois protégé par les verres polarisés des solariums, l’endroit le plus élevé des villes de la Terre. Il faisait enfin face aux pleins feux du soleil.

En avant pour une nouvelle enquête avec l’inspecteur terrestre Elijah Bailey et le robot Spacien R Daneel Olivaw ! Cette fois-ci, on quitte les villes bondées et enfermées de la Terre pour la planète Solaria qui a réussi à réguler sa population et à créer un espace adéquat pour chacun avec une utilisation importante des robots. Sur cette planète où chaque Solarien possède richesse et conditions de vie très confortables, un meurtre se produit. Sur cette planète, jamais pareil événement n’est arrivé depuis son indépendance il y a trois siècles. Face au désemparement des Solariens, Elijah Bailey est dépêché pour venir mener l’enquête.

Après son exploit dans l’enquête sur le meurtre d’un Spacien, raconté dans le tome 3 de ce cycle, Bailey commence à avoir bonne presse. Mais la vie sur Solaria est à l’opposée de celle sur la Terre. Il devra alors se faire aux différences climatiques et culturelles de cette planète dont les Terriens ne savent rien. Bailey a donc une mission double : élucider le meurtre de ce foetologue solarien et récupérer des informations sur cette planète, sa politique et l’importante utilisation robotique. Car, l’inspecteur s’en rend vite compte : aucun Solarien ne peut vivre sans robots. Avec dix machines positroniques pour un seul être humain, Solaria a vite fait d’être dépendante de ses robots et de leur hyperspécialisation.

– Si l’on peut ainsi manier un robot de façon qu’il mette un être humain en danger, cela veut dire seulement qu’il nous faut étendre les possibilités du cerveau positronique. Bien sûr, on pourrait dire aussi qu’il faudrait rendre les humaines meilleurs. Mais c’est du domaine de l’impossible ; aussi ce seront les robots que nous rendrons insensibles aux ordres des déments.

Société de l’individualisme en supprimant les sentiments et le contact humain, Solaria est une bien étrange planète. Accompagné de son coéquipier Daneel, Elijah va devoir se frotter aux étrangetés de cette planète à la pointe de la technologie. Comme dans Les Cavernes d’acier, ce sera moins l’enquête que les réflexions autour de cette société futuriste qui est au centre du récit. Avec toujours autant de talent et de génie, Isaac Asimov nous montre les potentielles forces et failles d’un avenir tourné vers la robotisation et l’eugénisme. De plus, tout n’est pas à jeter sur cette planète, l’auteur nous fait réfléchir et nous montre que la Terre pourrait avoir des choses à apprendre, cette dernière étant maintenant un lieu où l’on se terre les uns sur les autres.

Si la découverte de Solaria est très intéressante par sa culture et ses personnages parfois bien fantasques par leur différence avec les Terriens que l’on connait, l’enquête peut paraitre plus pauvre que dans le tome précédent. Surtout que l’inspecteur bougon se montre ici particulièrement exécrable en compagnie de son acolyte robot, comme s’il n’avait jamais travaillé avec lui . Se sentant obligé de montrer sa supériorité face au robot, il ne cesse de vouloir montrer qu’il est le plus intelligent et le plus libre de ses choix, ce qui ne le rend que plus pénible pendant une bonne moitié du roman. Daneel est moins mis en avant maintenant que l’on a découvert son fonctionnement dans le tome précédent. Mais Le Cycle des robots trouve toujours le moyen d’exploiter ses trois lois robotiques afin de s’interroger sur le rôle et le statut du robot, ses forces, se faiblesses et la manière avec laquelle l’homme pourrait déjouer les pièges et les lois qui régissent le cerveau positronique.

Sans contacts réels entre humains, le principal attrait de la vie disparaît ; la plus grande partie des valeurs intellectuelles également ; la plupart des raisons de vivre font défaut.

Si j’ai moins aimé les échanges entre les deux personnages principaux et l’enquête en elle-même par rapport au tome précédent, la culture et l’idéologie de cette planète sont passionnantes à découvrir, surtout pas leur absence de sentiments et de contact humain. Très loin de notre mode de vie, la planète Solaria nous interroge sur l’évolution de notre société tournée de plus en plus vers l’individualisme et vers la spécialisation scientifique.

Du même auteur

Du même auteur

Azazel

  • Azazel (1988)
  • Légende (1996)

Cycle de l’Empire

  • Poussières d’étoiles tome 1 (1951)
  • Les Courants de l’espace tome 2 (1952)
  • Cailloux dans le ciel tome 3 (1950)

Cycle de Fondation

  • Prélude à Fondation tome 1 (1988)
  • L’Aube de Fondation tome 2 (1993)
  • Le Cycle de Fondation tome 3 (1951)
  • Fondation et Empire tome 4 (1952)
  • Seconde Fondation tome 5 (1953)
  • Fondation foudroyée tome 6 (1983)
  • Terre et Fondation tome 7 (1987)

Cycle de David Starr

  • Sur la planète rouge tome 1 (1952)
  • Jim Spark et les Écumeurs de l’espace tome 2 (1953)
  • Jim Spark et la Cité sous la mer tome 3 (1954)
  • Jim Spark et le Projet Lumière tome 4 (1956)
  • Les Lunes de Jupiter tome 5 (1957)
  • Les Anneaux de Saturne tome 6 (1957)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s