Note : 4.5 sur 5.

Quinze ans plus tôt, Lindsey a réussi à se défaire de la relation asphyxiante qu’elle entretenait avec son mari. Seulement, le danger est toujours présent, surtout quand cet homme veut prendre à nouveau contact. Le plus important : se protéger et protéger sa fille de cet homme dangereux. Que faire face aux actes inquiétants mais anonymes qui s’installent dans leurs vies ? Avec Jamais tu ne me quitteras, Chevy Stevens nous plonge une nouvelle fois dans un thriller psychologique glaçant par son réalisme et sa tension constante.

Tout son visage parut brusquement se fissurer, prendre une nouvelle apparence. Celle du véritable Andrew. De l’homme que personne ne voyait à part moi.

Tout commence par un mariage heureux, un homme et une femme qui s’aiment sans limites, sans vices. Puis commencent les crises de jalousie, la possessivité extrême, les suspicions, l’alcool, le besoin de dominer l’autre pour ne lui laisser aucune porte de sortie. Lindsey aura supporté ce cauchemar pendant des années pour une seule raison : sa fille Sophie. Car elle l’a bien vite compris, si elle tentait de fuir Andrew, Sophie n’aurait plus eu de maman. Mais vient alors le courage nécessaire, exacerbé par une aide extérieure, pour s’enfuir avec sa fille.

Aujourd’hui, près de quinze ans plus tard, la peur s’insinue à nouveau dans la vie de Lindsey. Ayant fui avec sa fille près de Vancouver, elles ont ensemble recréée leur foyer en toute sérénité. Seulement, Andrew, son ancien mari et bourreau, vient de sortir de prison. Elle ne l’avait plus revu depuis la nuit de sa fuite avec Sophie. Et elle le sent, Andrew va tout faire pour se venger. Apeurée dès les premiers signes suspects de harcèlement, Lindsey fait tout pour éloigner son ex-mari d’elle et de sa fille. Mais si Andrew était aujourd’hui innocent ?

Sophie, elle, voudrait bien y croire. Ayant grandi sans son père, elle souhaiterait de tout son cœur pouvoir recréer un lien avec lui. Seulement, toutes les preuves semblent le pointer du doigt. Fouiller le courrier et les mails de Lindsey, entrer par effraction dans sa maison, laisser des petites attentions : Andrew est le coupable tout désigné. À l’instar de Séquestrée, un autre de ses romans, Chevy Stevens nous plonge immédiatement dans l’horreur de la violence conjugale. Qu’elle soit physique ou psychologique, il est dur de la regarder en face et d’y mettre fin. J’imagine qu’il sera dur de lire ce thriller pour celles et ceux qui sont passés par là dans leur propre vie tant Jamais tu ne me quitteras représente de manière incroyable la réalité.

Ce réalisme fait froid dans le dos alors que la tension augmente dans la deuxième partie de ce roman. Est-ce que l’on peut réellement changer ? Ou peut-on cacher seulement notre nature la plus sombre ? Nullement épargné, on découvre les véritables obsessions et défauts des personnages dès les premiers chapitres. Difficile alors ensuite d’avoir confiance face aux nouveaux proches des deux femmes quinze ans plus tard. Car Andrew n’est peut-être pas le seul être déviant dans la vie de Lindsey et de Sophie. Et c’est là qu’on se met à douter de tout le monde, et surtout des hommes que celles-ci croisent, rencontrent, aiment.

Entre Lindsey qui s’alarme, jusqu’à parfois la paranoïa, et Sophie qui, elle, espère tout au fond d’elle et veut prendre en main sa vie, avec quelques choix discutables, l’intrigue de Jamais tu ne me quitteras est de plus en plus pesante. On a peur pour les deux personnages car difficile de savoir de quel côté le mal va se déployer. Et s’il est possible de deviner le dénouement quelques chapitres avant la fin, on ne peut rester insensible face aux épreuves que doivent subir encore une fois cette mère et cette adolescente. À savoir, ce roman a déjà été publié en France sous un autre titre, Liés à tout jamais. Je remercie NetGalley et les éditions l’Archipel pour cette lecture. Je suis vraiment contente des récentes parutions de cette maison d’édition.

J’avais recherché les moindres détails sur Internet, tout ce que je pouvais trouver, chaque mention de son nom. C’était comme lire la vie de quelqu’un d’autre ; la vie du père de quelqu’un d’autre.

Comme Séquestrée, ce thriller est glaçant en ce qui concerne la possessivité et la violence dont peut faire preuve un proche. Avec un certain réalisme, le récit nous plonge dans ce drame psychologique dans lequel on se méfie de tous les gens proches de nos deux personnages principaux, car tous pourraient cacher leurs véritables intentions.

De la même auteure

5 commentaires sur « Jamais tu ne me quitteras, Chevy Stevens »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s