Note : 5 sur 5.

Coup de ❤

Devenir une rumeur pour venger les siens. Avec les ténèbres à ses côtés, Mia Corvere part conquérir son destin en devenant l’une des disciples de l’Église Rouge, une école d’assassins. Son plan : survivre à l’initiation, devenir une Lame et tuer le Haut Conseiller qui lui a pris sa famille. Ne jamais reculer. Ne jamais avoir peur. Ne jamais oublier.

« Tu seras une rumeur. Un murmure. La pensée qui réveille en sueur tous les salauds de ce monde au beau milieu de la non-nuit. La dernière chose que tu seras dans ce monde, gamine, c’est le héros de quelqu’un » Mercurio lui rendit la lame. « Mais tu seras une fille que même les héros craindront. »

Ma première découverte de la fameuse maison d’édition De Saxus, qui fait beaucoup de bruit avec des parutions particulièrement alléchantes, aura été des plus concluantes. Le premier tome de Nevernight n’est pas moins que ma meilleure lecture de l’année 2020, rien que ça. Il faut dire que Jay Kristoff développe d’une manière très intrigante et maîtrisée son univers fantasy pour nous en mettre plein la vue.

Le texte nous titille personnellement, nous lecteurs, avec un narrateur à l’identité – pour le moment ? – inconnue qui prend le temps, et on l’en remercie, d’approfondir ce monde de violence, de foi fanatique et de meurtres jusque dans les notes en bas de pages. Quelle idée ingénieuse pour nous interpeler encore davantage, nous garder constamment en alerte et briser le quatrième mur comme bon lui semble, à notre cher narrateur plein de malice. Mais finalement, que nous narre-t-il donc ?

L’histoire de Mia Corvere, moelle-née de Sepulcra, capitale de la République, entraînée à devenir une tueuse. Sans réelles prédispositions, ce sont plutôt les événements tragiques menant à l’exécution de son père pour trahison et à sa fuite pour sa survie qu’elle va être amenée à devenir l’une des nouvelles disciples de l’Église Rouge.

Avec en tête de venger sa familia des hauts dignitaires qui l’ont détruite, Mia est prête à tous les sacrifices pour devenir l’une des plus fines Lames de cette école d’assassins. Au milieu de jeunes gens tous aussi déterminés qu’elle, nous la suivons dans son initiation au combat, au meurtre, à la manipulation, au vol, etc…

Rien est ton point de départ. Ne rien posséder. Ne rien savoir. N’être rien.
– Pourquoi voudrais-je faire une chose pareille ? »
Le vieil homme écrasa son cigarillo sur les planches qui les séparaient. Son rictus lui arracha un sourire.
« Parce qu’à ce moment-là, tu peux accomplir n’importe quoi. »

Mais avant ça, c’est vrai que les deux cent premières pages pourraient en faire languir certains. Effectivement, Jay Kristoff prend le temps de poser les bases de son univers et, de mon côté, je ne me suis pas ennuyée une seule minute. Il aurait été difficile vu que j’ai tout de suite adhéré à l’ambiance sanglante et dangereuse de Nevernight et que j’ai immédiatement été envoûtée par l’anti-héroïne de la trilogie.

Avec son sale caractère qu’elle assume et son esprit ingénieux et pas moins dénué d’ironie, Mia m’a totalement séduite. Accompagnée de Gentilhomme, une entité que vous découvrirez bien vite, nous la suivons dans cette aventure semée d’embûches où la mort n’est jamais loin.

Ses compères sont également des plus intrigants, disciples comme professeurs, et nous donnent envie d’en découvrir toujours davantage sur les arts dangereux qu’ils parfèrent et sur cette Église Rouge bien gardée au su de tous, en particulier des hauts dignitaires de la République pourchassant ceux qui proclament comme hérétiques à la religion unique tournée vers Aa, le dieu du Soleil.

Attention, le début de ce premier tome sera sans aucun doute déstabilisant avec un travail de répétitions qui trouvera son utilité pour offrir à Mia une dimension psychologique dès le début du récit et qui démontrera le style maîtrisé de l’auteur. Et passée la mise en place qui pourra peut-être paraître longue pour certains, vous vous passionnerez sans trop de doutes de la tournure de l’intrigue et vous étonnerez fortement de certaines révélations.

Également, sachez avant de vous décider à commencer Nevernight que ce roman comporte des scènes de sexe explicites, de violence, de torture, un langage grossier et des descriptions détaillées de blessures.

Au bout du compte, seules deux catégories de personnes existent en ce bas monde – ou dans n’importe quel autre : ceux qui fuient et ceux qui se battent. Votre espèce possède de nombreuses expressions pour caractériser la deuxième : Berserker. Instinct de tueur. Plus de couilles que de cervelle.

Un immense coup de cœur pour cet univers brillamment maîtrisé et développé avec des outils astucieux et pour cette anti-héroïne envoûtante mais non pas moins dénuée de défauts qui lui apportent encore plus de charme. L’histoire promet de bonnes surprises et des personnages des plus intrigants.

Sortie française : 29 octobre 2020
Sortie originale : août 2016

De la même saga

Godsgrave tome 2 (2017) VO
Darkdawn tome 3 (2019) VO

Du même auteur

La Guerre du Lotus
Stormdancer tome 1 (2014)
Kinslayer tome 2 (2015)
Endsinger tome 3 (2015)

Illuminae (co-écrite avec Amie Kaufman)
Dossier Alexander tome 1 (2016)
Dossier Gemina tome 2 (2017)
Dossier Obsidio tome 3 (2018)

Lifelike (VO)
Lifel1k3 tome 1 (2018)
Dev1at3 tome 1 (2019)
Truel1f3 tome 3 (2020)

Aurora (co-écrite avec Amie Kaufman)
Aurora squad tome 1 (2020)
Aurora burning (2020)

10 commentaires sur « Nevernight – N’oublie jamais tome 1, Jay Kristoff »

  1. Je note de ne pas me laisser décourager par le début 😄
    En tout cas je suis hypée par l’anti-héroine, l’ambiance sombre et crue, et puis forcément une école d’assassins, ça fait saliver !

    Aimé par 1 personne

  2. C’est LA chronique que j’attendais le plus ! Je suis tellement content de lire que ce premier tome a été un coup de coeur. Ça me donne envie de m’y replonger mais il ne faut pas que je craque… Je le relirai à la sortie du second tome.

    Aimé par 1 personne

    1. J’espère qu’il te plaira tout autant !
      J’ai pu voir que certains n’avaient pas accroché au style un peu trop sombre et au langage parfois/souvent grossier selon les gens. Je pense qu’il faut juste être prévenu dès le début.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s