Note : 4 sur 5.

La famille Hazan est habituée à la malchance. Et même si elle arrive le plus souvent à se sortir in extremis de coups foireux, la poisse continue de la suivre. Joseph, qui a entraîné sa famille dans la plantation de cannabis, veut maintenant sortir du business. Le problème est qu’on ne quitte pas aussi facilement ce genre de boulot. Pour cela, il va falloir être des plus imaginatifs.

CASTING
Jonathan Cohen : Joseph
Gérard Darmon : Gérard
Julia Piaton : Aure
Liliane Rovère : Ludmyla
Olivier Rosemberg : Olivier
Ali Marhyar : Ali
Lina El Arabi : Aïda
Louise Coldefy : Clémentine

6 épisodes
2 saisons de 12 épisodes
2019-
-> renouvelée pour une saison 3
sur Netflix

https://file1.grazia.fr/var/grazia/storage/images/1/2/6/5/9/12659792/family-business-saison-arrive-septembre-sur-netflix.jpeg?alias=original

L’humour qui va encore plus loin

J’avais été bien surprise à l’annonce du renouvellement de Family business. La première saison était assez sympathique sans être non plus incroyable, s’appuyant principalement sur l’attachement que les spectateurs peuvent avoir pour les acteurs comme Jonathan Cohen ou Gérard Darmon. La première saison n’était pas allée très loin dans ce concept de Beucherie, et il faut dire que le projet a été complètement avorté.

Effectivement, dans cette deuxième saison, la famille Hazan apprend aux informations que la rumeur supposant la future légalisation du cannabis n’était finalement qu’une rumeur. Ah, c’est embêtant, surtout au vu de la plantation conséquente de drogue que Joseph et sa famille font pousser dans leur grange. Fournissant du cannabis à un groupe mafieux, notre bonne famille française ne compte pas arrêter le business pour autant. Il n’y a que Joseph, qui a mis tout le monde dedans, qui voudrait bien arrêter toute cette folie.

Avec Aïda qui vient d’accoucher de triplés, Joseph doit penser à sa nouvelle famille, surtout que sa (ex) copine est claire : s’il continue de produire et de vendre de la drogue, il ne verra pas ses enfants. Joseph réfléchit alors à plusieurs plans, bien foireux, pour donner envie à sa famille d’arrêter le business. Cela donne lieu à des scènes parfois improbables mais tellement drôles avec Jonathan Cohen qui s’éclate à imaginer n’importe quoi pour rendre son personnage toujours plus allumé et naïf. C’est sûr que Joseph, ce n’est pas tellement une lumière mais il nous fait bien rire.

Et quand il est aidé par Clémentine, c’est l’apothéose. Si ce personnage secondaire bien fantasque était usant dans la première saison, il obtient ici les meilleures répliques. Clémentine, c’est l’amie toujours prête à donner un coup de main dans les mauvais coups et pour dire ce que personne n’oserait dire. Si elle est encore assez absente par rapport aux autres, j’ai trouvé que c’était le personnage de cette saison.

Les autres sont également bien sympathiques entre Gérard qui se cache de ses enfants pour fumer des joints avant d’aller à son groupe de soutien contre la dépendance, Aure, la tête pensante de la famille qui a du mal à gérer le business familial et en même temps sa vie amoureuse, Ludmyla, la grand-mère désinhibée et poilante, à l’image d’Arlette dans Dix pour cent, et Olivier, l’ami toujours présent mais qui reste pas mal déconsidéré par la plupart des Hazan.

https://static1.purebreak.com/articles/7/20/34/47/@/734165-family-business-saison-3-netflix-annon-opengraph_1200-2.jpg

Le drame qui se mélange à la comédie avec une réalisation plus soignée

Les gags se suivent, ressemblant parfois à la première saison, mais ici, tout ne se prête pas à rire. La saison 2 réussit à mélanger comédie et drame même si l’histoire reste toujours plus drôle que triste. Entre les problèmes de mémoire de Ludmyla et les conséquences du business, la liberté et même la vie des Hazan restent toujours sur le fil.

Cette saison se révèle davantage travaillée et soignée, avec une histoire et une réalisation un peu plus ambitieuses. C’est loin d’être crédible, on part parfois dans l’absurde mais c’est ce qui fait le sel de l’histoire. Cet humour absurde, parfois vulgaire, ne plaira pas à tout le monde. Certains préfèrent même la première saison, trouvant que la deuxième répète beaucoup ce que la série a fait précédemment.

Mais la prise de risque dans cette saison aura réussi à me convaincre même si certaines choses sont très prévisibles. Les acteurs s’éclatent, on s’amuse des situations rocambolesques de leurs personnages et on rit de la manière parfois surréaliste avec laquelle ils réagissent aux événements qui leur tombent dessus, les uns après les autres.

Family business ne révolutionne pas le genre de la comédie et elle ne prétend pas le faire. Elle essaie seulement de tracer son chemin entre délires de potes et ambition pour un scénario qui prend de l’envergure. Et si je dois lister les séries françaises Netflix que j’ai vues entre Criminal, Plan coeur et La Révolution, elle se retrouve dans les meilleures, et de loin.

Mon avis sur les autres saisons
saison 1

Retrouvez Jonathan Cohen dans La Flamme
saison 1

Retrouvez Liliane Rovère dans Dix pour cent
saisons 1 à 4

Family Business va avoir droit à une saison 3

2 commentaires sur « Family business – Saison 2 »

  1. La première saison était amusante mais ça restait pour moi « ouais sans plus » et je trouve cette saison 2 bien meilleure, sans doute car une fois les personnages et l’univers introduits, j’y étais attaché et j’ai pu plus facilement rentrer dans leurs délires. J’ai beaucoup aimé l’absurde autour d’Aure et Ludmilla, c’est limite du n’importe quoi mais ça fonctionne super bien.
    Le duo Clémentine/Joseph était fabuleux 😀

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s