Note : 4 sur 5.

Photographiant la nature aux alentours, David tombe sur une scène singulière dans laquelle une jeune femme semble être en difficulté. Grâce au cliché qu’il a fait de cette inconnue, il compte bien la retrouver et découvrir son histoire et ses secrets.

David était pris dans le tourbillon de la valse. Les couples virevoltaient tout autour de lui, des couples d’âge mûr, les plus jeunes ayant déserté la piste dès les premières mesures viennoises.

Depuis quelques temps, David broie un peu du noir. Tenant un magasin pour développer des photographies, il égraine ses journées à la rencontre de nouveaux clients, dans son magasin ou lors d’événements à immortaliser, qui ne prennent pas forcément le temps de le connaître personnellement. De plus, la séparation avec sa petite amie continue de le miner et le désir de celle-ci de garder contact en tant qu’amis ne risque pas de l’aider à tourner la page. Déprimé et solitaire, il prend plaisir à retourner en campagne le week-end pour prendre des photos de la nature environnante et des passants.

Témoin d’une scène inhabituelle entre deux hommes et une femme, il décide de prendre les inconnus en photo. Il comprend alors que la jeune femme semble en difficulté sans réussir à faire quoi que ce soit pour l’aider. Contrarié par cet étrange événement en rentrant chez lui, son frère le pousse à oublier toute cette histoire. Cependant, David est extrêmement surpris de voir à nouveau le visage de l’inconnue sur des photos qu’il est chargé de développer. Prenant contact avec la cliente propriétaire de la pellicule, David tente de recueillir des informations sur la femme photographiée, ce qui le mène à rencontrer sa famille et à apprendre sa disparition depuis quelques temps déjà au sein d’une communauté louche.

Sortant avec joie de son quotidien dans lequel il est horriblement passif, David va vouloir en apprendre davantage sur celle qui a rompu volontairement les liens avec sa famille. Se pourrait-il qu’elle soit en danger ? La scène dont a été témoin David ne laisse plus aucun doute à ce dernier. Néanmoins, elle qui est partie de son propre gré loin de son père et de sa sœur, veut-elle réellement être sauvée ?

Dans les premiers chapitres, John Veher nous plonge dans le quotidien banal de David, entre son travail lors d’un mariage, ses horaires au magasin, ses séances de sport en salle et ses soirées à son appartement. On ne peut être difficilement plus proche physiquement du personnage principal qui nous dévoile ses journées en long et en large. Le début est donc truffé de détails parfois futiles pour l’avancée de l’intrigue principale. Et le caractère morose du personnage n’aide pas à rendre ce quotidien plus attrayant. Mais on sent bien l’envie de l’auteur de créer un réel bouleversement dans la vie de David dès le moment où il prend en photo son inconnue.

On se laisse alors bientôt porté, peut-être un peu dans l’expectative pendant quelques chapitres, jusqu’à rencontrer les membres de la famille de la jeune femme. Aux premières réponses délivrées, on comprend que les craintes de David sont sûrement fondées. Pourquoi a-t-elle voulu s’éloigner de sa famille ? Quelles raisons l’ont-elle poussées à rejoindre cette communauté marginale ? Qu’est-elle devenue depuis ? À la recherche de réponses, David va travailler tel un détective et se mettra bientôt en danger pour découvrir le fin mot de l’histoire.

Et plus il avance dans cette enquête qui lui tient à cœur, plus il en dévoile sur lui-même et sur ses envies profondes. Délaissant la solitude qui lui colle à la peau, tout comme sa mélancolie, le photographe se donne à fond dans cette affaire. Une seule photographie aura peut-être le mérite de bouleverser sa vie. Prenant plaisir à le suivre dans ses recherches, on quitte peu à peu ses journées répétitives pour un peu plus de nouveauté, et ça fait du bien. Si l’auteur use encore ça et là de descriptions qui, parfois, ne sont pas toujours utiles, on prend plaisir à suivre le photographe dans sa quête de la vérité qui l’obsède de plus en plus et nous titille nous-même au fur et à mesure du récit. Je remercie John Veher pour cette lecture.

Les scènes d’exposition sont assez répétitives pour montrer le personnage principal dans son quotidien solitaire. Mais le mystère autour d’une femme photographiée à la volée gagne bientôt en intensité grâce aux relations familiales de la disparue et à son mode de vie particulier.

Sortie : janvier 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s