Note : 5 sur 5.

coup de ❤

Séparé de sa femme et de ses enfants suite à une dispute, Gabriel retourne vivre dans la maison de ses parents et fait du ménage dans leurs affaires. Un jour, il reçoit une lettre à cette adresse. C’est alors le début d’une série de missives étranges envoyées par une certaine marraine dont il ne connait pas l’identité.

Ne porte jamais de jugement sur les événements d’hier sans t’extraire du cadre d’aujourd’hui. Tu verras que les hommes ressemblent plus à leur temps qu’à leurs pères. N’oublie jamais qu’un fait historique ne peut s’expliquer pleinement en dehors de l’étude de son moment. Cela pourrait faire de toi un brûleur de livres et un déboulonneur de statues.

Revenue sur Simplement Pro après quelques mois d’absence, je me suis laissée tenter par la proposition de Média Livres, que je remercie, de découvrir le nouveau roman d’Emmanuel de Reynal chez les éditions du Panthéon. Attachée à la diversité culturelle et humaine, la maison d’édition a publié cette année Recta linea, une fiction qui raconte l’histoire d’un homme mais également celle de la Martinique.

Quelle claque dès les premières pages ! Emmanuel de Reynal nous invite dans son univers tout en poésie et en philosophie sur l’univers, l’espèce humaine et l’Histoire qu’elle s’est créée depuis ses débuts. Solitaire et désenchanté depuis une grosse dispute familiale, Gabriel s’est replié sur lui-même et a choisi de quitter la Ferme de sa fille et de son beau-fils dans laquelle il travaillait et vivait en compagnie de sa femme. De retour dans la maison de ses parents décédés, il vit seul à la recherche de souvenirs familiaux à l’intérieur des différents cartons qui se sont entassés dans cet espace.

Mais, un jour, Gabriel a la surprise de recevoir une lettre bien particulière. Celle-ci raconte son histoire, celle de sa vie avant même son arrivée, quand il était encore dans le ventre de sa mère. Signée « ta marraine », la lettre n’a pas beaucoup de sens pour Gabriel qui n’a jamais eu de marraine et qui ne peut deviner l’identité de l’expéditrice. Le lendemain, il est étonné de recevoir une nouvelle lettre de la même personne qui lui narre l’histoire de son île, la Martinique, et son histoire à lui, de sa jeunesse à sa vie d’adulte, de mari et de père de famille. Chaque jour, il recevra avec avidité une nouvelle missive, s’interrogeant de plus en plus sur la personne qui peut bien les envoyer et sur le sens de tout ceci.

Deux cent ans après, la page n’était toujours pas tournée. Au contraire, depuis quelques mois, les esprits s’étaient échauffés, et les drapeaux étaient ressortis. Il y avait à nouveau des bons et des méchants, des martyrs et des tortionnaires, des Noirs et des Blancs.

Car, ces lettres s’adressent à lui mais pourraient tout aussi bien raconter la vie de bien d’autres tellement elles paraissent explorer une face universelle de l’existence humaine. Personnellement impliqué dans ces textes, Gabriel se sent également tout petit face à la force de ces mots qui touche à l’humanité entière, à n’importe quelle époque. Celle qui écrit les lettres met un point d’honneur à ne pas oublier le passé et à le remettre dans son contexte afin de ne pas le dénaturer ou le juger avec ses yeux d’aujourd’hui. Elle appelle Gabriel et le lecteur à la même perception du monde, décriant les événements tragiques de notre Histoire, notamment ceux qui ont fait naître la Martinique et qui continuent d’échauffer les esprits, tout en demandant de ne rien oublier et de ne rien renier malgré la cruauté de l’être humain qui a eu sa part de responsabilité dans l’Histoire.

La puissance de ces lettres atteint le cœur, les émotions sont diverses face à ces mots qui ne prennent pas de gants tout en restant apaisés et sages. À la recherche de cette mystérieuse expéditrice, Gabriel interroge le passé de ses parents parmi les amis avec qui il est toujours en contact. Tout ce travail d’investigation, allié à ses missives inspirantes, va le pousser à remettre en question ses récentes réactions qui l’ont mené à se retirer de la sphère familiale. Le guérissant d’un mal, ces lettres vont lui permettre de se reprendre en main tout en leur apportant une force supplémentaire : celle de la transmission pour que, comme elles l’enjoignent, rien ne soit oublié. Je ne m’attendais pas à une telle beauté et une telle force dans l’écriture qui offrent un récit passionnant et profondément humain dans lequel on peut facilement se retrouver tout en découvrant l’Histoire de la Martinique.

Tu ne comprends pas que face à une telle réalité, nous restions aveugles. Pourquoi poussons-nous le Titanic vers l’iceberg ? Pourquoi nos consciences individuelles ne parviennent-elle pas à enclencher le moindre changement collectif ? Comment se fait-il que notre humanité, pourtant si prompte à relever les défis du monde, soit aussi impuissante face à celui là ? Étrange paradoxe : l’Homme, qui a toujours su créer, innover et transformer, n’aime pas changer. Et c’est bien cette résistance au changement qui le conduit dans le mur.

Je ne m’attendais pas à être autant touchée par ce court roman dans lequel émotion et histoire de l’humanité se mêlent. Les lettres que reçoit le personnage sont inspirantes et apaisantes, même si elles mettent souvent en avant l’incapacité de l’être humain à faire les bons choix pour la paix universelle et l’avenir.

Sortie : février 2021
96 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s