Note : 4 sur 5.

Avec un nouveau directeur, le SHIELD connait plus d’un bouleversement. Mais les dangers contre l’humanité ne peuvent attendre, surtout quand ils mettent en jeu des inhumains, des objets magiques mystérieux et des révolutions technologiques dangereuses.

CASTING
Clark Gregg : Phil Coulson
Ming-Na Wen : Melinda May
Chloe Bennet : Daisy Johnson
Iain de Caestecker : Leo Fitz
Elizabeth Henstridge : Jemma Simmons
Henry Simmons : Alphonso “Mack” MacKenzie
John Hannah : Holden Radcliffe
Mallory Jansen : Aida
Natalia Cordova-Buckley : Elena “Yo-Yo” Rodriguez
Gabriel Luna : Robbie Reyes / Ghost Rider
Jason O’Mara : Jeffrey Mace
Zach McGowan : Anton Ivanov

22 épisodes
7 saisons de 136 épisodes
2013-2020
-> terminée
sur Disney+


– Tu es loin d’être humaine. J’ai lu le livre. Il y a des choses bien au-delà de cet univers, et tu en fais peut-être partie.


MCU: Robbie Reyes runs the villains gauntlet - Battles - Comic Vine

Ghost Rider : Les inhumains de plus en plus traqués

Dur dur de se remettre dans le bain, surtout après pas mal de changements en ce début de saison. Suite aux nombreux événements dans la saison 3, notre équipe du SHIELD périclite alors que Coulson abandonne son poste de directeur. Jeffrey Mace vient le remplacer, un homme vaillant qui est bien plus doué quand il s’agit des relations publiques et politiques. Avec l’idée de changer la dynamique du SHIELD, ce dernier sépare nos agents, les envoyant chacun à un poste différent alors que Daisy a quitté l’organisation pour vivre sa vie d’inhumaine de son côté.

Surnommée Quake, Daisy n’est pourtant pas très appréciée par la population, commettant des infractions pour arrêter des criminels, et elle est perçue comme une terroriste aux yeux des médias, ce qui ne fait pas augmenter sa côte de popularité. Se baladant des les rues, elle apprend l’existence d’un inhumain tuant des criminels : le Ghost Rider. Celui-ci dit avoir passé un pacte avec le diable, ce qui rappellera pas mal de souvenirs à ceux qui ont, entre autres, vu le film avec Nicolas Cage.

Cette quatrième saison est coupée en trois parties distinctes. Cette première avec le Ghost Rider et le bouleversement au sein du SHIELD est clairement décevante. On se prend rapidement d’affection pour Robbie, ce Ghost Rider qui embrasse son destin de criminel, mais la série a du mal à offrir des épisodes convaincants et surprenants. À force de vouloir faire du sensationnalisme ou nous faire croire que l’un(e) de nos héros va brutalement mourir alors que l’on sait très bien qu’il/elle va s’en sortir au dernier moment, ça devient lassant.

Et personnellement, comme j’ai souvent du mal avec Daisy, j’ai eu droit à tout ce qui me gonfle chez ce personnage dans toute cette première partie. Elle veut se battre seule, se sentant coupable de tout et n’importe quoi, et n’accepte aucune aide alors qu’elle en aurait besoin à certains moments. Elle n’est pas indestructible ! Et surtout, le SHIELD n’est pas composé de bras cassés, Coulson et les autres savent se défendre et faire leurs propres choix. J’ai vraiment failli m’arrêter au bout de cette première partie au vu de la différence de qualité entre celle-ci et la saison 3. Mais heureusement, la suite de la saison a des choses plus intéressantes à offrir.

AIDA: saiba como funciona e qual a importância dessa metodologia -

LMD : Robots et intelligence artificielle

Le chapitre du Ghost Rider est clôt, place maintenant à celui sur Aida, l’intelligence artificielle. Holden Radcliffe, scientifique rencontré dans la saison 3, travaille maintenant en collaboration avec le SHIELD. Très proche de Fitz, il prend plaisir à aider ses nouveaux amis tout en créant son projet personnel en toute discrétion. Ayant réussi à produire une intelligence artificielle, il souhaite accéder à l’étape supérieure : lui fabriquer un corps. De là apparait Aida, une parfaite androïde plus vraie que nature que tout le monde prend pour une véritable femme, même le SHIELD.

Révélant bientôt sa création, Radcliffe tente de rassurer tout le monde en assurant avoir créer Aida pour le bien de l’humanité. Mais certains comme May, Jemma et Coulson restent sur la réserve. En effet, il y a eu dernièrement le cas d’Ultron, intelligence artificielle créée par Tony Stark, qui a voulu éradiquer la population humaine quand il en a eu le pouvoir dans Avengers : L’Ère d’Ultron. Et même si la série fait référence à cet événement qui pourrait calmer les ardeurs de Radcliffe et de Fitz, elle poursuit tout de même dans cette voie robotique sans penser au mal que cela pourrait causer.

Le problème vient surtout du Darkhole, un mystérieux livre envié par tout ceux qui connaissent son existence. Il donnerait des réponses sur l’avenir de celui qui le lit et lui donnerait les clés pour obtenir du pouvoir. Empoisonnant l’esprit de son lecteur en intensifiant son égocentrisme et son désir de domination, le Darkhole est un artéfact dangereux que le SHIELD cherche à tout prix à récupérer et à sceller.

Cette deuxième partie remonte vraiment la note par rapport à la première, sauf si ce genre d’intrigues scientifiques ne vous intéresse absolument pas. Néanmoins, si tout n’est pas très surprenant, la série exploite bien son sujet avec une intrigue qui tient plus la route et des personnages qui peuvent se retrouver perdus face aux événements et à eux-mêmes. Par contre, où est Yo-Yo ? La nouvelle agent du SHIELD apparait aussi vite qu’elle disparait, elle n’a pas encore trouvé totalement sa place. Présente dans la première et troisième parties de la saison, elle semble être là moins pour ses compétences d’inhumaine que pour être le love interest de Mack. Il y a également un autre début de romance dans cette saison qui est quelque peu forcé vu qu’on en avait jamais fait cas avant et ici, ça revient pendant toute la saison.

Iain De Caestecker | Tumblr on We Heart It

Les Agents d’Hydra : un monde alternatif

Cette dernière partie est le bouquet final de la saison, une merveille ! Non, ce n’est pas exceptionnel comparé à d’autres séries du genre mais pour Agents of SHIELD, c’est au top du top ! On voit davantage le lien entre cette partie et la deuxième avec nos personnages confrontés aux robots et à leur propre personnalité.

Nous nous retrouvons ici dans un monde différent où Coulson, May, Mack et les autres se révèlent bien différents des agents que l’on connait depuis leurs débuts. Cette dernière partie est un véritable vent de fraicheur après une bonne partie de saison 4 très inégale. C’est l’occasion de voir comment seraient nos personnages s’ils avaient été confrontés à d’autres choix dans leur vie et ce que ça aurait occasionné sur eux-mêmes et sur leurs proches. C’est étonnant de voir la différence de caractère de certains d’entre eux comme May, Coulson mais surtout Fitz, qui est la grosse surprise de cette fin de saison. Iain de Caestecker qui l’interprète est tout simplement bluffant.

Si la série propose pas mal de changements dans cette fin de saison, elle ramène tout de même un antagoniste que l’on connait bien : Hydra. On pensait en avoir fini avec cette organisation criminelle rivale et c’était très bien comme ça. Mais, même si on peut penser que la série va tirer une nouvelle fois sur la corde, elle réussit à remettre Hydra sur le devant de la scène de manière intéressante et convaincante. Cette dernière partie est particulièrement forte en émotions et en dilemmes moraux et on sait qu’elle devrait avoir son lot de conséquences psychologiques pour l’entièreté de l’équipe dans la suite de la série. Même en étant des agents, nos personnages ne sont pas faits de pierre et cette nouvelle aventure aura été riche en catastrophes et en regrets.

Cette saison 4 se conclue merveilleusement bien grâce à cette partie sur Hydra, je ne pensais pas qu’elle remonterait autant près une première partie décevante. Comme quoi, il faut savoir persévérer ! De plus, elle nous a permis de revoir quelques personnages des saisons précédentes, c’était touchant de les revoir. Cette intrigue rappellera à certains une saison particulière de The 100, ça m’a fait plutôt marrer de voir un lien entre les deux séries sf, avec en plus la présence de Zach McGowan loin de son trône du peuple des glaces.


Après une saison 3 très réussie, il est dommage de voir que cette quatrième commence aussi difficilement. Se voulant trop sensationnelle, elle perd en naturel, surtout que les événements qu’elle crée ne sont pas toujours des plus convaincants et des plus intéressants. Le niveau des effets spéciaux s’améliorent un peu quand on voit le Ghost Rider mais ce n’est pas encore la folie. La suite de la saison s’améliore grâce à deux autres intrigues bien plus trépidantes autour de la technologie et de la robotisation. Elles permettent aux personnages de se surpasser et de se révéler d’une autre manière, montrant qu’ils ont encore des choses nouvelles à offrir, même après quatre saisons. Malgré une saison inégale, elle est globalement réussie, surtout grâce à sa dernière partie qui remonte considérablement la note. Mais pour cette série, une saison de 22 épisodes, c’est bien trop long. Heureusement que les saisons 6 et 7 ont été raccourcies. Seul hic pour la fin de saison : le SHIELD est finalement toujours le bouc émissaire, il faudrait que la série arrête d’user de ce stratagème, c’est lassant.

Mon avis sur les autres saisons
saison 1
saison 2
saison 3 + Slingshot

Retrouvez Zach McGowan dans The 100
saison 4

D’autres séries Marvel
Falcon et le Soldat de l’hiver
Loki
saison 1
WandaVision

Agents of S.H.I.E.L.D.: How the Team Became a Family | Tell-Tale TV

2 commentaires sur « Agents of SHIELD – Saison 4 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s