Note : 4 sur 5.

Sa famille persécutée par l’Empereur qui, des années plus tard, est prêt à le revendiquer comme son héritier, Caligula devient l’un des Empereurs romains les plus connus de l’Histoire. Sa folie aura eu raison de lui et de son règne.

CASTING
Sean Bean : le narrateur
Ido Drent : Caligula
Craig Walsh-Wrightson : Tibère
Leon Wadham : Gemellus
Michael Morris : Macron
Teressa Liane : Agrippine la Jeune
Kelson Henderson : Claude
Colin Moy : Cassius
Elizabeth Dowden : Drusilla

Docu-fiction, Anthologie
4 épisodes
3 saisons de 15 épisodes
2016-
-> en attente de renouvellement

L'Empire romain saison 3: Caligula : l'empereur fou: une date et un trailer

Un espoir après le règne de Tibère

Une première saison sur Commode de six épisodes, une deuxième sur César qui en compte cinq, et maintenant une troisième sur Caligula en quatre épisodes, ça se raccourcit d’année en année sans réellement de logique. Mais, pourquoi pas, l’histoire sur l’empereur fou réussit à être intéressante et bien racontée lors de ces 180 minutes.

Le précédent empereur Tibère, très mal perçu par son peuple et le Sénat, faisait pâle figure face à l’aura d’Auguste, premier Empereur de Rome avant lui. Plus occupé par ses déviances que par la tenue de l’empire, Tibère était loin d’être apprécié. Et s’il ne semblait pas prendre sa fonction totalement au sérieux, il comptait bien faire de son fils son héritier. Pour cela, mieux vaut mettre toutes ses chances de son côté en faisant tuer son héritier présomptif Germanicus, un général romain de la famille impériale.

Sa femme exilée, ses fils tués, il ne reste de la famille de Germanicus que ses trois filles et son dernier fils qui a réussi à être caché, Caligula. Ce dernier vit une enfance mouvementée dans laquelle il doit resté protégé en l’absence de présence maternelle et paternelle. Plus grand, il est invité auprès de Tibère, retiré de Rome par peur d’être assassiné. Avec son fils décédé, il voit en Caligula un potentiel héritier impérial qu’il va mettre en constante compétition avec son propre petit-fils.

Constamment utilisé comme un pion et obligé de se plier aux plaisirs vicieux de Tibère, Caligula continue à vivre une enfance bien particulière dans laquelle il doit toujours rester alerte. C’est une des premières explications que les historiens et écrivains donnent pour expliquer le règne cruel de Caligula. Perçu pendant longtemps comme un empereur tyrannique, fou et sadique, son image change peu à peu dans la conscience collective au vu de sa psychologie et de son enfance qui loin d’être douce.

Roman Empire (2016)

Une paranoïa qui trouve sa source mais une folie vite expédiée

Cette enfance expliquerait bien plus d’un trouble même si, évidemment, Caligula reste maître de ses actes. Alors au pouvoir, il est sujet à un mal dont beaucoup à sa place ont souffert : la paranoïa. Sujet à des crises physiques sévères, celui qui voulait complètement s’écarter du règne tyrannique de Tibère commence à être de plus en plus taciturne et auto-centré. La naissance d’un héritier devient de plus en plus urgente pour lui, une idée que sa sœur Agrippine a volontairement fait germer dans la tête de l’Empereur.

Celle-ci, comme beaucoup d’autres personnes puissantes autour de Caligula, aspire a davantage de pouvoir et d’influence. Malheureusement pour elle, Caligula va aller encore plus loin que ce à quoi elle s’imaginait. De plus en plus obsédé à l’idée d’un descendant, il va aller à l’encontre de la culture romaine en assumant une pratique que le peuple réprouve : l’inceste. Avec trois sœurs à disposition, Caligula pense ne pas à avoir à chercher trop loin une femme prête à lui faire un enfant. La folie est de plus en plus grande, la paranoïa également, et Caligula se met de plus en plus de personnes à dos en commençant par le Sénat.

Claude, son oncle, couvre ses arrières. Néanmoins, l’Empereur ne tente même pas d’apaiser les tensions. L’argent sort des caisses à son bon plaisir, même quand la fontaine se tarit et le peuple voit de plus en plus en Caligula ce qu’il voyait en Tibère. La docu-fiction est encore une fois bien maîtrisée, reprenant le système de chapitrage au sein des épisodes de la saison 2. La réalisation est toujours sympathique avec des moyens qui surpassent la saison 1.

Avec seulement quatre épisodes, la saison s’ampute de quelques éclaircissements nécessaires. Il aurait particulièrement intéressant de se pencher davantage sur l’évolution de la folie de Caligula, de ses crises et de ses conséquences. On a presque l’impression que la maladie arrive d’un coup et qu’elle change brusquement l’homme.


Roman empire signe encore une saison intéressante sur un personnage historique connu et intrigant. On n’aurait pas dit non à un épisode supplémentaire pour approfondir davantage ses troubles psychologiques. La saison compte apparemment moins d’approximations historiques par rapport à la deuxième sur Jules César, c’est ça de pris. Est-ce que Roman empire aura de nouvelles saisons à nous proposer ? Il est sûr que la série pourrait raconter la vie de bien d’autres dirigeants de l’Empire romain mais, aucune information n’est pour le moment disponible. Cette saison 3 sur Caligula est sortie au printemps 2019 donc, il y a peu de chances de retrouver la série pour une saison 4.

Mon avis sur les autres saisons
saison 1
saison 2

Roman Empire: Caligula: The Mad Emperor | Stock Up on Popcorn, Because  Here's Every Bingeable Title Coming to Netflix in April | POPSUGAR  Entertainment Photo 30

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s