Note : 3.5 sur 5.

Fugueuse à treize ans, Tachan est activement recherchée par sa famille, Tom Douglas et des criminels. C’est que la jeune fille pourrait être un témoin clé afin de mettre sous les verrous un homme dangereux.

Le tunnel est calme, ce soir. C’est à cause du froid. Blottis les uns contre les autres, nous formons des petits groupes autour de feux éphémères. Andy a allumé le nôtre dans une vieille boîte de conserve rouillée, dénichée dans les poubelles d’un restaurant. Il y a percé quelques trous pour que la chaleur se diffuse. Nous arriverons bientôt à court de combustible.

Après Tue-moi, je retrouve l’inspecteur Tom Douglas avec une certaine perplexité. En effet, et comme certains d’entre vous me l’avaient dit avant que je commence cette lecture, Ceux qui doivent périr est la suite directe de La Disparue de Noël, un autre roman de Rachel Abbott. Je vous recommanderai donc de lire d’abord ce dernier avant de vous lancer dans ce court thriller de 132 pages. Si vous faites comme moi, vous aurez malheureusement l’impression d’arriver en plein milieu d’une histoire.

Cependant, Rachel Abbott n’est pas une débutante et pour chacun de ses romans où des personnages reviennent, elle fait un travail de recontextualisation pour que l’on ne soit pas perdu lors de l’attente entre deux opus. Grâce à cela, on prend rapidement connaissance des protagonistes principaux et des enjeux. Suite à La Disparition de Noël, nous retrouvons Tachan, une jeune fille de treize ans qui a été enlevée il y a plusieurs années. Secourue après avoir vécue au sein de la pègre, elle retrouve son père, sa nouvelle femme et leur bébé. Mais, suite à une nouvelle mauvaise décision de sa part, Tachan décide de fuir ce foyer et de s’en sortir par elle-même dans la rue.

Emma, sa belle-mère, fait pourtant tout pour la retrouver, multipliant les avis de recherches et travaillant main dans la main avec Tom Douglas, le frère de son ancien fiancé Jake. Tom a de bonnes raisons d’aider Emma dans ses recherches car Tachan pourrait devenir le témoin clé afin de mettre derrière les barreaux un criminel que la jeune fille a pas mal côtoyé par le passé. Ce court thriller alterne donc les points de vue entre principalement celui de Tashan, puis celui d’Emma et de Tom. On ressent totalement la peur de Tashan à l’idée de retourner chez elle après ce qu’elle a fait subir à sa belle-mère. Comme on ressent tout l’amour qu’Emma ressent pour sa belle-fille et le rationalisme de Tom qui veut retrouver la fugueuse mais ne se fait pas non plus trop d’illusions.

Si on s’attache aux personnages, il est difficile de se sentir concerné par les enjeux autour d’eux sans avoir lu le livre précédent. Je me suis donc vite lassée de cette histoire qui ne pouvait totalement me parler. J’ai également tiqué à cause des relations entre tous les personnages. Le monde est petit, certes, mais je ne comprends pas qu’un personnage en particulier puisse faire le lien avec tous les autres. Ce choix ajoute une touche de  sensationnel où il n’y en a pas forcément besoin. Je ressors donc un peu déçue de cette lecture mais la faute en revient principalement au fait de ne pas lire les livres dans l’ordre. Meric à NetGalley et à Belfond pour cette lecture.

Une courte parenthèse pour conclure La Disparue de Noël avec des personnages attachants mais il faut vraiment avoir lu le livre précédent pour se sentir concerné. Et puis, les liens entre les personnages sont beaucoup trop fortuits.

Sortie française : avril 2021
Sortie originale : 2015
132 pages

De la même saga

Tue-moi encore (2021)
Proie (2021)

De la même autrice

Ce qui ne tue pas (2019)
Murder game (2021)

Un commentaire sur « Ceux qui doivent périr, Rachel Abbott »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s