Ruy Blas, Victor Hugo

Note : 4 sur 5.

Pour se venger de la reine d’Espagne, un ministre en disgrâce fomente un plan bien particulier : déguiser Ruy Blas, son valet, en noble pour le jeter dans les filets amoureux de la reine et admirer le scandale d’une reine avec, pour amant, un laquais.

Lire la suite « Ruy Blas, Victor Hugo »

Hernani, Victor Hugo

Note : 2.5 sur 5.

Obsédé par son désir de vengeance, Hernani n’en est pas moins épris de Dona Sol. Mais, il n’est pas le seul. Son ennemi, le roi d’Espagne Don Carlos, est également séduit par la beauté de son amante et Don Ruy Gomez de Silva, un duc puissant et oncle de Dona Sol, lui est promis.

Lire la suite « Hernani, Victor Hugo »

Les Burgraves, Victor Hugo

Note : 4.5 sur 5.

Entouré par son fils et ses petits-fils tyranniques, le Burgrave Job voit en Otbert un fils spirituel bon et respectueux. Amoureux de la jeune mais non pas moins malade Régina, Otbert va bientôt devoir choisir entre son amour et sa loyauté face au maléfice de la vieille Guanhumara.

Lire la suite « Les Burgraves, Victor Hugo »

Médée et Alceste d’Euripide

Deux femmes, l’une prête à détruire celui qu’elle a aimé, l’autre déterminée à se sacrifier pour celui qu’elle aime toujours. Spectateurs et parfois causes de ces drames antiques, les dieux grecs font face à la force et à la folie de ces deux humaines, Médée et Alceste, qui choisissent le cœur plutôt que la raison. Présentation de ces deux pièces d’Euripide qui n’offrent pas la même intensité mais une pleine perception des sentiments humains les plus chargés en émotion.

Lire la suite « Médée et Alceste d’Euripide »

Fantasio, Alfred de Musset

Note : 4.5 sur 5.

Fantasio, « bourgeois de Munich » vaguement bohème, est menacé de la prison pour dettes. Dans le même temps la princesse Elsbeth, fille du roi de Bavière, est fiancée au prince de Mantoue, un imbécile couronné. Pour échapper à ses créanciers et aussi par désœuvrement, Fantasio, sur un coup de tête, décide de prendre la place du bouffon du roi qui vient de mourir. Plutôt qu’une comédie, Fantasio est une féerie, irréelle de légèreté et d’élégance, où se conjuguent les influences d’Hoffmann et de Shakespeare, de Marivaux et des Mille et Une Nuits. C’est en même temps une réflexion exemplaire sur le théâtre, qui renvoie dos à dos la tragédie classique, inadaptée aux temps bourgeois, et le drame romantique, déclamatoire et boursouflé, pour suggérer une troisième voie, celle d’un théâtre magique, ironique et tendre, à la croisée de la comédie de caractères et du conte merveilleux.

Lire la suite « Fantasio, Alfred de Musset »

Art, Yasmina Reza

Note : 4.5 sur 5.

Marc est invité par son ami Serge à venir voir sa nouvelle acquisition, une toile d’environ 1,60 m sur 1,20 m peinte en blanc, avec de fins liserés blancs transversaux, que Serge vient d’acheter 200 000 francs. Atterré par cet achat, ne comprenant pas que son ami ait pu dépenser une somme pareille pour un tableau blanc, Marc donne d’abord son point de vue sans retenue, ne se souciant pas de l’avis de Serge. Puis il va trouver Yvan, leur ami commun, pour lui faire part de son incompréhension à propos de ce geste. Yvan, lui, ne pense rien de ce tableau. L’approche de son mariage le rend nerveux. Il ne veut surtout pas contrarier ses deux amis. Serge et Marc commencent à se disputer et entraînent Yvan dans leur confrontation.

Lire la suite « Art, Yasmina Reza »

Molière – Les Précieuses Ridicules ; Le Malade imaginaire ; Les Femmes savantes

Les Précieuses ridicules
Librio – Juin 2015 (1e éd. : 1659) – 67 pages
Magdelon et Cathos, deux provinciales éprises de passions nobles et de bons mots, cherchent à
Paris le grand amour et les échanges élevés découverts dans les livres. Mais quand Gorgibus, père
de Magdelon et oncle de Cathos, organise une rencontre avec deux prétendants choisis pour elles, les
deux jeunes femmes les ridiculisent de telle façon qu’ils échafaudent une vengeance commune.

Le Malade imaginaire
Librio – Avril 2015 (1e éd. : 1673) – 126 pages
S’il peste contre le coût des soins, Argan, hypocondriaque, ne peut se passer des médecins. Il rêve
donc de voir sa fille épouser un praticien, Diafoirus. Mais Angélique aime Cléante, et refuse le choix
de son père. Ce dernier, ulcéré, se fait fort de la déshériter au profit de Béline, son épouse hypocrite.
C’est sans compter l’aide providentielle de Toinette, servante effrontée qui s’ingénie à faire triompher la
cause des amoureux. Dernière oeuvre de Molière, cette comédie-ballet en trois actes obtint un succès
sans égal au Palais-Royal où elle fut jouée.

Les Femmes savantes
Librio – Juin 2015 (1e éd. : 1672) – 108 pages
Henriette et Clitandre sont amants, mais pour se marier, ils vont devoir obtenir le soutien de la
famille de la jeune fille. Le père et l’oncle sont favorables au mariage ; mais la mère, Philaminte,
soutenue par la tante et la sœur d’Henriette, veut lui faire épouser un faux savant aux dents longues,
Trissotin, qui mène par le bout du nez ces « femmes savantes ».

Lire la suite « Molière – Les Précieuses Ridicules ; Le Malade imaginaire ; Les Femmes savantes »

Rhinocéros, Eugène Ionesco

Note : 4 sur 5.

Allégorie des idéologies de masse, le rhinocéros, cruel et dévastateur, ne se déplace qu’en groupe et gagne du terrain à une vitesse vertigineuse. Seul et sans trop savoir pourquoi, Bérenger résiste à la mutation. Il résiste pour notre plus grande délectation, car sa lutte désespérée donne lieu à des caricatures savoureuses, à des variations de tons et de genres audacieuses et anti-conformistes. La sclérose intellectuelle, l’incommunicabilité et la perversion du langage engendrent des situations tellement tragiques qu’elles en deviennent comiques, tellement grotesques qu’elles ne peuvent être que dramatiques.

Lire la suite « Rhinocéros, Eugène Ionesco »

Œdipe roi, Sophocle

Averti par un oracle qu’il tuerait son père et épouserait sa mère, Œdipe fuit les lieux de son enfance, espérant ainsi préserver Polype et Mérope, ses parents présumés. Que ne lui a-t-on dit, hélas, qu’il était en réalité le fils de Laïos ! Cette cruauté du sort l’amène à commettre à son insu un acte criminel. Ignorant du drame qui se joue, aveuglé par le hasard, Œdipe court à sa perte. Il tue un voyageur qui lui barre la route, libère Thèbes de l’emprise de la Sphinx et épouse, en récompense de sa bravoure, la reine de la cité : son terrible destin s’accomplit inéluctablement.

Lire la suite « Œdipe roi, Sophocle »

Antigone, Sophocle

La pièce Antigone commence au moment où les deux filles d’OEdipe, Antigone et Ismène, apprennent que Créon, roi de Thèbes, vient d’interdire l’enterrement de Polynice, leur frère, pour le punir d’avoir combattu contre sa patrie. Mais Antigone transgresse ce décret. Créon et Antigone incarnent deux idées de la communauté, deux conceptions de la loi, deux versions du sacré. Au cœur du conflit tragique, la vérité humaine et politique de la communauté est liée au sens que les vivants donnent à la mort. Apparue autour du VIIe siècle avant J.-C., la figure d’Antigone a traversé les siècles et les langues jusqu’à nos jours.

Lire la suite « Antigone, Sophocle »

Hamlet, William Shakespeare

coup de

Pour mener à bien sa vengeance sans éveiller les soupçons, Hamlet feint la folie. Lorsque le fantôme de son père lui révèle que Claudius, souverain actuel et frère du défunt roi, est le meurtrier de celui-ci, on s’attend à une stratégie ingénieuse, d’autant que le prince semble plein de courage, d’insolence et d’esprit. Or, durant quatre actes, il ne commet qu’un seul meurtre, conséquence d’une erreur de perception. Tragédie du doute, voyage dans un esprit qui ne rêve que d’immatérialité mais ne parvient pas à prendre son envol, Hamlet, pièce mélancolique, nous invite à un saut existentiel.

Lire la suite « Hamlet, William Shakespeare »

Othello, William Shakespeare

Note : 4.5 sur 5.

Héros à l’esprit guerrier jusque dans son discours amoureux, séducteur, maniant à la perfection le paradoxe et jouant à merveille sur l’ambiguïté des mots, Othello, Maure de Venise, se sert du langage comme d’une épée. Sa gloire suscite diverses réactions : Roderigo méprise « l’homme aux grosses lèvres », Desdémone est séduite par le récit de ses exploits en terres lointaines, qui fourmille d’évocations exotiques. Iago, lui, hait Othello. Que cette haine soit gratuite ou qu’elle soit le résultat d’une lucidité pragmatique, elle pousse Iago à tout détruire sur son passage.

Lire la suite « Othello, William Shakespeare »

Les Monologues du vagin, Eve Ensler

coup de

Depuis leur parution aux États-Unis en 1998, Les Monologues du vagin ont déclenché un véritable phénomène culturel : rarement pièce de théâtre aura été jouée tant de fois, en tant de lieux différents, devant des publics si différents… Mais que sont donc ces Monologues dans lesquels toutes les femmes se reconnaissent ? Il s’agit ni plus ni moins de la célébration touchante et drôle du dernier des tabous : celui de la sexualité féminine. Malicieux et impertinent, tendre et subtil, le chef-d’œuvre d’Eve Ensler donne la parole aux femmes, à leurs fantasmes et craintes les plus intimes. Qui lit ce texte ne regarde plus le corps d’une femme de la même manière.

Lire la suite « Les Monologues du vagin, Eve Ensler »