Les Démons – Première partie, Fiodor Dostoïevski

Note : 4.5 sur 5.

Veules, médiocres, obscurs, les acteurs de ce drame – une sombre conspiration nihiliste dans une quelconque ville de province – gravitent autour de la figure de Stavroguine, démon baudelairien, « homme de l’orgueil, homme du défi – mais d’un défi dans le vide ». Car ce roman (c’est le traducteur qui souligne) « n’existe finalement que pour semer le trouble, égarer, emporter, faire tournoyer, tournoyer, attraper des éclairs, et, à la fin, après plus de mille pages de cyclone, par une espèce de bouffonnerie indifférente, pas même grimaçante, non, grotesque, abandonner le lecteur, essoufflé, avec rien. Possédé. »

Lire la suite « Les Démons – Première partie, Fiodor Dostoïevski »

Rose Madder, Stephen King

Note : 4.5 sur 5.

Mieux vaut ne pas pénétrer dans le monde Rose Madder sans y être invité… Quatorze ans de mariage, quatorze ans de mauvais traitements : toute la vie de Rosie. Un enfer ! Doublé d’une obsession : fuir son tortionnaire de mari, flic jaloux, bourreau sadique, prêt à la massacrer à la première occasion. 900 kilomètres suffiront-ils à la préserver de Norman ? Qui donc pourrait lui venir en aide ? Personne en ce monde. Mais il existe un autre monde. Celui de Rose Madder. Cette femme n’est peut-être qu’un personnage de tableau, une hallucination. Elle possède pourtant un pouvoir étrange. Un pouvoir dont Rosie pourrait profiter. À moins qu’en traversant la toile, elle ne déchaîne l’apocalypse…

Lire la suite « Rose Madder, Stephen King »

Dans les eaux du grand nord, Ian McGuire

Note : 2 sur 5.

Puant, ivre, brutal et sanguinaire, Henry Drax est harponneur sur le  » Volunteer « , un baleinier du Yorkshire en route pour les eaux riches du cercle polaire arctique. Patrick Sumner, un ancien chirurgien de l’armée traînant une mauvaise réputation, n’a pas de meilleure option que d’embarquer sur le baleinier comme médecin. En Inde, pendant le siège de Delhi, Sumner a cru avoir touché le fond de l’âme humaine, et espère trouver du répit sur le  » Volunteer « … Mais pris au piège dans le ventre du navire avec Drax , il rencontre le mal à l’état pur et est forcé d’agir. Alors que les véritables objectifs de l’expédition se dévoilent, la confrontation entre les deux hommes se jouera dans l’obscurité et le gel de l’hiver arctique.

Lire la suite « Dans les eaux du grand nord, Ian McGuire »

Petit cœur, Kim van Kooten

Note : 4.5 sur 5.

La mère de Puck lui réserve une sacrée surprise pour ses 5 ans : un changement radical de vie. Après avoir réuni quelques affaires, les deux se retrouvent en bas de leur immeuble miteux de Rotterdam quand une voiture de luxe approche. En sort un « très vieux monsieur » aux grandes oreilles, vêtu d’un costume gris : c’est le nouveau futur beau-père de Puck, surnommé « Bistouquet » par la mère, bimbo blonde exubérante d’au moins trente-cinq ans sa cadette.
Peu de temps après, ils atteignent un « château », la nouvelle maison de Puck, où de nombreux cadeaux l’attendent déjà. La mère de Puck est aux anges, enfin la vie rêvée qu’elle mérite avec lustres au plafond et accès illimité à la carte bancaire de Monsieur. Inutile donc de se priver : fourrures en tous genres, bottes vernies à talon et coiffures de star. Éberluée, Puck observe sa mère se pavaner, plus aguicheuse chaque jour, devant son nouvel amoureux.

Lire la suite « Petit cœur, Kim van Kooten »

Manger l’autre, Ananda Devi

coup de

Une jeune adolescente, née obèse, mange, grossit et s’isole. Sa mère s’enfuit, horrifiée par son enfant. Ses camarades de classe la photographient sans répit pour nourrir le grand Œil d’internet. Son père, convaincu qu’elle aurait dévoré in utero sa jumelle, cuisine des heures durant pour nourrir «ses princesses». Seule, effrayée par ce corps monstrueux, elle tente de comprendre qui elle est vraiment. Quand elle rencontre par accident l’amour et fait l’expérience d’autres plaisirs de la chair, elle semble enfin être en mesure de s’accepter. Mais le calvaire a-t-il une fin pour les êtres «différents» ?

Lire la suite « Manger l’autre, Ananda Devi »

Avec elle, Solène Bakowski

Note : 5 sur 5.

Il était une fois une famille heureuse et unie. Des jumelles de six ans qui se ressemblaient comme deux gouttes d’eau. Des enfants fusionnelles qui grandissaient ensemble et s’adoraient. Avant de se jalouser et s’empoisonner.
Il était une fois deux fillettes inséparables. Pour le meilleur, ou pour le pire ? Il était une fois une histoire qui n’a rien d’un conte de fées.

Lire la suite « Avec elle, Solène Bakowski »

La Route étroite vers le nord lointain, Richard Flanagan

Note : 4 sur 5.

En 1941, Dorrigo Evans, jeune officier médecin, vient à peine de tomber amoureux lorsque la guerre s’embrase et le précipite, avec son bataillon, en Orient puis dans l’enfer d’un camp de travail japonais, où les captifs sont affectés à la construction d’une ligne de chemin de fer en pleine jungle, entre le Siam et la Birmanie. Maltraités par les gardes, affamés, exténués, malades, les prisonniers se raccrochent à ce qu’ils peuvent pour survivre – la camaraderie, l’humour, les souvenirs du pays. Au cœur de ces ténèbres, c’est l’espoir de retrouver Amy, l’épouse de son oncle avec laquelle il vivait sa bouleversante passion avant de partir au front, qui permet à Dorrigo de subsister. Cinquante ans plus tard, sollicité pour écrire la préface d’un ouvrage commémoratif, le vieil homme devenu après guerre un héros national convoque les spectres du passé.

Lire la suite « La Route étroite vers le nord lointain, Richard Flanagan »

Tout ce qu’on ne s’est jamais dit, Celeste Ng

Note : 4.5 sur 5.

Lydia Lee, seize ans, est morte. Mais sa famille l’ignore encore… Sa mère, Marylin, femme au foyer, rêve que sa fille fasse les études de médecine qu’elle n’a pas pu accomplir. Son père, James, professeur d’université d’origine chinoise, a tant souffert de sa différence qu’il a hâte de la retrouver parfaitement intégrée sur le campus. Mais le corps de Lydia gît au fond d’un lac. Accident, meurtre ou suicide ? Lorsque l’adolescente est retrouvée, la famille Lee, en apparence si soudée, va devoir affronter ses secrets les mieux gardés. Des secrets si longtemps enfouis qu’au fil du temps ils ont imperceptiblement éloigné ses membres, creusant des failles qui ne pourront sans doute jamais être comblées.

Lire la suite « Tout ce qu’on ne s’est jamais dit, Celeste Ng »

La Douce, Fiodor Dostoïevski

Note : 5 sur 5.

« Figurez-vous un mari dont la femme, une suicidée qui s’est jetée par la fenêtre il y a quelques heures, gît devant lui sur une table. Il est bouleversé et n’a pas encore eu le temps de rassembler ses pensées. Il marche de pièce en pièce et tente de donner un sens à ce qui vient de se produire. » Dostoïevski lui-même définit ainsi ce conte dont la violence imprécatoire est emblématique de son oeuvre. Les interrogations et les tergiversations du mari, ancien officier congédié de l’armée, usurier hypocondriaque, retrouvent ici une force peu commune.

Lire la suite « La Douce, Fiodor Dostoïevski »

Lucrèce Borgia, Victor Hugo

Note : 4.5 sur 5.

Indifférente à la haine de l’Italie entière, Lucrèce Borgia parade au carnaval de Venise. Qui pourrait inquiéter cette femme de pouvoir qui baigne dans l’adultère, l’inceste et le crime ? Elle a peur cependant, et tremble. pour un simple capitaine qu’elle cherche parmi la foule. Il se nomme Gennaro. Il est amoureux d’elle, lui qui tient les Borgia en aversion et insulte leur blason. Or Gennaro n’est autre que son fils, né de ses amours incestueuses avec son propre frère, et le jeune homme ignore tout de son passé et de ses origines. Lucrèce est un monstre, mais aussi une femme et une mère. Comment protéger son enfant, comment le soustraire à la fureur d’un mari qui le croit son amant ? En 1833, ce mélodrame tragique surpasse tous les triomphes de Victor Hugo.

Lire la suite « Lucrèce Borgia, Victor Hugo »

Rage, Stephen King

coup de

Charles Decker est, en apparence, un petit lycéen américain bien tranquille. Mais, entre un père violent qu’il déteste et une mère fragile, il rage a froid. Un jour, cette rage éclate et il abat, d’un coup de revolver, sa prof de maths. Puis, il s’empare du pouvoir, autrement dit, il prend sa classe en otage. Il va alors contraindre ces condisciples a se livrer a un déballage furieux, a se débarrasser de toutes les haines accumules en secret : contre les parents, la société corrompue, l’école pourrie, la lâcheté et l’incompréhension des adultes.

Lire la suite « Rage, Stephen King »

La Maison jaune, Vincent Martorell

Note : 4 sur 5.

Deux silhouettes franchissent la frontière franco-espagnole et trouvent refuge à Barras, petit village du Sud-ouest de la France. Nous sommes en 1936 et la guerre civile fait rage en Espagne. Antonio et sa femme Louisa, enceinte, décident de fuir leur pays natal afin de voir grandir leur enfant dans la paix. Barras est réputé pour accueillir les exilés, mais le village est aussi connu pour abriter une maison close. À la mort de ses parents alors qu’il n’est qu’un bébé, le petit Pablo se voit confier à Madame Raymonde, propriétaire de l’établissement. Cet enfant grandira dès lors aux côtés de femmes dont les mœurs seront quotidiennement remis en question, mais dont la bonté du cœur dépasse de loin la renommée des lieux.

Lire la suite « La Maison jaune, Vincent Martorell »

Le Bleu du ciel, Georges Bataille

Note : 4 sur 5.

« J’ai voulu m’exprimer lourdement. Mais je n’insinue pas qu’un sursaut de rage ou que l’épreuve de la souffrance assurent seuls aux récits leur pouvoir de révélation. J’en ai parlé ici pour arriver à dire qu’un tourment qui me ravageait est seul à l’origine des monstrueuses anomalies du Bleu du Ciel. Mais je suis si éloigné de penser que ce fondement suffit à la valeur que j’avais renoncé à publier ce livre, écrit en 1935. Aujourd’hui, en 1957, des amis qu’avait émus la lecture du manuscrit m’ont incité à sa publication. Je m’en suis à la fin remis à leur jugement. » Georges Bataille

Lire la suite « Le Bleu du ciel, Georges Bataille »

Les Carnets du sous-sol, Fiodor Dostoïevski

Note : 5 sur 5.

Réfugié dans son sous-sol, le personnage que met en scène Dostoïevski ne cesse de conspuer l’humaine condition pour prôner son droit à la liberté. Et il n’a de répit qu’il n’ait, dans son discours, humilié, diminué, vilipendé les amis de passage ou la maîtresse d’un soir.

Lire la suite « Les Carnets du sous-sol, Fiodor Dostoïevski »