Le Choc de Carnac, Sophie Marvaud

Note : 4 sur 5.

Vers 4 700 ans avant J.-C., différents clans se partagent les terres bretonnes. Un commerçant longeant la forêt d’un village à l’autre est brusquement attaqué et tué. Ensemble, Cultivateurs, Nomades et Pêcheurs vont enquêter sur ce meurtre et tenter de taire les rivalités entre les clans.

Continuer la lecture « Le Choc de Carnac, Sophie Marvaud »

Dans les eaux du grand nord, Ian McGuire

Puant, ivre, brutal et sanguinaire, Henry Drax est harponneur sur le  » Volunteer « , un baleinier du Yorkshire en route pour les eaux riches du cercle polaire arctique. Patrick Sumner, un ancien chirurgien de l’armée traînant une mauvaise réputation, n’a pas de meilleure option que d’embarquer sur le baleinier comme médecin. En Inde, pendant le siège de Delhi, Sumner a cru avoir touché le fond de l’âme humaine, et espère trouver du répit sur le  » Volunteer « … Mais pris au piège dans le ventre du navire avec Drax , il rencontre le mal à l’état pur et est forcé d’agir. Alors que les véritables objectifs de l’expédition se dévoilent, la confrontation entre les deux hommes se jouera dans l’obscurité et le gel de l’hiver arctique.

Continuer la lecture « Dans les eaux du grand nord, Ian McGuire »

Effets indésirables, Larry Fondation

« J’étais frustré par mon incapacité à attirer les emmerdes. Ça faisait dix ans que les journaux nous rebattaient les oreilles avec leurs histoires de meurtres. Je n’arrivais même pas à provoquer une simple agression. »
Piliers de bars, prostituées, receleurs, clochards, arnaqueurs ou même monsieur tout-le-monde….tels sont les personnages qui jalonnent les récits de Larry Fondation, et composent le fascinant panorama d’une Los Angeles hallucinée. Une bagarre dans un bar, une rencontre amoureuse, une strip-teaseuse qui cède à un client, un braquage, un moment d’héroïsme anonyme, ici chaque situation, même la plus banale, peut basculer vers l’irrémédiable. Larry Fondation parvient à saisir ces instants fugitifs qui révèlent toute la folie d’un monde à la dérive. Folie qui glisse parfois jusqu’à l’absurde – l’humour et l’optimisme perçant alors derrière les fissures du bitume.

Continuer la lecture « Effets indésirables, Larry Fondation »

La Maison au bout du monde, Åke Edwardson

Erik Winter a failli mourir noyer au fond d’une piscine de la Costa del Sol. Après deux ans de repos, il souffre toujours d’un implacable acouphène. Il vient de rentrer en Suède afin de reprendre son travail et a laissé derrière lui sa famille en Espagne. Son retour est intense : la ville est paralysée par le froid et il doit faire face à un premier crime des plus monstrueux : une femme et deux enfants ont été assassinés dans une villa de banlieue. Le seul survivant de cette scène d’horreur est un nourrisson retrouvé dans la maison. Le bébé est mal en point. Une foule de questions s’imposent alors aux enquêteurs. Pourquoi personne n’a-t-il donné l’alarme ? Pourquoi le bébé a-t-il été épargné ? Et enfin, comment a-t-il survécu tout ce temps ?

Continuer la lecture « La Maison au bout du monde, Åke Edwardson »

Vivre vite, Philippe Besson

En trois films et un crash automobile, James Dean est devenu une icône intemporelle, toujours aussi insaisissable. Vivre vite, roman choral tout en nuances, porte un regard intime et inédit sur l’existence tumultueuse du jeune prodige, mort à l’âge de 24 ans. Aucun comédien de sa génération n’a réussi à incarner avec autant de naturel cette jeunesse rebelle prête à faire sauter les tabous de l’Amérique puritaine. Mais qui était vraiment James Dean, cet enfant terrible et surdoué du cinéma américain ? Que cachait-il en réalité derrière cette moue sensuelle et cette chevelure en bataille gravées dans toutes les mémoires ?

Continuer la lecture « Vivre vite, Philippe Besson »

La Maison Atlantique, Philippe Besson

Jusqu’à l’été de ses dix-huit ans, tout le séparait de son père, un séducteur impénitent, sûr de lui, et qui s’était surtout illustré par son absence. Alors quand père et fils se trouvent enfin réunis, dans la maison familiale, face à l’océan, l’occasion semble propice à la réconciliation. Mais, en huis clos, les rancœurs enfouies peuvent resurgir, le souvenir d’une disparue remonter à la surface. Et certaines retrouvailles, prendre des allures de vengeance en marche…

Continuer la lecture « La Maison Atlantique, Philippe Besson »

Retour parmi les hommes, Philippe Besson

En 1923, après des années d’errance, Vincent retrouve à Paris la compagnie des hommes. Dans cette ambiance « années folles », difficile de reconnaître la ville de son enfance. Sa rencontre avec Raymond Radiguet, dandy génial et noctambule extravagant, donne à sa vie une tournure inattendue. Mais le malheur guette l’enfant du siècle et ne tarde pas frapper de nouveau.

Continuer la lecture « Retour parmi les hommes, Philippe Besson »

La Trahison de Thomas Spencer, Philippe Besson

Paul Bruder et Thomas Spencer sont nés le même jour, un hasard qui les rend vite inséparables. Sur les rives du Mississipi, ces deux Américains vivent une jeunesse insouciante, à l’abri de l’agitation du monde. Jusqu’à ce que l’effervescence des années 1960 les rattrape en la personne de Claire MacMullen, une jeune femme libre et belle. Donc dangereuse. Dans une période troublée, la part obscure des individus se révèle. Et peut même les conduire à commettre l’irréparable.

Continuer la lecture « La Trahison de Thomas Spencer, Philippe Besson »

En l’absence des hommes, Philippe Besson

Au début, il est sans doute un peu dérangeant cet amour entre ce vieil écrivain et ce très jeune homme. Mais très vite on se rend compte qu’il restera sur un plan purement platonique. Alors s’installe une véritable fascination pour chacun des mots qu’ils échangent, au cours de profondes et longues conversations, puis au fil de lettres admirables, lorsque Marcel doit quitter la ville. Car l’écrivain en question, c’est Proust bien sûr, même s’il n’est jamais nommé. Exactement au moment où naît cette passion, le jeune héros connaît l’amour, charnel celui-là, avec son beau soldat de voisin. En lieu et place des mots de la passion platonique, s’échangent ici les gestes, caresses, regards, silences de l’Amour… puis les mots aussi, lorsque le soldat regagne le front.

Continuer la lecture « En l’absence des hommes, Philippe Besson »

Les 120 journées de Sodome, Marquis de Sade

Le duc de Blangis, l’évêque de…, le président de Curval et Durcet. Un noble, un homme d’Église, un juge de France et un bourgeois financier. Quatre personnages en quête d’ardeur. Ou plutôt « quatre scélérats avec lesquels je vais te faire passer quelques mois… Tout ce que l’on peut dire en gros, c’est qu’ils étaient généralement susceptibles du goût de la sodomie, que tous quatre se faisaient enculer régulièrement, et que tous quatre idolâtraient les culs. » Paulhan considérait Les 120 Journées de Sodome comme « l’évangile du Mal ». Il faut dire qu’il s’agit peut- être du plus effrayant des romans sadiens. Point de compromis ici. Les quatre hôtes retiennent prisonniers un bon nombre de femmes et de valets qu’ils peuvent violer et tuer en toute impunité. Ce livre fait l’inventaire exhaustif de toutes les perversions sexuelles existantes. On ne peut pas faire mieux dans le genre. Ni pire.

Continuer la lecture « Les 120 journées de Sodome, Marquis de Sade »

Le Bleu du ciel, Georges Bataille

« J’ai voulu m’exprimer lourdement. Mais je n’insinue pas qu’un sursaut de rage ou que l’épreuve de la souffrance assurent seuls aux récits leur pouvoir de révélation. J’en ai parlé ici pour arriver à dire qu’un tourment qui me ravageait est seul à l’origine des monstrueuses anomalies du Bleu du Ciel. Mais je suis si éloigné de penser que ce fondement suffit à la valeur que j’avais renoncé à publier ce livre, écrit en 1935. Aujourd’hui, en 1957, des amis qu’avait émus la lecture du manuscrit m’ont incité à sa publication. Je m’en suis à la fin remis à leur jugement. » Georges Bataille

Continuer la lecture « Le Bleu du ciel, Georges Bataille »