Les Filles du panier, Ludovic Miserole

Note : 4.5 sur 5.

Après l’affaire d’Arcueil, et au plus grand soulagement de sa famille, Donatien de Sade tente de se faire oublier quelque temps à La Coste. Au sein de son château, il multiplie les représentations théâtrales et les paternités affichant une apparente respectabilité. Mais les démons de la perversité qui sommeillent en lui ne tardent pas à reprendre le dessus… Accompagné de Latour, son fidèle valet, Sade part assouvir ses vices dans la cité phocéenne…

Lire la suite « Les Filles du panier, Ludovic Miserole »

L’Affaire Rose Keller, Ludovic Miserole

coup de

Rose Keller est au chômage depuis plus d’un mois. Elle est réduite, en ce dimanche de Pâques du 3 avril 1768, à mendier sur la Place des Victoires à Paris. En acceptant de suivre, pour un écu, un jeune homme soigneusement habillé qui a besoin de quelqu’un pour un peu de ménage dans sa maison d’Arcueil, elle ne peut se douter qu’elle se dirige tout droit vers l’enfer. Elle ne sait pas encore que l’homme qui vient de l’engager n’est autre que Donatien Alphonse François de Sade, celui qu’on surnommera « le divin marquis »…

Lire la suite « L’Affaire Rose Keller, Ludovic Miserole »

La Philosophie dans le boudoir, Marquis de Sade

Note : 4.5 sur 5.

En 1795, alors qu’il vient d’échapper de justesse à la guillotine et qu’il goûte à sa liberté retrouvée, paraît anonymement La philosophie dans le boudoir, adressé à tous les « aimables débauchés » et toutes les « femmes lubriques ». Dans ce roman, censuré jusqu’au XXe siècle, la forme du dialogue philosophique est détournée au profit du libertinage le plus licencieux : trois débauchés entreprennent de faire l’éducation sexuelle d’une ingénue tout droit sortie du couvent… Mais cette oeuvre, écrite en pleine bascule de l’Ancien Régime à l’époque moderne, a aussi une portée politique : inséré dans le cinquième dialogue, le célèbre pamphlet « Français, encore un effort si vous voulez être républicain ».

Lire la suite « La Philosophie dans le boudoir, Marquis de Sade »

Les 120 journées de Sodome, Marquis de Sade

Note : 4.5 sur 5.

Le duc de Blangis, l’évêque de…, le président de Curval et Durcet. Un noble, un homme d’Église, un juge de France et un bourgeois financier. Quatre personnages en quête d’ardeur. Ou plutôt « quatre scélérats avec lesquels je vais te faire passer quelques mois… Tout ce que l’on peut dire en gros, c’est qu’ils étaient généralement susceptibles du goût de la sodomie, que tous quatre se faisaient enculer régulièrement, et que tous quatre idolâtraient les culs. » Paulhan considérait Les 120 Journées de Sodome comme « l’évangile du Mal ». Il faut dire qu’il s’agit peut- être du plus effrayant des romans sadiens. Point de compromis ici. Les quatre hôtes retiennent prisonniers un bon nombre de femmes et de valets qu’ils peuvent violer et tuer en toute impunité. Ce livre fait l’inventaire exhaustif de toutes les perversions sexuelles existantes. On ne peut pas faire mieux dans le genre. Ni pire.

Lire la suite « Les 120 journées de Sodome, Marquis de Sade »