Ceux qui doivent périr, Rachel Abbott

Note : 3.5 sur 5.

Fugueuse à treize ans, Tachan est activement recherchée par sa famille, Tom Douglas et des criminels. C’est que la jeune fille pourrait être un témoin clé afin de mettre sous les verrous un homme dangereux.

Lire la suite « Ceux qui doivent périr, Rachel Abbott »

La Casa de papel – Saison 5 Partie 1

Note : 3.5 sur 5.

Toujours retranchée dans la Banque nationale d’Espagne, l’équipe du Professeur ne doit pas perdre son sang froid. Mais, quand les otages prennent des risques et que l’armée vient pour reprendre la Banque, nos cambrioleurs sont face à un changement de plan qui pourrait leur couter leur butin et leur vie.

Lire la suite « La Casa de papel – Saison 5 Partie 1 »

Paris Police 1900 – Saison 1

Note : 4 sur 5.

1900, Paris est frappé par un nouveau meurtre étrange. Le préfet dépêché, la police met tout en œuvre pour découvrir l’identité de l’assassin. Mais c’est sans compter les intrigues politiques que cache cette affaire et le vent de révolte antidreyfusard qui asphyxie bientôt la capitale.

Lire la suite « Paris Police 1900 – Saison 1 »

9-1-1 – Saison 1

Note : 4 sur 5.

Qu’ils soient policiers, pompiers, ambulanciers ou standardistes au 9-1-1, nos héros sur le terrain sont toujours là pour parer les maux du quotidien, du plus petit tracas à la plus grande catastrophe. Et si ça ne leur suffisait pas, il faut qu’ils gèrent en plus leur vie personnelle bien compliquée.

Lire la suite « 9-1-1 – Saison 1 »

Good girls – Saison 2

Note : 3.5 sur 5.

Trois épouses et mères de famille de banlieue s’ennuient et jugent qu’il est temps pour elles de prendre des risques. Elles décident donc de braquer le supermarché local avec un pistolet pour enfants. Mais quand le responsable attrape l’une d’entre elles, les trois meilleures amies se rendent compte que la fuite parfaite sera plus compliquée que prévu…

Lire la suite « Good girls – Saison 2 »

Ce que tu as fait de moi, Karine Giebel

Note : 1.5 sur 5.

« On se croit solide et fort, on se croit à l’abri. On suit un chemin jalonné de repères, pavé de souvenirs et de projets. On aperçoit bien le ravin sans fond qui borde notre route, mais on pourrait jurer que jamais on n’y tombera. Pourtant, il suffit d’un seul faux pas. Et c’est l’interminable chute.
Aujourd’hui encore, je suis incapable d’expliquer ce qui est arrivé. Si seulement j’avais plongé seul… »
Cette nuit, c’est le patron des Stups, le commandant Richard Ménainville, qui doit confesser son addiction et répondre de ses actes dans une salle d’interrogatoire. Que s’est-il réellement passé entre lui et son lieutenant Laëtitia Graminsky ? Comment un coup de foudre a-t-il pu déclencher une telle tragédie ?
« Si nous résistons à cette passion, elle nous achèvera l’un après l’autre, sans aucune pitié. »
Interrogée au même moment dans la salle voisine, Laëtitia se livre. Elle dira tout de ce qu’elle a vécu avec cet homme. Leurs versions des faits seront-elles identiques ?

Lire la suite « Ce que tu as fait de moi, Karine Giebel »

Phobies, Alison Segond

Note : 3.5 sur 5.

Quelques semaines après l’arrestation du Boucher, le calme semble revenir au commissariat d’Augusta. Mais un nouveau cadavre est retrouvé dans sa propre cave. Le pauvre homme vient d’expérimenter une ancienne méthode de torture médiévale : le supplice du rat.
Aussitôt, Megan et Dean sont placés sur l’affaire, espérant résoudre l’enquête rapidement – et surtout, avant que la rumeur d’un second tueur en série sème la panique en ville.

Lire la suite « Phobies, Alison Segond »

Revanche, Alison Segond

Note : 4 sur 5.

Augusta, Maine, 2017. Le lieutenant Lexi Nelson a toujours su qu’elle était faite pour poursuivre les criminels et elle excelle dans son domaine.
Mais quand un nouveau meurtre a lieu et qu’elle découvre le corps sans vie et mutilé d’une jeune étudiante, elle comprend très vite que cette enquête sera différente. Car le meurtrier, elle le connaît. Et il compte bien la provoquer… et pourquoi pas finir ce qu’il avait commencé.
Avec l’aide de son meilleur ami d’enfance et coéquipier, l’inspecteur Trenton Harris, elle va devoir affronter son passé..
Surtout qu’elle a l’intention se venger.

Lire la suite « Revanche, Alison Segond »

La Douzième Victime, Cyril Vallée

Note : 4.5 sur 5.

Strasbourg. Un train percute une berline de luxe. Le conducteur, un influent chercheur en IA, est retrouvé à des dizaines de mètres de l’impact.
Lyon. La même nuit, le laboratoire qu’il dirigeait est piraté. Alors qu’il était sur le point de faire une découverte majeure, les résultats de ses recherches ont disparu. Et avec, quelque chose qui va susciter la convoitise de beaucoup de monde.
Des mercenaires prêts à tout, agissant en pleine rue. Des expérimentations secrètes. Des agents de la sécurité intérieure.
Rien ne sera épargné au commandant Luc Saint Antoine, à qui l’on impose l’affaire. Il ne se doute pas à quel point elle va bouleverser sa vie.
Il va mener la plus incroyable enquête de sa carrière.

Lire la suite « La Douzième Victime, Cyril Vallée »

Les Bienheureuses, Louise Voss & Mark Edwards

Note : 4.5 sur 5.

Elle n’arrivait pas à croire qu’il veuille la rencontrer. Il était célèbre. Elle n’était personne. Enfin, quelqu’un se rendait compte qu’elle était unique… Lorsque le corps d’une jeune fille est retrouvé mutilé dans une chambre d’hôtel à Londres, l’inspecteur Patrick Lennon est chargé de l’enquête. Personne n’a vu la victime ni son tueur, et le meurtre n’a aucun motif apparent… jusqu’à ce qu’une deuxième adolescente soit à son tour violemment assassinée. Lennon réalise rapidement que quelqu’un s’attaque aux fans de l’un des plus célèbres boys band du monde. Alors que Lennon doit jongler entre vie familiale et rivalités professionnelles, la pression atteint son paroxysme : il faut absolument arrêter le meurtrier avant qu’il ne frappe à nouveau. Dans cette course contre la montre, Lennon commet une terrible erreur qui pourrait coûter la vie à d’autres adolescentes, et signifier la fin de sa carrière.

Lire la suite « Les Bienheureuses, Louise Voss & Mark Edwards »

Le Jour des morts, Kent Harrington

Note : 3.5 sur 5.

A Tijuana, il y a deux sortes d’hommes : ceux qui vivent de la faim et du désespoir des autres, et les autres. Vincent Calhoun fait partie des premiers. Avec son associé Castro, un judiciale véreux, Calhoun est un coyote, un de ceux qui font franchir clandestinement la frontière vers les Etats-Unis à des escrocs ou des réfugiés fortunés peu soucieux des formalités de l’immigration. Un trafic juteux, qui l’aide à assouvir sa passion du jeu, des courses en particulier. Le jour de la Fête des Morts, il voit débarquer du car, sur la grand-place de Tijuana, Céleste Stone. La jeune femme sort de prison. Elle lui a valu autrefois d’être accusé de viol sur mineure, à l’époque où il était professeur au lycée de Palmdale, en Californie. Condamné à choisir entre la prison et le corps des Marines, Calhoun a opté pour les Marines avant d’échouer au Mexique. Dans sa quête inconsciente d’une forme de rédemption, Calhoun, épuisé par la maladie, verra sa suerte, sa chance, l’abandonner définitivement, et connaîtra dans le désert mexicain, à l’occasion d’un dernier « trafic d’êtres humains », le terme ultime de son destin tragique.

Lire la suite « Le Jour des morts, Kent Harrington »

La Maison au bout du monde, Åke Edwardson

Note : 4 sur 5.

Erik Winter a failli mourir noyer au fond d’une piscine de la Costa del Sol. Après deux ans de repos, il souffre toujours d’un implacable acouphène. Il vient de rentrer en Suède afin de reprendre son travail et a laissé derrière lui sa famille en Espagne. Son retour est intense : la ville est paralysée par le froid et il doit faire face à un premier crime des plus monstrueux : une femme et deux enfants ont été assassinés dans une villa de banlieue. Le seul survivant de cette scène d’horreur est un nourrisson retrouvé dans la maison. Le bébé est mal en point. Une foule de questions s’imposent alors aux enquêteurs. Pourquoi personne n’a-t-il donné l’alarme ? Pourquoi le bébé a-t-il été épargné ? Et enfin, comment a-t-il survécu tout ce temps ?

Lire la suite « La Maison au bout du monde, Åke Edwardson »