Note : 4.5 sur 5.

Jonas Alamänder, mage et détective, vient de perdre sa maison confisquée par un royaume voisin. Accom­pagné d’Edrick, l’un des soldats chargés de lui apprendre la nouvelle, et de son fidèle valet Retzel, un facétieux petit démon, il part pour Ker Fresnel, capitale de Kung-Bohr afin d’y plaider sa cause.
Jon se trouve contraint de mener l’enquête sur le meurtre mystérieux de Pallas, conseiller du roi, et de déjouer un complot visant Ernst XXX. Les aventures se succèdent, au cours desquelles l’enquêteur montre autant de talent dans l’art de sa magie que de maladresses dans ses relations humaines.
Pendant ce temps, Maek, un jeune garçon aux penchants morbides, affronte un champ de blé carnivore, afin de rallier la fameuse école des assassins « T’Sanks ».

Ça y est, je peux enfin vous parler du Cycle d’Alamänder. Avec un rythme de lecture extrêmement lent par rapport à mes habitudes, il m’en a fallu du temps pour conclure ce premier tome. Me voilà bien en retard ! Néanmoins, ça n’a rien à voir avec la qualité du roman qui nous transporte au sein d’un univers fantasy riche dans lequel les protagonistes naviguent avec souvent une bonne part d’humour. Envieuse de découvrir enfin la maison d’édition Leha, j’étais bien contente que celle-ci et Babelio propose le premier tome d’Alexis Flamand dans le cadre de la Masse Critique Babelio. Merci à eux car, au vu de la quatrième de couverture qui campe un ton humoristique, je ne serai pas forcément aller de moi-même vers ce livre-là et j’aurais eu bien tort.

L’humour se mêle très bien à l’intrigue bien plus sombre qui mène Jon, un questeur – mage et détective – à la capitale du royaume qui est devenu brusquement le sien. Croyant rencontrer le roi pour une histoire de territoire, le questeur se rend rapidement compte que son nouveau souverain l’a mené jusqu’à lui à dessein. Avec les dissidences politiques qui deviennent de plus en plus sérieuses, des attentats peuvent se produire comme la mort inexplicable du conseiller du roi. Avec l’aide d’un soldat, du Commandant de la garde et d’une mage et ancienne amie, Jon est instamment demandé pour lever le voile sur cet assassinat. Le tueur aurait-il utilisé la magie ? Quel est le commanditaire de cet acte ? Les ennemis sont nombreux à Kung-Bohr où Jon se rend compte que la dissimulation et les faux-semblants sont le quotidien de ses habitants.

Par cette enquête mise occasionnellement à mal par Retzel, le démon serviteur de Jon qui s’amuse à casser les pieds de tout le monde, on découvre un peu plus à chaque chapitre la richesse de cette capitale souterraine entre histoire architecturale, divinité endormie et inventions pratiques pour faire fonctionner ce vaste royaume. J’en aurais voulu encore davantage et ça sera parfois l’enquête elle-même qui freinera cette découverte de cet univers bien complexe. Une seconde partie en parallèle narre la naissance de l’école T’sank, une formation pour créer des tueurs aguerris avec un code strict. Avec ce premier tome, on ne comprend pas forcément le lien entre ces deux intrigues mais avec la dernière partie de ce premier tome et de nouveaux personnages qui font leur apparition, on comprend que l’auteur compte bien nous éclairer dans la suite de sa trilogie.

Introductif, ce premier tome promet peu d’action pour miser sur les diverses particularités de ce monde façonné par de nombreux mécanismes. Les personnages apportent une légèreté au récit malgré les situations délicates et on se plait à suivre les petites piques que chacun s’envoie même si Jon serait plus sympathique à moins se plaindre ouvertement. Il y a de quoi être énervé mais, heureusement, le Commandant Vance et le capitaine Edrick seront présents pour contrebalancer ce mauvais caractère alimenté par les pitreries et les bourdes du petit mais infatigable Retzel.

Un premier tome très introductif et c’est avantageux au vu de l’univers extrêmement riche et des rapports délicats entre les divers royaumes. L’enquête criminelle n’empêchera pas les personnages de nous amuser par les déconvenues dont ils sont les victimes et par l’humour que l’auteur mêle constamment au ton de ce premier tome.

De la même saga

  • La Citadelle de nacre tome 2 (2017)
  • La Nef céleste tome 3 (2018)

2 commentaires sur « Le Cycle d’Alamänder – La Porte des abysses tome 1, Alexis Flamand »

    1. Elle marie bien la fantasy, l’enquête et l’humour surtout que l’univers est bien décrit avec bon nombre de détails. Je me suis lancée sans connaitre du tout et je suis vraiment surprise de tout ce travail sur les décors de cette ville dans laquelle on apprend à connaitre la culture des personnages.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s