Note : 4 sur 5.

Je m’appelle Ensio. Milicien engagé et apprécié de notre belle cité. J’affiche l’air d’un héros, mais une partie de moi se meurt. J’ai tué mon ami d’enfance, et ainsi brisé le lien télépathique qui nous unissait. Un lien interdit, car dangereux. Maintenant, un vide obscur me dévore petit à petit, insidieusement. Je dois le combler avant de devenir fou.
Je m’appelle Ljuka. Ils m’ont oublié, ils n’auraient pas dû. Je me souviens parfaitement de leurs moqueries, de l’immonde fierté qui imprègne autant leurs actes que leurs paroles. Ils ne comprennent toujours pas, ou plutôt, ils ne veulent pas comprendre. Alors je vais les y forcer et leur prouver qu’ils ne sont pas parfaits ni tout puissants.
La révélation d’un héros sur le déclin.
Le parcours d’un homme devenu extrémiste.
De fraternité à rivalité…

Je ne veux pas devenir comme tous ces cas de Folie. Je ne veux pas devenir fou ! Je dois tout faire pour éradiquer cette impression de manque, de vide, je dois tout faire pour ne pas devenir fou, et pour que personne n’ait connaissance de l’enchantement interdit.

Il existe des amitiés tellement fusionnelles qu’elles en deviennent dévastatrices. Ensio et Ljuka sont de ces hommes opposés en tout mais qui se retrouvent l’un dans l’autre. Amis d’enfance, ils ont innocemment bravé les interdits pour se lier encore plus profondément, pour que l’un et l’autre puissent se faire comprendre rien que par la pensée. Mais les années défilent et ce lien si particulier entre eux deux se détend, se détériore, à mesure qu’ils prennent chacun un chemin différent. Jusqu’à ce présent crucial et traumatisant où un héros vient à bout d’un paria. Ensio s’est enrôlé dans l’armée et il est le seul à pouvoir arrêter cet extrémiste dévastateur pour leur société. Ljuka croit en des idées dangereuses et il est prêt à perdre la vie afin de les voir se réaliser.

Les deux amis deviennent alors ennemis jusqu’à ce que l’un arrive à bout de l’autre. Et dès ce moment, la vie d’Ensio change, il ne pourra pas faire semblant de ne rien ressentir, de ne pas pleurer malgré lui un être cher qu’il ne comprenait plus. Dans le présent, Ensio vit un tournant de son existence où son aura de héros va finalement s’assombrir au vu de ses choix et de sa prise de conscience. Dans le passé, c’est Ljuka qui va avoir la parole afin que l’on découvre les prémices de leur relation et l’évolution de ces deux personnages aux destins diamétralement opposés.

Ces deux temporalités offrent un parallèle particulièrement intéressant, nous mettant face à leur expérience respective des événements. Au sein de cet univers fantasy avec des touches prononcées de steampunk, cette dualité prend une importance certaine au milieu des conflits de la ville et de cette magie particulière gouvernée par la pierre de rhod, laquelle permet de percevoir les vibrations de chaque être vivant et de par exemple lier illégalement deux garçons l’un à l’autre.

Lancés immédiatement dans le récit, l’univers de ce one-shot est immersif par son développement et ses descriptions. Néanmoins, ces dernières manquent curieusement lors de moments décisifs de l’intrigue. Le récit s’attache à proposer des thèmes très intéressants tels que la folie, la perte, la culpabilité,etc… qui enrichit encore un peu plus Frères d’enchantement.

Fluide et condensé, il pourrait cependant décevoir au yeux de lecteurs avides d’action, Siana mettant davantage l’accent sur le développement de ces deux protagonistes principaux. Personnellement, j’ai davantage été gênée par des répétitions régulières au niveau du vocabulaire mais la lecture de ce livre n’en reste pas moins plaisante par son univers fantasy et ces personnages à la recherche d’eux-mêmes et d’un but. Merci à Siana pour m’avoir permis de découvrir son roman.

Un héros, un vrai, doit subir tout un tas de choses difficiles et dangereuses. Les adultes ne savent pas faire la différence entre un fou et un héros, parce qu’il y a beaucoup de choses qu’ils n’osent pas accomplir.

Cette dualité entre deux hommes profondément liés mais opposés en tout réussit à offrir une intrigue passionnante autour de cet univers fantasy où le développement psychologique des personnages prend le pas sur l’action. Quelques répétitions malvenues m’ont sauté plusieurs fois aux yeux mais globalement, on passe un très bon moment de lecture en compagnie d’Ensio et de Ljuka.

De la même auteure

  • Voile noir et corset sang (2012)