Note : 5 sur 5.

Patrocle, jeune prince maladroit, part en exil à la cour du roi Pélé. Il y rencontre Achille, son exact contraire, doué pour tout ce qu’il entreprend. Malgré leurs différences, les deux jeunes hommes deviennent inséparables. Le destin les mènent à la guerre de Troie. La violence des Dieux et des hommes fera de leur histoire un drame.

Le sang divin coule différemment dans les veines de chaque enfant né d’un dieu. La voix d’Orphée faisait pleurer les arbres, Héraclès pouvait tuer un homme en lui tapant dans le dos. Ce qui était miraculeux chez Achille, c’était sa rapidité.

Madeline Miller se présentait bien trop souvent devant moi pour que je ne saute pas enfin le pas avec l’un de ses romans. Sur internet, nombre de lecteurs et blogueurs ont fait l’éloge de Circé, retraçant l’existence mythologique de cette puissante magicienne. Aujourd’hui, je vous présente son livre précédent, Le Chant d’Achille, le premier – d’une longue liste ? – en rapport avec la mythologie grecque. Passionnés de cette Antiquité magique, puissante et combative, vous vous régalerez de voyager à cette époque brutale où l’honneur et la réputation sont primordiaux afin de s’élever, parfois même au rang des dieux.

Encore novices de ce genre littéraire, vous pourriez également vous laisser prendre par la poésie des mots, des émotions rapportés par Patrocle, l’amant de toujours d’Achille. Prince exilé, c’est à l’âge de huit ans qu’il est confié à Pelée, roi de Phtie, et qu’il fait la connaissance du demi-dieu, bientôt le meilleur combattant de Grèce, Achille. Diamétralement opposés, les deux garçons ne manquent tout de même pas de s’apprivoiser et de se lier à jamais dans cette vie faite d’apprentissage, d’amour, de larmes, de guerre et de mort.

Le Chant d’Achille est tragique à souhait, reposant parfaitement sur les codes de la mythologie grecque avec ce qu’elle a de plus lyrique, passionnelle et fatale. Du point de vue de Patrocle, nous découvrons leur vie à deux, enfants joueurs et heureux d’apprendre, adolescents à la recherche l’un de l’autre et enfin hommes à la conquête de leur destinée dans cette guerre longue qu’a été la Guerre de Troie pour reconquérir la belle Hélène. Depuis l’enfance, l’union entre Patrocle et Achille semble indéfectible par tant de passion, de respect et de confiance.

Tirant chacun le meilleur d’eux-mêmes grâce à l’autre, la parole des dieux pourrait cependant les éloigner, Achille promis à un destin aussi fabuleux que mortel. Et son amant ne peut concevoir de le perdre pour une quelconque reconnaissance divine, ce que Thétis, nymphe et mère d’Achille, met néanmoins tout en œuvre dans ce but précis. Puissant combattant, Achille ne semble cependant pas vouloir précipiter les choses en se mesurant à Hector, l’un des plus grand guerrier troyen, dont le combat marquerait la fin des deux héros.

– Tu as peur ? lui demandai-je tandis que l’appel d’un rossignol retentissait dans les arbres derrière nous.
– Non, répondit-il. Je suis né pour ça.

Quelle épopée, quelle immersion au sein de cette Antiquité qui appelle à la violence mais également à l’honneur et à la bravoure de ses combattants. Madeline Miller nous fait voyager tout au long de cette histoire riche en émotions, en initiation, et en lutte jusqu’à la mort pour laver l’honneur de Ménélas, lequel souillé par l’enlèvement de son épouse Hélène par le sournois Pâris. Tout appelle à cette guerre, à cette fin glorieuse que devrait connaître Achille sur le champ de bataille, si son orgueil ne prenait pas le pas sur sa compassion. Les dés sont lancés et la guerre sera longue entre les deux camps, les dieux prenant même leur parti, déséquilibrant les forces de ces hommes pendant ce long siège.

Le champ de bataille comme la relation entre Achille et Patrocle sont extrêmement bien exploités afin d’en retirer toute la beauté, toute la sauvagerie et la douceur possibles. Il est tout de même curieux de s’apercevoir que l’auteure omet un passage fondateur du mythe d’Achille, celui pour lequel il est le plus connu, et malheureux que Thétis, sa mère, soit moins présente.

Sa force de caractère et son aversion pour les humains la rend complexe et des plus fascinantes, on peut alors ressentir un goût de trop peu jusqu’à son ultime scène parfaitement délivrée par les mots de Madeline Miller et les émotions qui en découlent. Achille, grand héros grec, reste l’un des plus connu de la mythologie grecque pour son talent, sa force, son honneur mais aussi sa colère sourde. Cette dernière signera sa fin, comme celle de son ami, son amant, son Patrocle, toujours à ses côtés.

Nous étions comme des dieux à l’aube du monde, en proie à une joie si vive qu’elle nous rendait incapables de voir autre chose que l’autre.

Une immersion totale au sein de la mythologie grecque et du mythe qu’est Achille, l’un des plus grand héros grec, raconté par son amant et ami indéfectible Patrocle, restant le plus souvent dans son ombre mais inestimable dans sa vie. Madeline Miller retranscrit parfaitement les inquiétudes, forces et croyances de cette époque mythologique.

De la même auteure

  • Galatea (2013)
  • Circé (2018)

6 commentaires sur « Le Chant d’Achille, Madeline Miller »

  1. Je vois beaucoup passer ce livre et celui sur Circé sur la blogo, donc je pense me laisser tenter un de ces jours 🙂 A vrai dire j’aime beaucoup l’Antiquité et la mythologie grecque. J’avais pu un peu étudier l’Iliade en cours, alors je me dis que ça pourrait être constructif de le mettre en relief avec ce livre-là. Surtout que, si c’est le point de vue de Patrocle, ça rend l’histoire plus intéressante encore !

    Aimé par 1 personne

    1. Si tu aimes cette époque et ses mythes, tu devrais logiquement adorer ce livre. On est vraiment plongés aux côtés de ces deux hommes dans leur initiation jusqu’à la guerre de Troie. Je me dis que ça serait bien de relire L’Iliade de mon côté, je pourrais peut-être encore davantage l’apprécier après avoir lu Le Chant d’Achille.
      En tout cas, je te conseille de le lire, je ne pense pas que tu puisses être déçue.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s