Note : 4.5 sur 5.

Ashkjell est un héros de guerre. Acclamé par l’Impératrice en personne, il doit retourner à la capitale pour y recevoir les honneurs et les récompenses dus à ses exploits. Loin d’être enchanté par le destin qu’on lui promet, Ashkjell se perd en questionnements. A-t-il bien fait de prendre part à cette guerre ? N’a-t-il pas trahi sa nation, l’Engelberg, sur laquelle marche actuellement l’armée impériale ? N’a-t-il pas abandonné ses amis à une mort certaine, notamment Adam dont il n’est pas parvenu à retrouver le corps ? Espen, de son côté, erre. Jeune prodige de la mécanique, il a perdu son maître et en cherche un nouveau. Mais en Engelberg, personne ne semble pouvoir lui apprendre quoi que ce soit. Trouvera-t-il mieux dans le pays voisin, l’obscur Nheim qu’on dit peuplé de sorciers et d’horribles créatures ? Ou ne se jette-t-il que dans une mort lente et pénible ? Sont-ce nos actes qui nous rendent monstrueux ou les raisons qui nous poussent à les commettre ?

Ashkjell et Espen sont bien différents, avec des vies et des enjeux opposés mais tous deux recherchent un but, un dessein plus personnel que ce qu’on a pu leur donner auparavant. L’un est un héros de guerre, un mercenaire ayant combattu les créatures de la Corruption, ennemies de l’empire d’Esteria, tout en abandonnant son chef. L’autre est un jeune garçon ingénu et doué en mécanique souhaitant prendre la route pour Nheim où il espère trouver un nouveau maître. L’un en plein questionnement et remords, l’autre résolu à obtenir ce qu’il mérite.

Les premiers chapitres nous mettent immédiatement dans le bain au sein de cet univers aux multiples créatures et mutations prêtes à combattre pour survivre. L’impératrice compte bien honorer Ashkjell de ses exploits mais celui-ci ne voit pas ce dernier combat comme une victoire. Prisonnier de son passé et de ses remords, il peine à se faire confiance et à faire confiance aux autres comme à Mirana, une mercenaire bien plus expérimentée prête à l’aider. Aurait-il dû refuser de rejoindre les rangs de l’impératrice et rester fidèle à Engelberg, sa patrie ? Mais qu’avait-il à sauver dans ce pays avec lequel il ne possédait plus d’attaches ? De plus en plus acculé par son esprit tourmenté, Ashkell pourrait bien devenir fou. Espen, lui, croit en son intelligence, en sa destinée. Prêt à partir seul vers Nheim, il compte bien apprivoiser de nouvelles connaissances loin d’Engelberg qui semble ne rien pouvoir lui donner de plus.

Je ne savais pas réellement dans quoi je m’embarquais au début de cette lecture et j’ai été bien surprise de ce que j’ai découvert au fil de cette double aventure. Au sein d’un univers fantasy en évolution avec nombre de créatures mystiques qui pourraient faire leur retour, une guerre qui est sur le point d’éclater, des combattants surhumains, ce roman s’attache moins à l’action qu’à l’évolution de ses personnages lors de leur long périple respectif dans lesquels ils vont (ré)apprendre à se connaître par leurs questionnements, leur obstination, leurs rencontres. Chacun des personnages a sa part d’ombres et ses forces, les deux principaux ayant particulièrement une noirceur bien visible, ce que Matt Dejouy a parfaitement réussi à retranscrire, nous étonnant par l’évolution de certains d’entre eux au fil des chapitres. Étant peu nombreux, l’auteur a pu les travailler d’autant plus minutieusement. Certains protagonistes plus secondaires réussiront eux aussi à devenir tout aussi importants à l’histoire, jouant tous un rôle particulier.

Et si j’ai eu un peu de mal à entrer dans les premiers chapitres, j’ai ensuite été convaincue par la diversité de cet univers magique et par la force des personnages au sein de ce récit. Et si je pensais me trouver face à un premier tome, j’ai finalement compris qu’À feu et à sang est un one-shot mais qu’au moins un autre livre dans le même univers est prévu. Je serai bien curieuse de découvrir ça à l’avenir. Merci à Matt Dejouy pour m’avoir fait découvrir son roman.

Un double narration qui plonge les deux personnages en mouvement en pleine introspection au milieu des nombreux bouleversements de leur monde entre une guerre qui se prépare, des créatures belliqueuses et des pouvoirs qu’ils sont loin d’accepter. L’auteur travaille minutieusement ses protagonistes qui sont vraiment la force de son roman tout en négligeant aucunement les autres parties de son histoire.

De la même saga

  • Les Enfants de la Terre (2020)

De la même auteure

  • Pour des jours meilleurs (2018)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s