Alors que la bataille fait toujours rage, qui pourrait empêcher l’éveil du Legendion ? Les cinq mondes se succèdent chacun leur tour et la menace devient de plus en plus grande dans Les Feus de Rehaens.

À grands coups d’années et de rides, on devient l’ombre de nous-mêmes, et le beau jeune homme fougueux que l’on était, peu à peu, instant délétère après instant délétère, se flétrit jusqu’à disparaître. Voilà comment l’homme est évanescent. Il n’est pas question de vie, mais de présence. Notre présence s’efface au fil des âges et même vivant, nous finissons par ne plus exister. Un homme sans lieu ni temps a dit : << Vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif. Réceptif à ce qui est beau, bon et grand. Réceptif aux messages de la nature, de l’homme et de l’infini. >>

Si ça faisait un petit moment que j’avais lu le premier tome de Legendion, il n’a pas été difficile de me remettre activement dans le bain. L’univers créé par Rémi Bomont est toujours aussi passionnant à découvrir à travers Aosus, Azur, Magama, Cassade et Ocaria, les cinq mondes aux climats et paysages différents qui se succèdent les uns après les autres selon une période égale pour chacun. Déjà subjuguée par cet univers passionnant, original et extrêmement prometteur, j’ai été une nouvelle fois très agréablement surprise par cette suite.

Les Feus de Rehaens nous emporte au sein d’une action omni-présente à travers les batailles et les quêtes de nos personnages. Ces derniers vont devoir suivre leur chemin, souvent semé d’embûches et d’enseignements pour leur avenir. Ce deuxième tome offre un approfondissement très plaisant de ces divers héros tels que Lerena, Eres ou Alloran grâce notamment à des retours en arrière judicieux qui ne ralentissent nullement le rythme global du récit.

Avec de nouveaux clans à découvrir, alliés ou ennemis, ce tome 2 est la parfaite continuité du Cercle de Seheiah. À côté des rebondissements et autres bouleversements tout au long du roman, le style fluide de l’auteur réussit à ne pas nous perdre face à un univers vaste et à toujours nous surprendre et nous ravir. Si la trilogie se bonifie à chaque tome, il me tarde de lire le troisième tome qui devrait alors être l’apothéose de Legendion. En tout cas, Rémi Bomont, que je remercie pour cette lecture, nous laisse en grande haleine à l fin de ce tome 2.

Eres tressaillit. Si les Rehaens croyaient revenir de l’enfer, ils sauraient bientôt que le pire n’était pas encore venu. Arès la bataille viendraient le tourment, la panique, les tremblements, les vomissements, les insomnies, les crises de panique. On ne faisait pas d’un homme un soldat en une seule nuit. Il le savait. Leur enfer ne faisait que commencer.

Un deuxième tome encore meilleur que le premier avec des héros qui se dévoilent encore davantage et un univers fantasy qui offre encore beaucoup de surprises. L’action omni-présente se mélange bien au tout.

De la même saga

2 commentaires sur « Legendion – Les Feys de Rehaens tome 2, Rémi Bomont »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s