Note : 4.5 sur 5.

Alpha se repait de la souffrance et de l’humiliation qu’il inflige à ses victimes. De plus en plus confiant, il viole en toute impunité. Mais Anthony et Marion, capitaines de police, sont déterminés à l’arrêter afin de mettre fin à des pulsions qui les ramènent à leur propre passé.

Il avait commencé par s’introduire dans des maisons. Par pour voler. Non qu’il fût opposé à cette idée, car il n’hésitait jamais à dérober un objet de valeur ou qu’il trouvait à son goût si une opportunité se présentait.

Depuis la sortie en 2019 de L’Empathie, difficile de pas entendre parler du talent d’Antoine Renand, d’autant que Fermer les yeux, son deuxième roman, connait également un grand succès. Suite à de nombreuses recommandations, je me suis enfin lancée dans ce thriller sombre et oppressant qui met au centre de son intrigue un sujet des plus révoltants et qui, malheureusement, reste toujours d’actualité : le viol. Profitant de l’application Lizzie, j’ai opté pour la lecture audio et encore une fois, je n’ai pas été déçue. Emmanuel Lemire m’a fait ressentir comme il fallait les sentiments contradictoires des personnages comme les événements traumatisants dont ces derniers sont les victimes ou les bourreaux.

Tout commence par une série de viols au mode opératoire identique dans la capitale parisienne. À chaque fois, l’auteur, qui se fait surnommer Alpha, entre dans l’appartement d’un couple, met à terre l’homme et le force à regarder l’acte ignoble qu’il fait subir à sa conjointe. Les victimes se font entendre par la police mais beaucoup peine à reprendre une vie normale. Anthony Rauch et Marion Mesny, capitaines de la brigade du viol, enquêtent sur l’affaire et mettent tous les moyens en œuvre afin de retrouver le tortionnaire.

Par une narration multiple, l’auteur nous permet d’entrer dans la tête de ses protagonistes, et notamment celle du coupable, Alpha, ce qui donne une atmosphère d’autant plus terrifiante et glaçante au roman. Les pensées et revendications de cet homme font véritablement froid dans le dos, tout occupé qu’il est dans son envie de dominer et d’avilir l’autre. De leur côté, Anthony et Marion sont des plus déterminés à arrêter ce monstre. Découvrant peu à peu leur passé, nous comprenons alors leur choix de carrière et ce que ce crime particulier, le viol, représente pour eux et pour leurs proches.

Victimes, bourreaux mais aussi parents des uns ou des autres, tous ont voix au chapitre au sein de ce thriller épatant et inquiétant. Les pulsions y sont décortiquées et trouvent leurs causes premières sans qu’elles ne soient pour autant pardonnées. Chaque personnage est travaillé sous l’angle du viol, le roman montrant bien qu’aucun d’eux n’est épargné.

Avec une écriture qui va au bout des choses et qui ne se refuse pas de tabou, L’Empathie prend aux tripes et n’a pas peur d’y aller fort, autant dans les moments les plus pervers d’Alpha que dans le renversement de certains personnages plus sombres ou torturés que l’on ne le pensait de prime abord. Nulle doute que je vais également me laisser tenter par Fermer les yeux afin de retrouver toute la tension et la puissance dont est capable Antoine Renand lorsqu’il explore le pire chez l’être humain.

Les chiffres faisaient peur : en France, 75 000 viols avaient lieu chaque année, soit 206 par jour ; une femme sur 6 serait victime d’un viol au cours de sa vie, ou d’une tentative de viol ; 80 % des victimes étaient bien entendu des femmes.

Ce thriller fait bien froid dans le dos avec un violeur en série sadique. Les rebondissements autour de ce personnage et de son adversaire, un policier qui lui aussi, a des pulsions dangereuses, nous mettent sous-tension. Chaque personnage a un rapport particulier au viol, c’est intéressant de s’étendre sur la manière de chacun d’y faire face, qu’ils soient victimes, bourreaux, parents de victimes, de bourreaux, etc…

Sortie : janvier 2019
447 pages

Du même auteur

Fermer les yeux (2020)

11 commentaires sur « L’Empathie, Antoine Renand »

  1. Une de mes collègues me l’a recommandé depuis sa sortie mais je n’ai pas encore sauter le pas. Néanmoins ton avis me donne totalement envie, d’autant plus que cela doit être déroutant d’entrer dans la conscience du criminel !

    Aimé par 1 personne

    1. Plus que déroutant même, surtout avec ce genre de personnage dépourvu de morale. C’est psychologiquement intense et douloureux sur le sujet du viol. Mais l’auteur amène le tout sans tabou sans toutefois être grossier.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s