Note : 4.5 sur 5.

Enfant, Jessica Janin a connu l’horreur. Enlevée et séquestrée par Léon Schwartz, un pédophile de la pire espèce, elle a sauvé sa vie de justesse.
Lorsque vingt-quatre ans plus tard, elle apprend la mort du criminel en prison, la jeune femme pense qu’elle pourra enfin tourner la page du traumatisme qui la hante toujours. Mais Schwartz, qui a passé un pacte avec le Diable, revient d’entre les morts sous la forme d’un vampire, bien décidé à se venger de celle qui lui a échappé.Jessica a déjà vaincu le criminel une fois, en sera-t-elle capable à nouveau ? Pour l’affronter, elle pourra compter sur l’aide de deux chasseurs de vampires, Mathieu Leroux et son frère, Maxime, autiste doué de pouvoirs médiumniques. Schwartz, quant à lui, a plusieurs alliés parmi les démons, notamment l’un des plus puissants vampires du monde, qui a un vieux compte à régler avec Maxime.

« Où es-tu Jessica ? Où es-tu ? »

Suite à ma découverte de la première parution des éditions Crin de chimère, L’Impératrice des chimères de Jérôme Camedescasses, j’étais vraiment curieuse de lire le roman suivant dans la collection fantastique Archelune publié le 25 avril dernier. Je remercie donc Crin de chimère pour avoir accepté ma demande de lecture, Nocturne de sang a été également une très bonne surprise.

Maman d’une petite fille et pianiste classique reconnue dans le milieu, Jessica reste tout de même profondément marquée par les traumatismes de son enfance. Enlevée l’âge de six ans, elle devient pendant deux ans la captive de Léon Schwartz, un détraqué sexuel, pédophile et un meurtrier. Ayant réussi à s’enfuir de cet enfer, Jessica a pu aidé à l’arrestation de son bourreau, ce montre sans scrupules ni remords. Près de vingt ans plus tard, Jessica a toujours du mal à se lier aux autres et à faire entièrement confiance. Après une énième rupture, elle apprend la nouvelle : Léon Schwart est mort dans sa cellule d’une crise cardiaque. Le calvaire semble à jamais fini pour cette femme qui n’y croyait plus. C’est sans compter le pacte que Léon semble avoir passer avec le Diable. Ne ressentant rien face à ses crimes, il est le parfait candidat pour servir les desseins de Satan. Séduit par l’espoir de pouvoir se venger de Jessica, Léon accepte d’être libéré de ses chaînes et de son corps humain pour devenir une créature de l’ombre, un vampire aux désirs inhumains.

Est-ce qu’aimer rationnellement c’est aimez assez ?

Le mythe du vampire semble aujourd’hui avoir été décortiqué de tous les côtés. Heureusement, ici, il n’en est pas le point culminant. Sans même être des êtres assoiffés de sang, les hommes peuvent, à leur échelle, devenir des monstres de cruauté comme en témoignent les actes immoraux et cruels de Léon sur Jessica et sur ses victimes précédentes. Le sang n’était pas le but de ces horreurs mais bien celui de ressentir la peur de l’autre, le pouvoir exercé sur ses jeunes créatures sans défense. Seulement, maintenant, Jessica pourrait bien réussir à se défendre malgré les nouveaux pouvoirs de son ancien tortionnaire. Avec l’aide de nouveaux alliés, Jessica pourrait bien faire disparaître à jamais Léon Schwartz de son existence.

Il faudra donc compter sur les Leroux pour venir à bout de la créature. Mathieu s’escrime dans un quotidien qui l’isole des autres alors que son petit frère autiste profite de la moindre faille de sécurité de l’institut où il vit pour s’enfuir retrouver le lieu de son enfance. C’est que ce lieu de culte est important pour lui, ayant été celui qui a changé à jamais sa vie et celle de son frère. Autiste, Maxime est également doté d’un sixième sens qui lui permet avec Mathieu de chasser les vampires. C’est alors que dans ses récentes crises prophétiques, il perçoit la future détresse de Jessica face à Schwartz. Les deux frères et la pianiste s’allient donc pour combattre le nouveau vampire qui, lui, va trouver main forte en un vieil ennemi de Maxime. Au fil de cette aventure, les différents protagonistes gagnent en épaisseur à l’aide de flash-backs retraçant des moments importants de leur vie tels que les raisons de leur présence et de leurs conditions actuelles dans ce nouveau combat surnaturel. Sombre et sanglant, Nocturne de sang n’est pas à mettre dans toutes les mains mais sait se montrer efficace et convaincant dans une alternance entre passé et présent et une alternance de points de vue.

Depuis la nuit des temps, le mal en nous ne cessait de s’exprimer. Autrefois, la populace allait aux arènes voir des prisonniers se faire dévorer par les lions ; plus tard, ça avait été la torture et les exécutions en place publique. Aujourd’hui encore, dans certains pays, on lapidait dans les stades. Qu’en France la fiction ait remplacé la réalité représentait sans doute un progrès, mais la fascination malsaine pour l’atroce n’en devenait pas pour autant anodine. Raymond y voyait le signe d’une civilisation malade.

Ce roman fantastique reprend le mythe du vampire dans ce qu’il a de plus ténébreux et cruel. La lutte surnaturelle entre ce monstre et son ancienne prisonnière est efficace alors que chaque personnage réussit à prendre de l’importance au fil des chapitres qui eux lient passé et présent.

Du même auteur

  • Dévoré de l’intérieur (2016)

6 commentaires sur « Nocturne de sang, Michel Pelini »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s