Note : 3.5 sur 5.

900 fait partie des 1 000 adolescents qui vont devenir la génération réparatrice, celle qui recréera le monde. L’heure est bientôt venue de quitter l’orphelinat et de vivre sa vie d’adulte dans une ville créée rien que pour eux… et pour 2 000 autres personnes.

Je marche le long d’une rivière au cœur de la forêt. Le spectacle est magnifique, le soleil se lève lentement et parsème sa douce lumière dans les bois.

Habituée à vivre parmi des femmes, 900 peine à réaliser que bientôt, sa vie va découvrir de nouveaux endroits, de nouvelles émotions, de nouveaux buts. Gardées depuis dix-sept ans dans cet endroit, elle et ses 499 autres camarades n’ont connu que cet orphelinat tenu par des femmes adultes soucieuses de leur éducation et de leur rigueur. Les règles ici sont strictes et n’appellent aucunement à la rébellion.

Mais n’est-ce pas pour le mieux ? Car ces quelques femmes les préparent depuis toujours à la vie d’adulte qu’elles vont, dans quelques jours, embrasser. Après une épidémie qui a touché la majorité de la population, une solution a été trouvée : réunir les nourrissons non infectés et les élever afin qu’ils deviennent la génération de ce nouveau monde. Avec également les 500 garçons élevés dans un orphelinat séparé, 900 fait partie de la génération réparatrice.

Bientôt lâchés dans une ville créée rien que pour eux, ces jeunes adultes devront voler de leurs propres ailes et accepter leur nouvelle indépendance. Régie par un conseil dont les membres sont inconnus, la ville sera leur nouveau refuge. À moins que leurs mentors ne leur aient pas dit toute la vérité. En effet, il n’existe pas qu’une seule génération réparatrice mais bien trois. Éduquée chacune avec des préceptes différents, la vie en communauté risque d’être difficile pour ces jeunes qui ne connaissent pas l’inconnu.

Loyale et discrète, 900 craint cette vie avec ses nouveaux pairs bien loin de ses règles de vie. Et pourtant, sa régente va faire d’elle son espionne. Avec pour mission de se rapprocher de la deuxième génération problématique, éduquée selon leur propre libre-arbitre, sans règles, 900 va devoir devenir les yeux et les oreilles de la régente pour découvrir ce que cette génération sans tabou est prête à faire pour avoir la ville rien que pour elle. Se liant alors bientôt à ceux qu’elle nomme les « sans gênes », la jeune femme va découvrir un tout autre mode de pensée, de vie, qui connaît ses qualités et ses défauts.

C’est agréable de rire, de plaisanter avec une amie. C’est tout nouveau pour moi d’entretenir ce genre de relations. […] En observant la deuxième génération, j’ai réalisé qu’au contraire il n’y avait rien d’immoral à rire, partager, aimer.

Mais surtout, dès sa rencontre avec Ugo, l’un des membres les plus vieux de la deuxième génération, 900 va pouvoir se rendre compte que les craintes de la régente ne sont pas forcément tourner vers les bonnes personnes. Et puis, cette femme qu’elle connait depuis son enfance se soucie-t-elle réellement du bien-être de 900 et de ses amis ? Alors que la vie en communauté connaît de plus en plus de tension, les générations peinant à se mélanger, 900 découvre la vie d’adulte dans cette atmosphère pesante.

Elle et sa génération ne sont perçues que comme des objets, des moins que rien, et la violence va être de plus en plus importante contre eux. Peut-elle réellement se lier à cette deuxième génération aux mœurs débridées et sauvages ? D’un autre côté, elle ne peut détourner le regard d’Ugo, cet homme énigmatique, tantôt froid, tantôt protecteur. Et si la vérité était ailleurs ?

Ce premier tome de SF fait beaucoup penser à Divergent par cette catégorisation de la population et de la prise de conscience de l’héroïne face à un nouvel environnement violent dans lequel elle doit faire ses preuves. Si l’univers et les personnages ne sont pas encore très étoffés, le livre est entraînant et surtout rapide à lire. Tout n’est pas surprenant et on peut s’étonner du hasard de certaines rencontres fortuites. Néanmoins, peu de chances de s’ennuyer avec ce premier tome sympathique qui possède davantage de mystères par rapport à ce que l’on peut s’attendre.

En effet, le dernier tiers du roman offre des révélations intéressantes et un peu plus étonnantes que le reste de l’histoire tournant autour de la vie de 900 et de sa relation avec Ugo et la deuxième génération. J’attends donc de voir ce que propose le deuxième tome. Je reste encore un peu sur mes gardes, espérant davantage d’approfondissement et de complexité pour cette trilogie de dystopie jeune adulte. Je remercie NetGalley et les éditions HLAB pour cette lecture.

J’envie la liberté d’Ugo alors que je devrais envier la mienne. Quand il est libre de ses actes moi je suis libre de mes sentiments. Je sais comment les éteindre, j’ai appris à les étouffer. Au moins un temps.

La création de cette ville pour trois mille jeunes séparés en trois générations m’a fait beaucoup pensé à Divergent. L’histoire va parfois un peu vite, je n’ai pas eu l’impression que la réinsertion avait duré longtemps par rapport à tout ce qui s’y passe. Mais l’auteure réussit à nous surprendre au dernier tiers de ce premier tome.

Sortie : 28 octobre 2020

De la même saga

Extermination tome 2 (2020)
Révolution tome 3 (2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s