Note : 4 sur 5.

Les victimes du Jardin ont été retrouvées et secourues. Maintenant, il faut reprendre goût à la vie et croire en un après. Alors que les agents du FBI tentent de les aider dans ce sens, ils travaillent également sur l’affaire d’un nouveau criminel obsédé par une jeune fille dont ils prennent soin.

Elle s’appelle Darla Jean Carmichael, et elle est la première.
Mais cela, vous l’ignorez encore.

Parfois, je sais être en retard, même très en retard… Grâce à NetGalley et Amazon Publishing France, j’avais eu la possibilité de lire le deuxième tome du Collectionneur, Roses de printemps, en fin d’année dernière. Faute de temps, j’ai complètement laissé passer ce partenariat. Coup de chance, j’ai réussi à l’emprunter grâce à l’abonnement kindle d’Amazon que j’ai tenté uniquement pour cette lecture – il faut dire que le catalogue n’est pas très vaste. J’avais été totalement captivée par Le Jardin des papillons, premier tome de cette saga.

En général, la plupart de ces sagas policières proposent des tomes qui, malgré qu’ils soient reliés, peuvent se lire indépendamment les uns des autres. Je pense à Franck Sharko et Lucie Hennebelle de Franck Thilliez, les enquêtes de DD Warren écrites par Lisa Gardner, ou encore La Trilogie du mal de Maxime Chattam. Cependant, ce n’est pas le cas pour Le Collectionneur. Si Roses de printemps est dans votre liste de livres à lire, il vaut mieux avoir lu avant Le Jardin des papillons. Les deux romans sont totalement reliés vu que le deuxième tome traite en partie des conséquences du premier.

On retrouve donc, quatre mois après les faits, les victimes du Jardin suite à leur captivité, celles qui ont réussi à survivre à ce malade bien particulier. Suivant en particulier les agents du FBI qui étaient sur l’affaire, on découvre la manière avec laquelle chacun des protagonistes de ce cas criminel arrivent à avancer et à cicatriser. Le début est donc assez lent, il est assez difficile de se plonger dans ce roman qui a une toute autre dynamique que Le Jardin des papillons. On traite vraiment de l’après, de la difficulté de reprendre un quotidien normal, d’avancer avec toujours ces images en tête et avec la peur que tout recommence.

Et maintenant, elle est morte. Darla Jean est morte. Vous ignoriez qu’elle serait votre première. Comme vous ignoriez qu’elle ne sera pas votre dernière.

En parallèle, nous suivons également Priya, une adolescente reliée aux mêmes agents du FBI depuis l’assassinat de sa sœur il y a quelques années. Eddison, Ramirez et Hanoverian se sont beaucoup attachés à Priya, au point d’être toujours sur leur garde quand il s’agit de sa sécurité. Et ils font bien de s’inquiéter vu qu’un inconnu semble s’intéresser de bien trop près à la jeune femme. Recevant des bouquets à son domicile depuis des mois, Priya pressent que quelqu’un lui veut du mal et les agents sont rapidement du même avis qu’elle.

Les deux intrigues se mêlent, Priya créant bientôt un lien avec une des victimes qui a survécu au Jardin. J’en attendais peut-être trop parce que j’ai quand même été assez déçue par cette suite. Je ne pensais pas que le quotidien de Priya allait prendre autant de place, à se demander au départ si les victimes de l’ancienne affaire allaient vraiment être importantes ici. L’histoire met du temps à se mettre en place alors, qu’au troisième plan, un homme s’attaque à des jeunes filles dans des églises.

L’ensemble peine à devenir homogène, ça reste bancal un bon moment. Heureusement, lorsque la tension s’installe, difficile de ne pas vouloir connaître la suite. Les psychopathes sont bien présents ici et ils ne comptent pas rester passifs plus longtemps. L’écriture de Dot Hutchison est toujours aussi fluide, même si ce n’est pas la meilleure plume dans le genre. Mais pour une saga policière auto-éditée, c’est vraiment pas mal, même si je reste assez déçue de ce roman par rapport au Jardin des papillons qui était bien plus palpitant et réussi.

Aucune douleur, aucune peur. Elle n’aura pas l’occasion de fauter comme Darla Jean ; elle ne cédera pas à la tentation, ne commettra aucune trahison. Zoraida Bourret restera à jamais une fille bien.

Étant la suite directe du Jardin des papillons, j’en attendais beaucoup. Et c’est sûrement pour ça que j’ai été globalement déçue. On suit les conséquences de l’affaire précédente au côté des agents du FBI qui en sont en charge et des victimes dans leur quotidien. Cette intrigue se superpose à celle d’une jeune fille repérée par un détraqué sans que le mélange ne soit vraiment réussi au départ.

Sortie française : octobre 2020
Sortie originale : mai 2017

347 pages

De la même saga

Le Jardin des papillons (2016)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s